•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Cristiano ou Messi? Profitons-en sans avoir à choisir

Le Portugais fixe l'Argentin.

Cristiano Ronaldo et Lionel Messi durant un clasico entre le Real Madrid et le FC Barcelone en 2018.

Photo : Getty Images / JOSEP LAGO

Cristiano Ronaldo et Lionel Messi se sont hissés, grâce à leurs prouesses, au rang de légendes du soccer mondial et figurent parmi les meilleurs joueurs de l’histoire.

Les exploits qu’ils nous ont offerts, principalement sous les tuniques du Real Madrid et du FC Barcelone, ont marqué tous les amoureux du ballon rond.

Je m’apprêtais d’ailleurs à vous énumérer leurs incroyables palmarès, mais je me suis vite rendu compte qu’il n’y aurait plus assez de place pour rédiger ma chronique.

Plus que des statistiques et des chiffres, c’est surtout des émotions et des souvenirs qu’ont offerts ces deux champions aux partisans du monde entier.

Toutefois, cet amour nous a souvent, par réflexe ou par le biais du jeu médiatique, amené à devoir choisir entre le génie de Lionel Messi, guidé par une grâce et une agilité tout droit tombées du ciel, et un Cristiano Ronaldo, phénomène souvent réduit au statut de travailleur efficace, qui fini par marquer plus qu’il ne joue.

Sommes-nous forcément obligés de mettre en opposition ces joueurs?

Pouvons-nous apprécier un joueur sans forcément détester l’autre?

Cette réflexion m’est parvenue après le magnifique retourné acrobatique inscrit par l'Argentin avec le Paris Saint-Germain samedi dernier.

Dans les minutes qui suivaient le coup de sifflet final, les médias et les partisans du monde entier n’ont pas pu s’empêcher de plonger dans les archives, afin de ressortir un but similaire inscrit par le Portugais lors de l’édition 2018 de la Ligue des champions, sous le maillot du Real Madrid face à la Juventus.

Deux chefs-d’œuvre marqués en terrain hostile et qui ont, chose rare, provoqué les applaudissements et l’émerveillement des partisans de l’équipe adverse.

Ces gestes spectaculaires, qui devraient tout simplement susciter de l’admiration, nous amènent paradoxalement à devoir choisir ­– toujours choisir – à débattre sur le plus beau geste, lequel est le meilleur joueur du monde, quitte à forcer les comparaisons.

Un joueur de soccer saute pour frapper le ballon avec son pied.

Un autre coup de pied retourné spectaculaire de Cristiano Ronaldo effectué en 2017 lors d'un match entre le FC Barcelone et le Real Madrid.

Photo : Getty Images / Alex Caparros

Katia Aveiro, sœur de Ronaldo, s’est elle-même prise au jeu en partageant sur les réseaux sociaux un commentaire émis par les partisans de son frère.

« L’un est un pistolet et l’autre est un vélo. L’un est dans le Championnat de France contre Clermont et l’autre est en quarts de finale de la Ligue des champions contre la Juventus. »

Ces commentaires ont eu l’effet d’un miroir pour moi et m’ont rappelé que j’ai été de ceux qui comparaient presque toujours ces deux prodiges lors d’analyses de matchs ou même lors de débats entre amis.

Cristiano Ronaldo était selon moi le meilleur joueur du monde au vu de son aura et du meneur d’hommes qu’il était en club et en sélection.

Tous les arguments, même les plus farfelus, étaient valables pour mettre en lumière la supériorité de CR7, face aux ayatollahs de Messi, déterminés à défendre le petit génie argentin.

Je pense par exemple à mon ex-capitaine Patrice Bernier, un amoureux inconditionnel du FC Barcelone et du joueur argentin.

Il crie et porte sa main droite à sa poitrine.

Patrice Bernier

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Il a été mon partenaire de chambre lors de tous nos déplacements durant ma carrière à l’Impact de Montréal.

Je vous laisse imaginer les scènes hilarantes que nous offraient ces longs débats dans les halls d’hôtel aux États-Unis.

Avec du recul, cette vision du soccer m’a peut-être fait passer à côté d’émotions fortes, en vivant à moitié les exploits de Lionel Messi, principalement lorsqu’il jouait pour le FC Barcelone. Mais ce temps est révolu!

La Coupe du monde approche à grands pas et risque d’être la dernière tournée mondiale de ces deux extraterrestres.

À l’instar de ce que nous ont offert Rafael Nadal et Roger Federer au tennis, ces deux icônes du soccer méritent qu’on leur lève notre chapeau en profitant de chaque drible, chaque passe, chaque but qu’ils ont encore à nous offrir.

Bandeau consultez Tellement soccer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !