•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hockey Canada : chronologie de l’affaire de viol collectif allégué de 2018

Des joueurs canadiens se rassemblent sur la glace pour célébrer un but.

Hockey Canada est éclaboussé par deux présumées histoires d'agression sexuelle.

Photo : The Canadian Press / JASON FRANSON

La Presse canadienne

La haute direction de Hockey Canada sera de nouveau entendue par le Comité permanent du Patrimoine canadien, mardi et mercredi, pour élucider l'affaire d'agression sexuelle alléguée de 2018. Retour sur les différentes étapes menant à cette comparution devant des élus fédéraux, où sont notamment conviés les commissaires des trois ligues de hockey junior majeur au pays.

5 janvier 2018 : L'équipe canadienne de hockey junior défait la formation suédoise 3-1 dans le match pour la médaille d'or au Championnat du monde, à Buffalo, à New York.


18 juin 2018 : La Fondation de Hockey Canada tient un gala et présente un tournoi de golf, à London, en Ontario.


19 juin 2018 : Le beau-père d'une femme informe Hockey Canada que sa belle-fille allègue avoir été agressée sexuellement la nuit précédente, lorsqu'elle était en état d'ébriété, par huit joueurs de l'équipe canadienne junior.

La fédération nationale dit avoir parlé à sa compagnie d'assurance, puis a signalé la situation à la police de London, qui a lancé une enquête. Hockey Canada a ouvert sa propre enquête avec une tierce partie en faisant appel à un cabinet d'avocats de Toronto.


Juin 2018 : Hockey Canada indique avoir notifié à Sport Canada l'incident allégué.


Février 2019 : Hockey Canada affirme que la police de London lui a fait savoir que l'enquête criminelle est close. La fédération dit que la présumée victime a refusé de s'entretenir avec ses enquêteurs ou avec les autorités.


Septembre 2020 : Hockey Canada indique avoir terminé son enquête.


Avril 2022 : La présumée victime dépose une poursuite de 3,55 millions de dollars en dommages et intérêts contre Hockey Canada, la Ligue canadienne de hockey et huit joueurs de la formation nationale junior de 2018.


Mai 2022 : Hockey Canada règle à l'amiable la poursuite de la présumée victime pour un montant inconnu.


Mai 2022 : Le chef de la direction de Hockey Canada, Tom Renney, téléphone à la ministre fédérale des Sports, Pascale St-Onge, dont relève la fédération nationale, pour l'informer que TSN dévoilera l'histoire de viol collectif allégué au cours des prochains jours.

La ministre St-Onge dit que c'est la première fois qu'elle entend parler de l'incident présumé ou du règlement à l'amiable.


26 mai 2022 : TSN révèle les détails de l'agression sexuelle alléguée et du règlement à l'amiable.


2 juin 2022 : La ministre St-Onge ordonne un audit de Hockey Canada afin de s'assurer qu'aucun fonds public n'ait été utilisé dans le cadre du règlement à l'amiable.


20 juin 2022 : Tom Renney et le président de Hockey Canada, Scott Smith, sont interrogés par des députés fédéraux lors d'une réunion du Comité permanent du Patrimoine canadien concernant la réponse de la fédération nationale dans ce dossier.

Renney et Smith témoignent que les 19 joueurs présents à London ont été fortement encouragés à parler aux enquêteurs, mais n'ont pas été contraints de le faire.

Hockey Canada ajoute ne pas connaître l'identité des huit joueurs en question. Smith atteste que la fédération a signalé trois plaintes d'agression sexuelle dans les dernières années, dont celle de London, mais ne discutera pas des deux autres devant le comité.

22 juin 2022 : La ministre St-Onge annonce un gel du financement de Hockey Canada jusqu'à ce que la fédération divulgue les recommandations faites par le cabinet d'avocats de Toronto et adhère au Bureau du commissaire à l'intégrité, un nouvel organisme gouvernemental pouvant enquêter sur les plaintes pour abus et imposer des sanctions.


La Chambre des communes approuve à l'unanimité une motion du Bloc québécois afin qu'une enquête indépendante soit menée en ce qui concerne la gestion des allégations par Hockey Canada.

28 juin 2022 : La Banque Scotia annonce la suspension de sa commandite à Hockey Canada jusqu'à ce que l'institution financière soit convaincue que l'organisation prend les bonnes mesures pour améliorer la culture au sein du sport.

Canadian Tire et Telus emboîtent le pas plus tard dans la journée, retirant leur soutien au Championnat du monde de hockey junior reporté par la crise sanitaire en août prochain et tenu à Edmonton.


29 juin 2022 : Tim Hortons et Imperial Oil, sous sa marque Esso, rejoignent une liste croissante d'entreprises retirant leurs commandites à Hockey Canada.


30 juin 2022 : Victor Mete, membre de l'équipe canadienne junior de 2018, déclare ne pas être impliqué dans l'affaire d'agression sexuelle alléguée. Il ajoute dans un message sur les réseaux sociaux qu'il était à l'époque en vacances avec sa famille.

Le défenseur dit être profondément troublé par les informations faisant état de cet incident et qu'il coopérera pleinement avec les enquêteurs s'il est sollicité.


Tom Renney quitte son poste de chef de la direction de Hockey Canada après avoir annoncé un plan de relève en avril selon lequel Scott Smith le remplacera dans ses fonctions.


1er juillet 2022 : Scott Smith prend la place de Tom Renney en tant que chef de la direction de Hockey Canada, en plus de demeurer président de la fédération nationale.


14 juillet 2022 : Hockey Canada écrit dans une lettre ouverte à la population qu'elle rouvre son enquête indépendante sur l'agression sexuelle présumée de 2018. La fédération nationale ajoute que la participation des joueurs sera obligatoire, cette fois, et que quiconque refusera de s'y soumettre sera banni de toutes les activités du programme.

Hockey Canada affirme que, dorénavant, elle exige des joueurs, entraîneurs, personnel de l'équipe et bénévoles associés au programme de haute performance de participer à la formation obligatoire sur la violence sexuelle et le consentement.

La fédération nationale indique qu'elle procédera également à un examen de la gouvernance de l'organisation par une tierce partie et s'engage à devenir un signataire à part entière du Bureau du commissaire à l'intégrité.

Hockey Canada ajoute qu'elle créera un mécanisme de plaintes indépendant et confidentiel pour fournir aux victimes des outils et du soutien pour qu'elles se manifestent.


18 juillet 2022 : La Presse canadienne révèle que Hockey Canada possédait un fonds de réserve, puisé à même les frais d'inscription au hockey mineur, afin de payer les responsabilités non assurées, y compris les réclamations pour abus sexuels.

Le détail est inclus dans une déclaration sous serment datant de juillet 2021 signé par Glen McCurdie, alors vice-président des assurances et de la gestion des risques de Hockey Canada, dans le cadre d'une poursuite intentée par un hockeyeur blessé en Ontario.


19 juillet 2022 : Hockey Canada confirme l'existence du fonds de réserve servant à couvrir un large éventail de dépenses liées aux initiatives de sécurité, de bien-être et d'équité dans l'ensemble de la fédération.

Le fonds est également utilisé pour payer les primes d'assurance de l'organisation et pour couvrir toute réclamation non couverte par les polices d'assurance, y compris celles liées aux blessures physiques, au harcèlement et à l'inconduite sexuelle, indique le communiqué de Hockey Canada.


Le premier ministre Justin Trudeau se dit outré par le leadership de Hockey Canada concernant l'utilisation du fonds de réserve pour régler les réclamations d'abus sexuels.

« Je pense qu'en ce moment, il est difficile pour quiconque au Canada d'avoir foi ou confiance en qui que ce soit à Hockey Canada. Ce que nous apprenons est absolument inacceptable. »

— Une citation de  Justin Trudeau, premier ministre du Canada

L'attaquant Robert Thomas, membre de l'équipe canadienne junior de 2018, nie à son tour toute implication dans l'agression sexuelle présumée.

Son nom s'ajoute à ceux de Maxime Comtois, Kale Clague, Jordan Kyrou, Sam Steel, Taylor Raddysh, Cale Makar, Victor Mete, Conor Timmins et Brett Howden, qui ont aussi clamé publiquement leur innocence.


20 juillet 2022 : Hockey Canada déclare qu'il n'utilisera plus son fonds de réserve afin de régler les plaintes pour agression sexuelle.


La police de London ordonne une révision interne de son enquête sur le viol collectif allégué de 2018.

Le chef du service de police, Steve Williams, indique par communiqué que son département déterminera si d'autres pistes d'enquête pouvaient exister. Il précise que l'enquête initiale, qui s'est conclue sans que des accusations soient déposées, a été longue et détaillée.


21 juillet 2022 : Le premier ministre Trudeau affirme que Hockey Canada devra procéder à un examen de conscience sincère. Il poursuit en disant que la fédération nationale doit faire énormément pour regagner la confiance de la population.


22 juillet 2022 : Hockey Canada annonce que les joueurs de l'équipe nationale de 2003 ayant participé au mondial de hockey junior font l'objet d'une enquête sur une agression sexuelle présumée.

La fédération nationale dit avoir contacté la police régionale d'Halifax au sujet des allégations. La capitale de la Nouvelle-Écosse était l'une des deux villes hôtesses du Championnat monde de 2003.


La police de London rouvre l'enquête de 2018 sur les allégations de viol collectif impliquant des joueurs de l'équipe canadienne de hockey junior.


25 juillet 2022 : Hockey Canada dévoile un plan d'action pour lutter contre les problèmes systémiques du sport à la veille du début d'une deuxième série d'audiences parlementaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !