•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À nouveau en forme, Annemiek van Vleuten enfile le maillot jaune

Une cycliste lève les bras et sourit, sur son vélo, à la fin d'une course.

Annemiek Van Vleuten gagne la 7e étape du Tour de France.

Photo : Getty Images / JEFF PACHOUD

Agence France-Presse

La grande favorite du Tour de France Femmes, Annemiek van Vleuten (Movistar), a survolé la septième étape dans les Vosges. Elle endosse le maillot jaune à la veille de l'arrivée. Simone Boilard a fini au 74e rang.

Sa compatriote Demi Vollering (SD Worx), seule capable de rivaliser un temps seulement avec van Vleuten, occupe la 2e place du classement général, 3 min 14 s devant la Polonaise Katarzyna Niewiadoma (CANYON//SRAM Racing), reléguée à 4:33.

Cela a été de telles montagnes russes. J'ai été tellement malade. Gagner comme ça, c'est incroyable. Et c'est magnifique de terminer ici en solo, a dit la triple gagnante du Tour d'Italie (2022, 2019 et 2018), diminuée en début de semaine par un virus gastro-intestinal.

ÀAnnemiek van Vleuten, 39 ans, a attaqué à environ 80 kilomètres de l'arrivée, dès les premiers lacets en montagne.

Après six jours d'attente, de survie et de récupération, je voulais faire les plus grands écarts de temps possible et cela signifiait attaquer dans la première montée, a-t-elle précisé.

Van Vleuten, qui accusait une minute et demie de retard sur la maillot jaune Marianne Vos, l'a rapidement distancée, comme tout le peloton, à l'exception de Vollering, dans cette première accélération.

Un mouvement plein de panache rappelant l'attaque l'ayant couronnée championne du monde dans le Yorkshire en 2019 à l'issue d'une échappée en solitaire de 105 kilomètres.

Mon style est toujours d'attaquer sans attendre le final, a rappelé la Néerlandaise.

Van Vleuten a décramponné Vollering à une soixantaine de kilomètres de l'arrivée, près du col du Platzerwasel.

Une cycliste souriante soulève une gerbe de fleurs et une peluche.

Annemiek Van Vleuten en jaune à la veille de l'arrivée

Photo : Getty Images / JEFF PACHOUD

Je ne croyais même plus que c'était possible après avoir été si malade, a précisé la grimpeuse. J'ai été si proche de quitter la course, c'est un petit miracle.

Un retour avec force qui a secoué le peloton.

Si elle était vraiment malade et qu'elle n'a rien mangé pendant quelques jours, arriver à s'en remettre comme ça, c'est vraiment impressionnant. Elle nous a bien écrasées, a dit la Française Juliette Labous (DSM), 4e au classement général à +5:22.

La victoire finale, dimanche, tend les bras à Annemiek Van Vleuten après ce numéro en solo dans l'étape la plus accidentée, avec plus de 3000 mètres de dénivelé positif en 127,1 kilomètres.

Sa compatriote Marianne Vos (Jumbo-Visma) a fini au 49e rang, à 24:44 de la gagnante, et a chuté en 21e place du classement général (+23:29).

La Québécoise Simone Boilard (St-Michel-Auber 93) a terminé au 74e rang, dans un peloton de 33 coureuses, avec un retard de 29:56 sur la gagnante.

Ses compatriotes Olivia Baril (Valcar-Travel & Service), 91e, et Magdeleine Vallières Mills (EF Education - TIBCO), 102e, en ont fait partie.

Boilard est 67e au classement général, Vallières Mills 75e et Baril 106e.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !