•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vin Scully, descripteur des Dodgers pendant 67 ans, est mort

Il sourit à son poste de descripteur.

Vin Scully en 2016

Photo : Getty Images / Jayne Kamin-Oncea

Associated Press

Le légendaire descripteur des Dodgers de Los Angeles Vin Scully est mort à l'âge de 94 ans mardi.

Il a informé et diverti les partisans des Dodgers pendant 67 ans, d'abord à Brooklyn, puis à Los Angeles. Le membre du Temple de la renommée du baseball avait une voix unique et apaisante, qui a bercé une quantité innombrable d'amateurs de baseball.

Nul commentateur n'a été associé à un seul club aussi longtemps que lui.

Il a rendu l'âme en soirée à son domicile de Hidden Hills, ont fait savoir les Dodgers, qui ont parlé à la famille. Il est né le 29 novembre 1927 dans le Bronx.

Il était la voix des Dodgers et beaucoup plus, a écrit l'équipe dans un communiqué. Il était leur conscience et leur poète, saisissant leur beauté. Il était leur battement de cœur, mais aussi celui de tout Los Angeles.

Scully a amorcé son travail de descripteur à New York en 1950, à l'époque de Pee Wee Reese et de Jackie Robinson. En 1953, il est devenu le plus jeune commentateur à décrire un match de la Série mondiale. Il avait 25 ans. La marque tient toujours.

Il a suivi l'équipe dans son déménagement à Los Angeles avant la saison 1958 et n'a pris sa retraite qu'en 2016. Le Temple de la renommée du baseball lui avait fait une place en 1982.

Les joueurs, les gérants, les dirigeants comme les propriétaires se sont enchaînés avec les années, mais il y avait une constante pendant près de sept décennies : Vin Scully.

Toujours gracieux au micro et en personne, il se voyait simplement comme un lien entre le baseball et ses inconditionnels. Même s'il était payé par l'équipe, il n'hésitait pas pour autant à la critiquer. Il disait toujours qu'il voyait les choses avec ses yeux, pas avec son cœur.

Nous avons perdu un géant, a écrit le chef de la direction de l'équipe, Stan Kasten. Il était l'une des plus grandes voix de tout le monde du sport. Il aimait les gens, la vie et sa famille. Sa voix restera gravée dans nos mémoires à jamais.

La rue menant à la porte principale du Dodger Stadium porte son nom depuis sa retraite, autre symbole de son importance pour la franchise californienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !