•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Une rare compétition réunit athlètes et para-athlètes

Vue d'un lac avec des quais et un kayak sur l'eau.

Les Championnats du monde de canoë-kayak sprint et de paracanoë auront lieu à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Canoe22

La ville de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, sera l’hôtesse des Championnats du monde de canoë-kayak sprint et de paracanoë (Canoe22). Les compétitions se dérouleront du 3 au 7 août sur le lac Banook, tandis qu’un festival culturel se tiendra sur ses berges.

Les organisateurs attendent environ 1000 athlètes de 70 pays et, fait intéressant, cette compétition est l'un des rares événements qui incluent les para-athlètes.

Dartmouth possède l’un des derniers lacs naturels encore utilisés pour accueillir des compétitions internationales, contrairement à la majorité des parcours qui ont été aménagés sur mesure pour ce type d’événement. Le lac Banook se situe au milieu de la région métropolitaine d’Halifax.

Une carte avec un plan d'eau au centre

Le site de compétition

Photo : Capture d'écran Canoe22

Un parcours de course de canoë et de kayak de 1000 mètres de calibre international est aménagé sur le lac pendant les mois d’été. Le site comporte neuf couloirs de neuf mètres de largeur. La ligne de départ du 1000 m se trouve à l’extrémité nord du lac et la ligne d’arrivée, à l’extrémité sud.

Sur la rive ouest, une tour de trois étages s'élève au-dessus du lac pour permettre aux officiels de juger l’arrivée des courses. Le parcours est utilisé chaque année pour de nombreuses compétitions.

Deux hommes sont sur une embarcation sur un lac et vérifient le système de départ de course.

Des travailleurs sur le lac Banook avant une compétition en 2014

Photo : The Canadian Press / Andrew Vaughan

La dernière fois que les Championnats du monde se sont tenus ici, en 2009, les événements de paracanoë étaient en démonstration, tout comme le canoë féminin.  Nous sommes heureux qu’ils soient maintenant inclus dans le programme de courses officielles , affirme Tom Hall, directeur technique du comité organisateur.

 On peut s’attendre à voir des équipes canadiennes très compétitives se battre pour les médailles.

Depuis quelques semaines, le site a des allures de chantier de construction puisqu'il faut s’assurer que tout sera prêt pour le début du mois d’août.

 Notre plus grand défi est de transformer une communauté urbaine en site de compétition de niveau international pour tous les athlètes. Nous sommes chanceux de travailler avec le soutien de plusieurs groupes communautaires autour du lac , dit Hall.

« Nous avons fait face à quelques défis pour répondre aux normes de la Fédération internationale, et nous avons hâte de dévoiler nos réalisations. »

— Une citation de  Tom Hall, directeur technique du comité organisateur de Canoe22

Tous les événements de sprint, que ce soit pour les mondiaux ou pour les différentes coupes du monde, incluent des athlètes ayant des handicaps.

La Fédération internationale de canoë demande donc aux comités organisateurs de s’assurer qu’il n’y a pas d'obstacles à la compétition pour les athlètes ayant un handicap et que le site soit accessible. Les athlètes pourront ainsi se concentrer sur leur performance.

Le comité organisateur a fait plusieurs changements pour améliorer l’accessibilité aux installations. Le village des athlètes, où ils se reposent, mangent ou reçoivent des traitements durant la journée avant de retourner à leur hôtel en soirée, a été déplacé de l'endroit où il se trouvait en 2009 vers un endroit plus approprié.

« Nous avons modifié les sentiers sur le site pour que leurs surfaces soient lisses et stables. Nous avons acheté de nouveaux quais qui sont très bas et nous avons ajouté des rampes dans plusieurs secteurs. Ces adaptations serviront durant l'événement et resteront en place comme héritage pour la communauté autour du lac. »

— Une citation de  Tom Hall, directeur technique du comité organisateur de Canoe22

Chaque épreuve de paracanoë et de parakayak sera une course de 200 mètres. Les athlètes participent à l’une des trois catégories selon leur amplitude de mouvement.

Il y a deux types d’embarcations : le kayak, qui ressemble fortement au kayak de sprint, et le Va’as modifié, un type d’embarcation utilisée dans les îles du Pacifique Sud. C’est un bateau qui est très stable grâce à un système de stabilisateur. Les compétiteurs utilisent une pagaie comportant une seule pale.

 Il y a des fauteuils roulants sur le quai.

Deux personnes sont dans des embarcations et parlent à leurs entraîneurs.

Photo : Canoe22

Même si le paracanoë est relativement nouveau à l’international, c’est un sport qui se développe rapidement et qui est chaudement disputé aux Paralympiques. Les épreuves de paracanoë et de parakayak sont toujours incluses dans les compétitions normales.

La structure des événements, le nombre limité de classifications et d’épreuves offertes ainsi que le nombre restreint d’athlètes facilitent grandement les choses. De plus, tous les athlètes sont bien acceptés.

Le talent et les performances sont valorisés par tous les athlètes de niveau international et nous n’en manquerons pas ici, à Canoe22, avec les programmes de sprint et de paracanoë , mentionne le directeur technique.

Les épreuves de parakayak ont fait leur début aux Jeux de Rio de Janeiro en 2016. Les épreuves de paracanoë ont, quant à elles, été disputées pour la première fois en 2020. Il y a encore beaucoup de travail à faire.

Les fédérations de chaque pays ont une structure différente. Certaines inscrivent des équipes combinées et certaines sont encore séparées. Canoë Kayak Canada administre les programmes au niveau national pour permettre aux Canadiens, indépendamment de leurs habiletés, de pratiquer le sport et de connaître le succès aux plus hauts niveaux de compétition.

L’équipe canadienne de paracanoë de vitesse comprend deux paralympiens de Tokyo : Mathieu St-Pierre, de Shawinigan, et Brianna Hennessy, d’Ottawa.

L'homme musclé se propulse lors d'une compétition.

Mathieu St-Pierre

Photo : Gracieuseté : Canoe Kayak Canada

Les deux athlètes se sont d’ailleurs illustrés dans une Coupe du monde, en Pologne, en mai dernier. St-Pierre a dominé sa course du VL 200 m pour remporter l’or.

L'athlète effectue des mouvements de pagaie et se dirige dans son corridor pour sa vague de qualification au KL1.

Brianna Hennessy

Photo : Canadian Paralympic Committee / Dave Holland / Canadian paralympic committee

Hennessy et sa coéquipière Erica Scarff ont décroché l’or au VL3 200 m. Scarff, qui a participé aux Jeux paralympiques en 2016, a aussi gagné l’argent au VL2 200 m et le bronze au KL1 200 m.

Six autres athlètes de paracanoë en seront à leur première compétition internationale à Halifax, faisant de l’équipe canadienne la plus grosse délégation à se qualifier pour les Championnats du monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !