•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Alouettes ne font pas le poids contre les Blue Bombers

Il se jette dans les airs avec les bras devant vers le quart-arrière.

Mike Moore (no 44)

Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

Doubles champions en titre de la Coupe Grey et invaincus cette saison, les Blue Bombers sont arrivés au stade Percival-Molson en tant que grands favoris pour l’emporter. Les Alouettes ont chèrement vendu leur plumage, bousculant au passage leurs redoutables adversaires, avant que la crème ne remonte à la surface.

Montréal a baissé pavillon 35-20 devant Winnipeg, jeudi, un résultat qui ne reflète pas l’allure du match. L'issue est demeurée incertaine durant une cinquantaine de minutes grâce à une performance inspirée de la défense des Alouettes, plus particulièrement de la tertiaire.

Les troupiers de Danny Maciocia ont donné du fil à retordre aux Bombers, qui se sont échappés en fin de rencontre. Incapables de capitaliser sur quatre revirements commis par le quart-arrière Zach Collaros, dont un trio d’interceptions, les Alouettes en ont subi les conséquences.

Seulement trois points ont été ajoutés au tableau indicateur dans ces circonstances, trop peu pour espérer renverser le géant manitobain, qui a vacillé malgré tout.

Celle-là, c’est sûr qu’elle fait mal [...] Le problème qu'on a, c'est qu'on est incapables de gérer un peu d'adversité. On se cherche des problèmes, déclare l’entraîneur-chef par intérim et directeur général des Alouettes.

« C'est dur à encaisser. On doit jouer 60 minutes, mais j'ai l'impression qu'on en a joué 45…  »

— Une citation de  Marc-Antoine Dequoy, maraudeur des Alouettes de Montréal

La défense se signale

Les Oiseaux n’auraient pu espérer un meilleur envol en début de match, gracieuseté de l’unité défensive qui a rapidement fait sentir sa présence avec deux revirements au premier quart et une pression accrue exercée sur Collaros.

Le demi défensif Wesley Sutton a donné le ton avec une interception sur la première passe tentée par Collaros. Un changement de possession hâtif qui a préparé le placement de David Côté.

Aux portes de la zone payante, en situation de troisième essai et deux verges à franchir, Maciocia a lancé les dés en choisissant de laisser son attaque sur le terrain, tôt au deuxième quart, au lieu d’opter pour un botté d’une courte distance de Côté.

Le pari n’a pas porté ses fruits. Pire encore, les Blue Bombers ont répliqué avec une séquence offensive d’une centaine de verges qui s’est conclue en terre promise lorsque le receveur Dalton Schoen, qui d’autre, a capté l’offrande de Collaros. La recrue en éclosion affiche sept touchés aériens au compteur, un sommet dans le circuit Ambrosie.

Peu avant d’atteindre la mi-temps, Collaros s’est toutefois de nouveau fait ravir le ballon à la suite d’une longue passe qui a abouti dans les mains du demi défensif Najee Murray.

Un léger retard de quatre points à la pause rendu possible grâce à la tenue du bataillon défensif, aux antipodes avec son pendant offensif, qui s’est contenté de miettes.

On avait une chance d'aller chercher des points. Malheureusement, on a été incapables de prendre l’avantage de la façon qu’on jouait en défense, déplore Maciocia.

Lorsque vous avez le ballon si près de la zone des buts adverses à deux reprises, comme nous l'avons fait, mais que vous n’obtenez que trois points, c'est inacceptable. Nous devons saisir nos occasions. Si c'est 14-0 et pas 3-0 à ce moment-là, le match est complètement différent, renchérit le quart Trevor Harris.

Meneurs offensifs des Alouettes

Par la passe

  • Trevor Harris : 16 en 26, 127 verges, 1 touché et 2 interceptions
  • Dominique Davis : 4 en 5, 76 verges et 1 touché

Par la course

  • Jeshrun Antwi : 10 courses et 45 verges
  • Tavien Feaster : 5 courses et 23 verges
  • Dominique Davis : 2 courses et 8 verges

Par les airs

  • Eugene Lewis : 9 attrapés et 123 verges
  • Reggie White fils : 2 attrapés, 33 verges et 1 touché
  • Jake Wieneke : 3 attrapés et 17 verges
  • Hergy Mayala : 2 attrapés et 15 verges
  • Tyson Philpot : 2 attrapés, 9 verges et 1 touché

L’indiscipline, encore et toujours

De retour sur le terrain, les Alouettes ont resserré l’écart à 7-6 après que David Côté eut réussi son second placement de la rencontre.

Fidèles à leurs habitudes, les locaux se sont ensuite tirés dans le pied en écopant de pénalités coûteuses, notamment une qui a offert une deuxième vie à l’attaque de Collaros. Le pivot étoile n’en demandait pas tant. Il a uni ses efforts avec le receveur Rasheed Bailey pour faire payer les Montréalais.

Après un important sac des siens, le secondeur Tyrice Beverette a asséné un coup de casque à un rival, ce qui a entraîné une pénalité de rudesse excessive, synonyme de premier essai pour les Blue Bombers.

C'est inacceptable! Je lui en ai parlé un petit peu ce soir, mais on va en reparler dimanche, c'est sûr, a indiqué Maciocia, profondément en désaccord avec le geste de Beverette.

Le marchand de vitesse Tyson Philpot a pris les choses en main pour aider les siens à égaliser la marque à 14-14. Il a d’abord réalisé un long gain à titre de retourneur de botté de dégagement, en remplacement de Chandler Worthy, blessé, puis a inscrit le touché en tant que receveur. Un converti de deux points a suivi.

Pour la troisième fois de la soirée, Collaros a vu l’un de ses relais terminer dans le camp adverse. Dequoy a fait preuve d’une grande concentration pour réaliser l’interception quelques instants avant le quart décisif, un jeu qui a survolté la foule du stade Percival-Molson.

Encore une fois, les Alouettes n’ont pu profiter de ce énième revirement, et ce qui devait arriver arriva, les Blue Bombers ont explosé avec trois touchés, tandis que les Montréalais se sont effondrés lorsque l’enjeu a grimpé d’un cran.

Après avoir accordé un majeur au quart Dakota Prukop sur une faufilade, qui offrait les commandes 21-14 à Winnipeg, les protégés de Maciocia ont vu le match leur glisser entre les doigts lorsque le retourneur de botté Janarion Grant a couvert la distance après un dégagement.

Le touché a eu l’effet d’une douche froide sur l’effectif montréalais.

C’est important de ne pas lâcher. Après le touché des unités spéciales, c’est devenu amorphe. C’est sûr que c’est quelque chose que l’on ne veut pas, on veut gérer nos émotions, affirme Dequoy.

Le demi offensif Brady Oliveira a creusé l’écart au sol et mis l’affrontement hors de portée des Alouettes, qui n’ont pas abandonné, le pivot remplaçant Dominique Davies rejoignant le receveur Reggie White fils pour le majeur et l’honneur dans la dernière minute de jeu.

Meneurs défensifs et des unités spéciales

Défense

  • Adarius Pickett : 9 plaqués, 2 sacs et 1 ballon échappé provoqué
  • Najee Murray : 3 plaqués, 1 sac et 1 interception
  • Micah Awe : 5 plaqués
  • Wes Sutton : 4 plaqués et 1 interception
  • Tyrice Beverette : 3 plaqués
  • Marc-Antoine Dequoy : 1 plaqué et 1 interception
  • Nick Usher : 1 plaqué et 1 ballon recouvré

Unités spéciales

  • David Côté : 2 placements en 3 tentatives
  • Tyson Philpot : 4 retours de botté d'envoi et 112 verges
  • Warren Newman : 2 retours de botté d'envoi et 20 verges, 2 retours de botté de dégagement et 18 verges
  • Alexandre Gagné : 2 plaqués

Qui arrêtera les Blue Bombers?

Depuis les cinq conquêtes d’affilée d’Edmonton de 1978 à 1982, aucune équipe de la LCF n’a remporté trois titres de manière consécutive, ce que Winnipeg aspire à accomplir l’automne prochain.

Productif en attaque, hermétique en défense, l'équipe de l'entraîneur-chef Mike O’Shea a des allures de rouleau compresseur depuis la dernière saison, également outrageusement dominée par Winnipeg.

Les défaites se dénombrent aux compte-gouttes depuis que Collaros est installé aux commandes de l’unité offensive. Le pivot collectionne les victoires, comme le montre sa déconcertante fiche de 28-2 comme partant des Blue Bombers, dont 5-0 en éliminatoires.

Ils sont d'ailleurs à une longueur d’égaler l’important record d’équipe de 10 gains pour démarrer un calendrier. Rien pour aider la cause des Alouettes, qui se rendront à Winnipeg jeudi prochain pour clore cette série aller-retour.

La seule façon qu’on peut les battre ou se donner une chance, c’est en travaillant, en étant opportunistes, quelque chose qu’on n’était pas aujourd’hui, et en limitant les erreurs, conclut Maciocia.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !