•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CF Montréal accroché par Miami au stade Saputo

Un adversaire dans le dos, il tente d'atteindre le ballon.

Christopher McVey (à gauche) a commis la faute qui a mené au tir de pénalité du CF Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Olivier Tremblay

Phil Neville, l’entraîneur de l’Inter Miami, a qualifié le match nul de 2-2 sur le terrain du CF Montréal de « miracle » en raison d’un calendrier « inhumain » qui a fait parcourir quelque 12 000 km à son équipe en quelques jours pour aller de la Floride à la Californie, puis au Québec. Soit.

En raison de la manière, on aurait pu croire qu’on serait tenté par l’hyperbole dans l’autre camp aussi. Le Bleu-blanc-noir menait 2-1 avec 11 minutes à faire quand Emerson Rodriguez a profité de moult largesses pour créer l’égalité. Le but était évitable. Le fond de l’air était lourd. Les vêtements collaient à la peau. Il y avait de quoi se fâcher un peu.

Et pourtant.

Certes, il y avait de la déception. Quelques regrets, particulièrement pour le deuxième but, a avoué bien calmement l’entraîneur-chef Wilfried Nancy. Mais c’est le genre de résultat auquel il faut s’attendre un peu partout en MLS d’ici à la fin de la saison, a-t-il aussi dit, en sachant très bien qu’aucune équipe parmi les quatre premières de l’Est n’a gagné samedi.

Montréal (12-8-4, 40 points) fait d’ailleurs toujours partie du groupe. Pour y demeurer, soutient-on, il faut ignorer le classement et se concentrer sur le processus. Et samedi, on déplorait un manque de tranchant dans le dernier tiers. Sans qu’on grimpe dans les rideaux.

On doit finir l’action, a soutenu Nancy. On a les occasions de la finir. Et après, on est un peu trop collectif, ou sinon on pense trop. Ils savent que l’idée, c’est de ne pas penser – enfin, pas de ne pas penser, on est obligé de penser –, mais de jouer un peu plus à l’instinct et de finir les actions.

L’instinct du tueur observé dans la remontée à Columbus, aurait-on pu souhaiter. Lorsque Kei Kamara a créé l’égalité en Ohio, il semblait presque inévitable que le onze montréalais continuerait de dicter le rythme du jeu et irait trouver un but vainqueur. Jamais aurait-on pu penser que c’était là le même club qui a déjà atteint une finale d’association en laissant si souvent le ballon à l’adversaire.

Contre Miami, on semblait revenu à cette époque vieille de quelques mois où l’on se demandait si Montréal arriverait à tuer les matchs. Deux équipes si semblables et pourtant si différentes. Coïncidence ou pas, l’équipe à domicile a exactement la même fiche que celle à l’extérieur : six victoires, quatre défaites, deux matchs nuls.

Ces deux partages viennent de se produire en deux semaines. Après un 0-0 contre New York City, cette fois, le CF a au moins trouvé le fond du filet. Il en aurait quand même fallu plus. Des centres ont trouvé leur cible, mais la finition n’y était pas. Des tirs sont allés directement dans les bras du gardien Drake Callender. Des ballons joués en théorie dans le dos de la défense, souvent par Djordje Mihailovic, ont plutôt frappé les pieds des défenseurs adverses.

Il a du mal à retrouver son jeu fluide, a souligné Nancy à propos de son meneur de jeu. C’est l’évidence, après deux blessures bien inopportunes qui l’ont définitivement éloigné du Qatar.

Il étend les bras après avoir marqué.

Romell Quioto (à l'avant) a ouvert la marque dès la cinquième minute.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Au moins, Montréal trouve d’autres arguments. Il y a quelques années, Samuel Piette se sentait obligé de justifier ses passes en retrait sur Twitter. Samedi, il a donné deux centres décisifs presque identiques, l’un pour le premier but de Romell Quioto, l’autre pour la faute de main de Christopher McVey qui a permis au Hondurien de compléter son doublé à partir du point de réparation.

Le Québécois n’a plus vraiment pu trouver l’espace d’où il pouvait décocher ce centre par la suite. Le rival s’adapte. Aimes-tu ça, Samuel, que l’adversaire s’ajuste à tes qualités offensives, maintenant?

C’est sûr que d’un côté, c’est flatteur. En même temps, moi, si j’attire un joueur, ça ouvre quelque chose d’autre pour que quelqu’un puisse en profiter. Peut-être qu’aujourd’hui, on n’en a pas profité assez. Djordje, comme no 10, a plus tendance à jouer du côté gauche. Mais c’est sûr que si quelqu’un te marque un peu plus, ça veut dire que tu fais quelque chose de bien.

Pour Nancy, l’évolution du match s’expliquait ainsi : en première mi-temps, son équipe a manqué de précision dans les connexions offensives, mais elle est quand même parvenue à conclure l’affaire deux fois. En deuxième mi-temps, elle a remédié au problème, mais elle n’a pas pu terminer ses actions.

Le vrai CF Montréal peut-il se lever, pour paraphraser maladroitement un rappeur américain mince et louche?

Nancy et ses hommes rendent visite au pauvre Dynamo de Houston, samedi prochain. Le processus continue. Et l’équipe semble prendre un malin plaisir à se réinventer – et à jouer, à jouer! – depuis 2020. Les résultats ne sont pas toujours à point, mais c’est un marathon, pas un sprint.

Bandeau consultez Tellement soccer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !