•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Auger-Aliassime et Shapovalov au 3e tour à Cincinnati, Nadal éliminé

Félix Auger-Aliassime frappe un coup de service.

Match entre Félix Auger-Aliassime et Alex de Minaur.

Photo : Getty Images / Matthew Stockman

Radio-Canada

Félix Auger-Aliassime a bien amorcé le tournoi de Cincinnati. Le Canadien a vaincu l'Australien Alex de Minaur en deux manches de 6-3 et 6-2, mercredi, pour atteindre le troisième tour.

La 7e tête de série n’a pas paru ébranlée par la sévérité de sa défaite vendredi dernier devant ses partisans. Il a classé l’affaire de l’Australien en à peine 1 h 18 min de jeu.

Il a réussi 9 as et a remporté 82 % des points lorsqu’il a mis son premier service en jeu. Il n’a été brisé qu’une seule fois, tandis que Casper Ruud lui avait subtilisé son service cinq fois de suite à Montréal.

Le 9e mondial a, quant à lui, brisé le servir de l’Australien à quatre reprises.

J’ai joué un très bon premier match ici. Les tournois comme Cincinnati ne sont jamais faciles. Tu joues de très bons matchs dès les premiers jours. De commencer de cette façon, c’est très positif pour moi, a dit le joueur de 22 ans. J’espère continuer de cette façon. J’ai de bons souvenirs de mon passage l’année dernière en quarts de finale. J’espère pouvoir aller encore plus loin cette semaine.

À son prochain match, le Québécois affrontera l’Italien Jannik Sinner (no 10) qui a profité de l'abandon du Serbe Miomir Kecmanovic lors de la deuxième manche de leur duel. L'Italien était aux commandes avec une avance de 7-5 et 3-1.

La semaine dernière, à Montréal, de Minaur, 20e à l'ATP, avait éliminé Denis Shapovalov dès le premier tour.

L'Ontarien a d’ailleurs réussi une superbe remontée pour éliminer l'Américain Tommy Paul, surprenant quart de finaliste dans la métropole québécoise.

Denis Shapovalov réagit contre Alex de Minaur.

Match entre Tommy Paul et Denis Shapovalov.

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

Shapovalov a remporté le match 3-6 6-4 et 6-3 en 2 h 7 min de jeu.

Après avoir cédé la première manche en 32 petites minutes, le 21e joueur mondial était mené 4-1 par son rival en deuxième manche. Quelques jeux plus tôt, pour évacuer la frustration, Shapovalov avait même fracassé une raquette sur le terrain.

Cinq jeux plus tard, grâce à trois bris de service, le gaucher forçait la tenue de la troisième manche. Pour inverser la tendance, Shapovalov a fait preuve d’une plus grande patience dans les échanges.

En première manche, par exemple, il n’avait réussi que 4 coups gagnants contre 12 fautes directes.

En huitièmes de finale, il devra possiblement tutoyer la perfection pour atteindre les quarts. Il sera opposé au Russe Daniil Medvedev, qui trône au sommet de l'ATP.

Rafael Nadal rate son retour

Inactif depuis Wimbledon à cause d'une blessure, l'Espagnol Rafael Nadal a renoué avec l'action à Cincinnati. Son retour sur les courts, après six semaines d'absence, ne s'est toutefois pas déroulé comme souhaité.

Nadal a baissé pavillon en trois manches de 6-7 (9/11), 6-4 et 3-6 devant le Croate Borna Coric, classé 152e sur le circuit.

À 12 jours des Internationaux des États-Unis, Nadal, qui n'avait plus joué depuis le 6 juillet en raison d'une déchirure abdominale, n'a pas entamé la meilleure préparation qui soit sur le ciment américain.

Si physiquement il a manqué de rythme, son niveau de jeu est également apparu bien loin de celui affiché depuis le début de la saison. Le taureau de Manacor a enlevé les honneurs des deux premiers tournois du grand chelem, d'abord à Melbourne, puis à Paris, avant d'atteindre les demi-finales à Londres, qu'il n'a pu jouer.

L'athlète de 36 ans a souvent été dépassé dans les échanges (38-22 pour les coups gagnants en faveur de Coric), manquant de précision et commettant parfois de grosses fautes, à l'image de ce coup droit trop décroisé sur une montée à la volée, qui a eu pour conséquence de gâcher une balle de manche à 6-5 au bris d'égalité.

Nadal, qui a ensuite manqué une seconde occasion, a même offert la manche à son adversaire avec une double faute sur la troisième occasion conclue par son rival.

L'Espagnol s'est repris dans l'engagement suivant. Il a brisé Coric pour mener 4-3 et a conclu à la volée sa première balle de manche.

Dans la troisième, il n'a pas eu ce deuxième souffle qui le pousse habituellement à forcer les décisions. Tout le contraire du Croate, qui l'a brisé pour prendre les commandes 4-2, sans jamais être inquiété par la suite.

Coric croisera le fer avec un autre représentant espagnol en huitièmes de finale, soit Roberto Bautista Agut.

Nick Kyrgios hors service

L'Américain Taylor Fritz s'est qualifié pour les huitièmes de finale grâce à une victoire de 6-3 et 6-2 contre l'Australien Nick Kyrgios, physiquement diminué comme c'était le cas la semaine passée à l'Omnium Banque Nationale.

En grande forme en juillet au tournoi de Wimbledon, où il a atteint la finale, puis à Washington il y a deux semaines, où il s'est imposé pour mettre un terme à trois ans de disette, Kyrgios fait figure d'épouvantail durant la saison estivale en sol nord-américain sur surface dure.

Le surplus de matchs semble difficile à digérer pour l'athlète de 27 ans, classé 28e sur l'échiquier mondial.

Au même titre que lors de son élimination en quarts de finale à Montréal contre le Polonais Hubert Hurkacz, il a lâché quelques coups toujours aussi impressionnants, sans toutefois tenir la distance dans les échanges. Son dos, déjà douloureux au Québec, l'a encore fait souffrir en Ohio.

Fritz s'est montré très solide et nullement perturbé par la frustration de son rival. Après avoir vaincu Kyrgios, l'Américain a maintenant rendez-vous avec le Russe Andrey Rublev.

Norrie frustre Murray

Le Britannique Cameron Norrie (no 9), finaliste du tournoi de Los Cabos (Nouvelle fenêtre) il y a deux semaines, a renversé son compatriote Andy Murray 3-6, 6-3 et 6-4 en 2 h 38 min.

Norrie affrontera maintenant l'Américain Ben Shelton (229e), détenteur d’un laissez-passer, qui a surpris le Norvégien Casper Ruud (no 5), demi-finaliste à Montréal, en deux manches identiques de 6-3.

En quête d'un troisième titre en 2022 après ceux glanés à Delray Beach et à Lyon, Norrie a dû se montrer patient pour contenir son compatriote, auteur d'une entame très convaincante et récompensé du gain de la manche initiale.

Après avoir été sorti d'entrée à Washington et à Montréal, Murray avait déjà montré du mieux lundi, dans l'Ohio, en éliminant un autre revenant, le Suisse Stan Wawrinka, après un match marathon de près de trois heures.

Murray, qui poursuit à 35 ans sa quête d'un retour au plus haut niveau, qui l'a conduit cette année à deux finales à Sydney (Nouvelle fenêtre) et à Stuttgart, a eu trois occasions de briser son adversaire à 3-2, non concrétisées, dans l’ultime manche.

Aux prises avec des crampes, le vainqueur du tournoi en 2008 et 2011 a marqué le pas physiquement et Norrie en a profité pour lui prendre le service à 4-4, avant de conclure à sa première balle de match.

Autres résultats du deuxième tour :

  • Andrey Rublev (RUS/no 6) bat Fabio Fognini (ITA) 6-7 (7/9), 7-6 (7/3), 6-2
  • Stefanos Tsitsipas (GRE/no 4) bat Filip Krajinovic (SRB) 6-3, 6-4
  • John Isner (USA) bat Hubert Hurkacz (POL/no 8) 7-6 (7/5), 6-7 (5/7), 6-2
  • Roberto Bautista Agut (ESP/no 15) bat Marcos Giron (USA) 6-3, 6-3
Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !