•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Simone Boilard amorce le Tour de France féminin avec une 8e place

Elle roule sur une section de pavés

Simone Boilard

Photo : Auguste Devaire

Radio-Canada

Le Tour de France féminin renaît de ses cendres, dimanche, après une longue absence de 33 ans. La Canadienne Simone Boilard a marqué le coup de ce grand retour en décrochant une 8e place lors de l'étape initiale remportée par la Néerlandaise Lorena Wiebes.

Wiebes a revêtu le maillot jaune de meneuse après avoir battu sa compatriote Marianne Vos pour s'imposer à Paris, où la Belge Lotte Kopecky a pris le 3e échelon du sprint final.

La première championne a enregistré un chrono de 1 h 53 min 50 s au terme d'un parcours de 81,7 km qui reliaient la tour Eiffel aux Champs-Élysées. Elle a devancé Vos et Kopecky par quatre et six secondes, respectivement, grâce aux bonifications.

Non loin derrière, Boilard (1:54:00) a accusé un retard de 10 secondes sur Wiebes. Même son de cloche du côté d'Olivia Baril (1:54:00), qui a conclu au 41e échelon. Leur compatriote Magdeleine Vallières-Mill (1:54:56) a quant à elle abouti au 125e rang.

Ç’a été compliqué pour mes coéquipières qui ont été prises dans des chutes, alors je me suis positionnée seule dans les derniers kilomètres de la course. Mon plan était de me placer derrière Vos jusqu’au sprint, ce que j’ai réussi à faire, mais je me suis fait prendre à la toute fin et j’ai dû freiner à 300 mètres de la ligne, a expliqué Boilard.

Ce n’était pas l’exécution idéale et j’étais un peu déçue après l’effort, parce que je savais que j’avais une chance de faire encore mieux, a-t-elle poursuivi. Par contre, je suis rapidement revenue à la réalité. C’est une performance incroyable et je ne m’attendais pas à ça.

De ses propres dires, Boilard carbure aux défis et elle déborde d’ambition pour les prochaines étapes de cette compétition qui se conclura dimanche prochain, à la Super Planche des BellesF illes.

Je ne vise pas le classement général, mais il y a plusieurs belles opportunités avant les étapes finales. J’ai la chance d’avoir un rôle de leader et je veux représenter mon équipe du mieux que je le peux. Ça me tient à cœur et je vais tout donner, a-t-elle conclu.

Triple championne du monde (2006, 2012 et 2013), Vos a lancé le sprint de loin pour tenter de l'emporter sur l'avenue parisienne, comme en 2014 lorsqu'elle avait décroché la première édition de La Course by Le Tour de France sur ces mêmes pavés.

Wiebes, bien replacée dans l'ultime virage, n'a pas été surprise dans ce 12e tour du circuit autour du jardin des Tuileries et sur les Champs-Élysées. Les filles ont fait un travail incroyable. J'ai pu réaccélérer pour passer devant Marianne sur la ligne.

Il s'agit déjà d'un 52e succès pour la Néerlandaise de 23 ans, et également d'un 16e gain depuis le début de la saison.

Seule l'Italienne Elisa Balsamo l'a privée d'une victoire au sprint cette année, et à deux occasions. Mais la porteuse du maillot arc-en-ciel, moins bien positionnée, n'a pu tenter l'attaque voulue dans la dernière ligne droite.

J'étais complètement enfermée dans le final. J'ai essayé de sprinter, mais j'étais trop loin et mes jambes n'étaient pas si bonnes, a déclaré Balsamo.

La deuxième manche sera disputée lundi, entre Meaux et Provins, où elles ne seront que 143 cyclistes au départ de la course sur 136,4 km. La Belge Alana Castrique a été contrainte à l'abandon après une chute à une dizaine de kilomètres de l'objectif.

Demain, l'étape est vraiment importante, assure Wiebes. Le maillot vert, nous n'allons pas y laisser une énergie folle. Il y aura le [classement] général à jouer avec Juliette [Labous].

(Avec les informations de Sportcom)

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !