•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Griner dit n’avoir pas eu l’intention d’introduire de la drogue en Russie

La joueuse marche entourée de policiers.

Brittney Griner à son arrivée à la cour

Photo : Getty Images / KIRILL KUDRYAVTSEV

Agence France-Presse

La vedette américaine de basketball Brittney Griner a dit mercredi lors de son procès avoir, par erreur, apporté du cannabis médicinal en Russie et n'avoir jamais eu l'intention de faire de la contrebande.

Je n'ai pas eu l'idée ni ne prévoyais d'introduire des substances interdites en Russie, a-t-elle déclaré au tribunal à Khimki, près de Moscou, où elle est jugée depuis début juillet, selon une journaliste de l'AFP sur place.

Cette basketteuse de 31 ans, qui mesure 2,06 m (6 pi 7 po), est considérée comme l'une des meilleures du monde et jouait pendant l'intersaison pour un club d'Ekaterinbourg, dans l'Oural.

Elle est jugée à la suite de son arrestation à l'aéroport de Moscou en février en possession d'un liquide de vapoteuse à base de cannabis, qui selon elle lui avait été prescrit par un médecin.

Elle risque jusqu'à 10 ans de prison.

Ce procès est teinté de géopolitique parce que les tensions entre Moscou et Washington sont à leur comble avec le conflit en Ukraine. Nombre d'observateurs soupçonnent la Russie d'utiliser ce cas en vue d'un futur échange de prisonniers avec les États-Unis.

Mercredi, la double championne olympique a expliqué à la cour qu'elle utilisait le cannabis médicinal de façon légale aux États-Unis, sur ordonnance et lors de ses jours de repos, pour soulager de multiples douleurs physiques liées à sa pratique intensive du basketball.

C'est à cause de toutes les blessures que j'ai eues pendant cette longue période de basketball, cela va de mon dos aux cartilages. Et j'ai été en fauteuil roulant pendant quatre mois, car je m'étais foulé la cheville, a-t-elle détaillé.

Elle a assuré n'avoir pas fait exprès d'en prendre avec elle avant de partir en Russie.

Je ne comprends toujours pas comment ça a fini dans mon sac. Je n'avais pas l'intention d'enfreindre la loi russe [...] Si je dois faire des hypothèses sur la façon dont ça a fini dans mon sac, je dirais que c'était parce que j'étais pressée de faire mes bagages, a-t-elle ajouté.

Elle a simplement oublié de revérifier ses affaires, a indiqué un de ses avocats, Alexandre Boïlov, tandis que la défense a affirmé qu'elle avait pu souffrir de pertes de mémoire puisqu'elle venait de subir une COVID violente.

Brittney Griner a également affirmé n'avoir pas suivi les recommandations des autorités américaines de ne pas se rendre en Russie à cette période, car elle ne souhaitait pas laisser tomber son équipe.

De nombreuses joueuses, attirées par des salaires bien plus élevés qu'aux États-Unis, vont jouer dans des clubs à l'étranger pendant les pauses dans la saison américaine.

La basketteuse est également revenue sur ses conditions de détention après son arrestation à l'aéroport. Elle affirme avoir été détenue pendant de longues heures sans téléphone ni interprète compétent, avant de finalement pouvoir prévenir son avocat, son employeur et ses proches.

En sept ans de voyages vers l'Asie et la Russie, je n'avais jamais vu autant de gens travailler (dans cet aéroport) ce jour-là, a-t-elle noté.

Le président américain Joe Biden a fait de sa libération une priorité, après avoir été accusé de ne pas agir suffisamment dans ce dossier.

Après l'audience de mercredi, la représentante de l'ambassade américaine en Russie, Elizabeth Rood, a indiqué avoir pu converser avec la championne et a assuré que Washington continuerait de suivre attentivement l'affaire.

La prochaine audience est prévue le 2 août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...