•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Félix Auger-Aliassime écrasé par Casper Ruud en quarts de finale

Un joueur de tennis a la tête baissée.

Félix Auger-Aliassime

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

Radio-Canada

Le temps d’un jeu, le premier, les spectateurs venus encourager le héros local à l’Omnium Banque Nationale, vendredi, y auront cru. La suite aura été l’affaire unique de Casper Ruud qui a écrasé Félix Auger-Aliassime en deux manches de 6-1 et 6-2.

Le Québécois a brisé le service adverse d’entrée sur un jeu blanc, mais a perdu le sien cinq fois d’affilée par la suite. Ruud a enchaîné 10 jeux consécutifs pour placer le 9e mondial au bord du gouffre devant une foule aussi médusée qu’Auger-Aliassime a paru tétanisé par le moment.

Contrairement à jeudi, où il avait offert sa plus belle imitation de Jésus marchant sur l’eau, rien n’a fonctionné dans ce quart de finale pour la sixième tête de série.

Peut-être que mes attentes étaient trop hautes en raison du match d'hier. Je tentais de recréer ça plutôt que de jouer avec les outils que j'avais à ma disposition aujourd'hui. Je forçais mes frappes et mes cibles. À un certain point, c'était comme si je n'étais pas dû pour gagner. Je me sentais encore bien après la première manche, mais de perdre mes deux premières parties au service en deuxième manche, ça devenait difficile, a-t-il dit.

Casper Ruud écrase Félix Auger-Aliassime en deux manches de 6-1 et 6-2 en quarts de finale de l'Omnium Banque Nationale à Montréal. Le Québécois répond aux questions des journalistes.

Il a alterné les fautes directes, 16 dans la seule première manche de 36 minutes, et les services instables, à des années-lumière de son niveau de la veille, pour offrir la victoire sur un plateau d’argent à Ruud.

Auger-Aliassime a terminé le match avec 56 % de points gagnés derrière ses premières balles et seulement 2 des 15 points disputés sur ses deuxièmes.

Il s’agissait d’une cinquième présence en quarts d’un tournoi de la catégorie Masters 1000, mais d’une première devant son public à Montréal. Pour faire mieux, il devra attendre au moins deux ans, le volet masculin du tournoi s’arrêtant à Toronto l’année prochaine.

J'essaie d'apprendre de tous les matchs, dans la victoire comme dans la défaite. Je vais voir ce que je pourrai retirer de celui-ci. Après, l'important, c'est de voir comment je vais réagir, a-t-il souligné. Ce n'est pas habituel pour moi de jouer deux bons matchs et de perdre un match comme ça ou de terminer un tournoi de cette façon.

Felix Auger-Aliassime frappe une balle de service.

Match entre Cameron Norrie et Félix Auger-Aliassime.

Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

Je n'ai pas connu un bon départ, mais j'ai pu faire tourner le vent. Nous avons déjà vu Félix jouer du meilleur tennis, mais je le faisais également jouer plus de balles, c'était l'objectif, a mentionné Ruud.

Ruud (no 4) a donc rejoint Hubert Hurkacz (no 8) en demi-finales. L’autre affiche opposera le Britannique Daniel Evans et l'Espagnol Pablo Carreno Busta. Evans a gagné son match 1-6, 6-3 et 6-4 contre l'Américain Tommy Paul, tandis que Carreno Busta a éliminé le Britannique Jack Draper 7-6 (7/4) et 6-1.

Ce sera un match difficile contre Hubert. C'est un très bon joueur, dangereux, surtout avec son service sur surface dure, a ajouté le Norvégien.

Avec la sortie de Nick Kyrgios plus tôt dans la journée, pour le grand public, ces demi-finales laisseront un petit goût amer, dans le pire des cas, ou l’occasion de découvrir de nouveaux joueurs, dans le meilleur.

Hurkacz, pour sa part, a éliminé l'Australien en trois manches de 7-6 (7/4), 6-7 (4/7) et 6-1.

Les deux premières manches ont été très serrées, les jeux ont défilé, au point qu'aucun des deux joueurs n'a pu briser l'autre. Le no 10 à l'ATP s'est montré le plus solide, notamment en défense, dans le premier jeu décisif pour empocher la première manche.

Kyrgios, apparu souvent nonchalant dans ce match et inhabituellement calme, bien que dos au mur, a déployé le grand jeu dans le deuxième bris d'égalité, notamment aidé par la bande du filet pour s'échapper à 4-2, après une superbe série d'amortis et de contres.

Nick Kyrgios frappe un retour.

Match entre Nick Kyrgios et Hubert Hurkacz.

Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

L'Australien, qui confessait la veille ressentir de la fatigue à force d'enchaîner les matchs, a semblé se plaindre de ses chevilles entre les deuxième et troisième manches, au cours de laquelle il a peu couru. Il s'est effondré dans cette dernière manche.

Mon corps ne se sentait pas très bien au cours de la semaine, a admis Kyrgios. J'avais mal aux abdominaux avant le match, mes genoux me font mal. Alors, évidemment, quand tu commences à jouer et tu arrêtes pendant quelques minutes, ça n'aide pas ton corps, a-t-il dit à propos d’une pause prise par Hurkacz entre les deuxième et troisième manches. Mon corps était raide et je ne pouvais pas bouger convenablement.

Il a fallu attendre le début de la troisième manche pour qu’un service soit finalement brisé, celui de Kyrgios. L'Australien a été brisé à nouveau au sixième jeu, et Hurkacz n'a mis qu’une poignée de seconde pour conclure au service.

C'est la première fois que le Polonais atteint le dernier carré à l'Omnium Banque Nationale. Il sera en quête d'un sixième titre, un deuxième en Masters 1000.

Un jeune homme applaudit la foule.

Hubert Hurkacz est la huitième tête de série du tournoi.

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !