•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Félix Auger-Aliassime savoure son retour à Montréal

Il répond aux questions des journalistes.

Félix Auger-Aliassime est apparu calme et posé devant les journalistes dans la salle de presse du stade IGA.

Photo : Radio-Canada / Étienne Bruyère

Radio-Canada

En raison de la pandémie, Félix Auger-Aliassime est de retour à Montréal afin de participer à l’Omnium Banque Nationale pour la première fois en trois ans, un moment dont il veut profiter au maximum.

Lors d’un point de presse en début d’après-midi dimanche, le Montréalais a admis se sentir dans de meilleures dispositions que lors de son passage précédent.

Ça fait plaisir de revenir à Montréal. Je suis un joueur différent, un jeune homme différent aussi. Je me sens beaucoup plus serein et prêt à l’approche de ce tournoi. J’espère que mes résultats vont le montrer, a admis la 9e raquette mondiale et 6e tête de série pour le tournoi qui commencera officiellement lundi au stade IGA.

Du même souffle, il a reconnu qu’il ressent moins de pression à vouloir offrir de solides performances.

« De ce côté, la glace est quand même brisée. La première fois, je voulais réussir mon entrée en matière. Pour ma première fois à Montréal, je voulais gagner un match. Ç’a été un gros soulagement de gagner le premier match et de passer au tour suivant pour finalement perdre, mais en jouant du bon tennis. »

— Une citation de  Félix Auger-Aliassime, joueur de tennis

Il estime que les bons souvenirs qu’il conserve de cette première expérience peuvent l’aider cette fois-ci. Il se rappelle avoir fait face à beaucoup d’excitation et à un stress qui n’étaient pas nécessairement bons pour lui.

À l'idée d’affronter des jeunes de sa génération au lieu de vétérans de grande renommée comme Rafael Nadal, Roger Federer ou Novak Djokovic, Auger-Aliassime n’y voit pas quelque chose qui ferait baisser sa motivation.

C’est vrai que c’est différent. Quand tu joues contre Djokovic ou Nadal, c’est dur d’oublier le palmarès qui est derrière. Tu essaies d’approcher le match comme un autre et de rester concentré sur toi-même. Mais il reste que tu joues contre des géants du tennis, a-t-il expliqué.

Cependant, le fait de jouer contre des gars qui seront probablement mes rivaux pour les prochaines années, c’est une motivation supplémentaire pour moi. J’essaie de me dire que chaque rencontre est importante parce qu’elle laisse des traces positives ou négatives. Comme chaque fois, je vais essayer de donner la meilleure performance possible, a ajouté celui qui fera son entrée en scène mercredi soir face à un joueur issu des qualifications.

Content de sa progression

Questionné sur sa saison 2022, Auger-Aliassime y voit beaucoup d’éléments encourageants pour la suite des choses. Il est cependant conscient de ses limites face aux objectifs qu’il souhaite atteindre au cours des prochains mois.

« Ce que je peux faire reste limité. Je n’ai pas d’objectif précis. Évidemment, être au Masters de fin d’année, c’est quelque chose que tous les joueurs visent que d’être parmi ces huit meilleurs joueurs. »

— Une citation de  Félix Auger-Aliassime

À part ça, il n’y a rien de concret ou de précis. J’essaie de bien me préparer pour chaque tournoi, de jouer de la bonne façon. Mais je ne peux pas avoir d’attentes trop précises. Ça n’a jamais été très positif pour moi.

Il veut d’abord se concentrer sur l’enchaînement nord-américain avec Montréal, Cincinnati et les Internationaux des États-Unis, une tournée où il sent qu’il peut accomplir de bonnes choses.

Il frappe la balle en coup droit.

Félix Auger-Aliassime

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

Aussi, pendant que certains joueurs ont déjà manifesté leur surprise face à la rapidité de la surface du central montréalais, Auger-Aliassime n’y voit pas de problème particulier.

C’est plutôt bien. Un rebond plutôt normal, pas trop haut, pas trop bas. La rapidité est plutôt standard face à ce qu’on trouve dans d’autres tournois.

Enfin, ses yeux se sont allumés quand on lui a demandé de commenter la présence dans le tableau principal de son bon ami et partenaire d’entraînement occasionnel, Alexis Galarneau, 238e du monde et bénéficiaire d’un laissez-passer.

Après Denis (Shapovalov), Vasek (Pospisil) et moi, c’est amplement mérité que cette place dans le tableau principal d’un tournoi comme ici. J’ai suivi son évolution cette année. Il joue de mieux en mieux. Il connaît de très bons résultats sur le circuit Challenger. J’espère qu’il pourra jouer à la hauteur de son niveau et de ses attentes, a-t-il conclu.

(Avec les informations d'Antoine Deshaies)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !