•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quelle chance pour la Suisse contre le Canada?

Un joueur de hockey est félicité par ses coéquipiers.

Connor Bedard

Photo : The Canadian Press / JASON FRANSON

EDMONTON – Il ne faut jamais compter un adversaire pour battu avant même le début du duel. N'empêche que le Canada part largement favori avant de croiser le fer avec la Suisse en quarts de finale du mondial junior, à Edmonton, mercredi.

Il ne devrait pas y avoir de changements à l'effectif canadien. Les réservistes ont patiné en matinée en Alberta. Riley Kidney était du nombre, c'est donc dire que l'espoir du Canadien de Montréal ne réintégrera pas la formation après avoir été laissé de côté lors des trois derniers matchs.

L'on aurait pu croire que la porte s'était ouverte pour le jeune homme puisque l'attaquant Brennan Othmann ne semble plus être dans les bonnes grâces de l'entraîneur Dave Cameron. Il n'a eu droit qu'à quatre présences sur la glace dans les 40 dernières minutes du match contre la Finlande lundi.

Ohtmann sera donc à son poste. Lequel exactement? Sera-ce à la gauche du premier trio avec Mason McTavish et Connor Bedard? Impossible de le confirmer puisque Hockey Canada n'a rendu aucun joueur ni entraîneur disponible mardi ou mercredi matin, exception faite d'une courte entrevue avec les télédiffuseurs.

La fédération a dit vouloir donner congé à sa troupe pour permettre [aux joueurs] de passer du temps en famille et de relaxer, selon un porte-parole.

Comme quoi la transparence et la collaboration sont encore des concepts à travailler à HC.

Au micro de Mark Masters de TSN, Cameron a spécifié que ses hommes devront jouer de la bonne façon.

Il ne faut pas jouer en fonction du pointage, a-t-il ajouté avant de vanter les Suisses comme le veut la coutume en préparation pour un match sans lendemain.

Ils sont rapides et habiles. Ils vont vouloir nous mettre de la pression. Pour la battre, on devra réaliser quelques petits jeux rapides et on aura nos occasions, a expliqué l'entraîneur-chef, toujours en entrevue avec TSN.

Duel déséquilibré

Sur papier, il n'y a pas photo. Les Helvètes ont perdu trois de leurs quatre matchs en temps réglementaire et ne sont venus à bout que de l’Autriche dans un match accroché.

Il aura fallu un but d’Attilio Biasca, l’attaquant des Mooseheads d'Halifax, dans les cinq dernières minutes de la rencontre pour envoyer son pays en quarts de finale avec cette victoire de 3-2.

Outre la correction de 7-1 contre les Américains, les Suisses rencontrés mardi après l’entraînement se sont montrés plutôt encouragés par l’allure de leur tournoi, entre autres en raison de leur résistance devant les Suédois qui les ont vaincus difficilement 3-2.

On a aussi joué 30 bonnes minutes contre les Américains, a affirmé Noah Delémont.

On ne va pas se le cacher, on va beaucoup être dans la zone défensive, a ajouté le Suisse, ami d’enfance du Québécois Thomas Bordeleau qui a grandi dans ce pays. On devra payer le prix et jouer assez juste. Capitaliser sur nos chances. Il y a toujours une chance au hockey.

Une chance qui passera forcément par la tenue du gardien Noah Patenaude. Le portier de Neuchâtel n'a pas connu le tournoi espéré jusqu'à présent avec une efficacité de 88,3 % un peu tronquée, en toute honnêteté, par cette lourde défaite face aux États-Unis.

La recette vers la surprise selon lui?

Chacun devra sortir un gros match. Son meilleur. Il ne faudra pas en faire trop non plus, faire les petites choses, mais les faire juste. C'est vraiment de sauver beaucoup d'énergie pour qu'on puisse endurer ça tout le long du match. Si on sort de la zone défensive correctement, je pense qu’on a peut-être une chance, a lancé Patenaude.

L’entraîneur-chef Marco Bayer a soutenu que le rôle de négligé convenait parfaitement à sa troupe. Avoir la pression de battre les Autrichiens a nui à ses hommes, selon lui, dans ce match sans lendemain.

Contre le Canada, les rôles seront évidemment inversés.

Les Canadiens ont marqué 27 buts et en ont accordé 7, tandis que la Suisse en a réussi 8 et en a donné 15.

« On n’a rien à perdre, si je vous demande qui va gagner demain, vous allez tous me dire Canada avec un score assez large. On a confiance en nos qualités. »

— Une citation de  Noah Delémont, défenseur suisse

On n’a pas la pression, on peut jouer librement, on a une chance, ils ne sont pas imbattables, a renchéri Biasca.

Certainement, sauf que personne ne l’a encore fait.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !