•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Brittney Griner : Washington doit respecter le droit russe

La femme avec des lunettes se trouvent derrière des barreaux.

Brittney Griner

Photo : Reuters / EVGENIA NOVOZHENINA

Associated Press

Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, s'en est prise jeudi aux États-Unis pour avoir qualifié la détention de Brittney Griner pour possession de drogue de « détention illégale », estimant qu'il s'agit d'un manque de respect envers le droit russe.

La basketteuse étoile est détenue depuis son arrestation à la mi-février à un aéroport de Moscou après que des cartouches de vapotage contenant du cannabis eurent été trouvées dans ses bagages.

La joueuse du Mercury de Phoenix et double médaillée d'or olympique a admis devant le tribunal ce mois-ci que les cartouches lui appartenaient, mais a assuré qu'elle n'avait pas l'intention de commettre un méfait.

Elle pourrait purger une peine maximale de 10 ans de prison si elle est reconnue coupable. Son procès doit reprendre mardi prochain.

En mai, le département d'État a déclaré que Griner était détenue illégalement, ce qui signifie que son dossier a été acheminé à un envoyé présidentiel spécialisé dans les prises d'otage. En fait, il s'agit du négociateur en chef du gouvernement américain pour les otages.

Mme Zakharova a rappelé jeudi que la légalisation du cannabis pour des motifs médicaux et récréatifs dans certains États américains n'a aucune valeur juridique en Russie.

Si un citoyen américain est détenu pour trafic de drogue, et elle ne le nie pas, alors elle s'expose aux lois locales, aux lois russes, et non celles adoptées à San Francisco, New York ou Washington, a-t-elle dit.

Vous comprenez, si les drogues sont légalisées aux États-Unis, dans certains États, et ça fait déjà un certain moment déjà, alors ce pays deviendra accro aux drogues. Ça ne signifie pas pour autant que les autres pays doivent adopter des politiques similaires, a-t-elle ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !