•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les négociations entre Canada Soccer et ses joueurs pourraient aller au-delà du Mondial

Il se gratte la tête lors d'une conférence de presse.

Nick Bontis, président de Canada Soccer

Photo : The Canadian Press / DARRYL DYCK

La Presse canadienne

La Coupe du monde au Qatar approche à grands pas. Pendant ce temps, la pression monte sur Canada Soccer afin de conclure une entente de compensation avec l'équipe nationale masculine.

Il y a beaucoup à négocier, dans le contexte d'une première participation à cette compétition en 36 ans, et avec à l'horizon un Mondial à domicile en 2026.

Une partie des négociations pourrait aller au-delà du début du tournoi en novembre, a déclaré le milieu de terrain du Toronto FC Mark-Anthony Kaye, membre du groupe de direction de l'équipe canadienne.

Une convention collective n'est pas à prendre à la légère. Je suis sûr qu'il y a des parties qui seront réglées avant le début de la Coupe du monde, dit-il.

« Les choses importantes comme la compensation pour la Coupe du monde, le forfait famille et amis [pour assister au tournoi]. Des choses comme celles-ci, il faut s'en occuper avant la compétition. »

— Une citation de  Mark-Anthony Kaye, joueur de l'équipe canadienne de soccer

À propos des autres aspects, nous pouvons continuer à avancer dans la bonne direction [après le Mondial] pour trouver un terrain d'entente, enchaîne-t-il.

Classée au 43e rang mondial, l'équipe masculine entamera la Coupe du monde le 23 novembre contre la Belgique, qui pointe au 2e échelon.

Au début de juin, les joueurs ont boycotté un match amical contre le Panama, à Vancouver, concernant la compensation salariale. Ils ont depuis formé une association de joueurs pour aider leur cause.

Nous savions que nous en avions besoin pour offrir aux joueurs un peu plus de protection dans tous les aspects, explique Kaye. En particulier lorsqu'il s'agit de négocier avec Canada Soccer.

C'est aussi au sujet des droits de licence et de groupe, et simplement pour favoriser un environnement où les joueurs sont entièrement protégés, sur le terrain et à l'extérieur.

« Les associations de joueurs ont acquis une ampleur énorme dans le sport. Nous avions l'impression qu'il était grand temps d'en avoir une compte tenu de tout ce qui se passe. »

— Une citation de  Mark-Anthony Kaye, joueur de l'équipe canadienne de soccer

C'est assurément un pas en avant positif. Nous avons des conseillers juridiques, ce qui rend le processus un peu plus fluide, poursuit-il, faisant référence au cabinet d'avocats Aird & Berlis.

Une chose qui doit être abordée, c'est de bonifier les arrangements de voyage pour l'équipe féminine, les conditions n'étant pas à la hauteur de celles des hommes.

L'association masculine est composée de 51 joueurs qui ont été appelés à un camp de l'équipe nationale depuis janvier 2021. Il y a cinq représentants des athlètes et un représentant junior.

En ce qui concerne la Coupe du monde, les joueurs négocient leur part de la bourse de la FIFA. Elle devrait être d'au moins 10 millions pour le Canada, dont un forfait pour aider à faire venir leurs amis et leur famille au Qatar.

Les revenus des commandites et des droits à l'image sont également un élément clé des négociations, d'autant plus que le Canada organisera le tournoi en 2026 en compagnie des États-Unis et du Mexique.

En 2018, en Russie, la FIFA avait octroyé une somme de 791 millions aux 32 équipes, une hausse de 40 % par rapport à l'édition de 2014.

Sur ce montant, 400 millions ont été versés en bourses, allant de 38 millions au pays vainqueur, 28 millions au finaliste et 24 millions à l'équipe terminant en 3e place, tandis que les formations éliminées en phase de groupe ont reçu 8 millions.

Chaque pays qualifié a également obtenu 1,5 million pour les frais de préparation, ce qui signifie donc que toutes les équipes participantes ont la garantie d'au moins 9,5 millions.

Bandeau consultez Tellement soccer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !