•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hockey Canada rouvre son enquête sur les allégations d’agression sexuelle

Une silhouette survole le logo de Hockey Canada incrusté dans la glace d'une patinoire.

Le reportage de Christine Roger

Photo : Reuters / Jim Young

La Presse canadienne

Hockey Canada promet des changements. Il reste à savoir si ces mesures suffiront à satisfaire le grand public, les amateurs, le gouvernement fédéral et les commanditaires.

La fédération canadienne, qui est sous le feu des critiques depuis des semaines, a publié jeudi une lettre ouverte adressée aux Canadiens.

Elle relance notamment l'enquête concernant les allégations d'agression sexuelle impliquant des membres de l'équipe nationale junior de 2018. L'enquête sera de nouveau menée par un tiers indépendant.

Hockey Canada a précisé que la participation de tous les joueurs concernés est obligatoire, ajoutant que toute personne qui refuse sera exclue de toutes les activités et de tous les programmes avec effet immédiat.

L'organisation avait précédemment déclaré qu'elle encourageait fortement les joueurs à participer à l'enquête sur l'incident survenu après une réception en 2018, mais ne l'avait pas rendue obligatoire.

Notre chroniqueur Martin Leclerc réagit à la réouverture de l'enquête concernant les allégations d'agression sexuelle impliquant des membres de l'équipe nationale junior de 2018.

Le président et chef de la direction de Hockey Canada, Scott Smith, qui a pris ses fonctions le 1er juillet et a occupé divers postes au sein de l'organisme depuis 1995, a expliqué devant le comité permanent du Patrimoine le mois dernier que 12 ou 13 des 19 joueurs de l'équipe ont été interrogés avant l'enquête initiale et incomplète qui s'est conclue en septembre 2020.

Nous savons que notre réponse a été insuffisante relativement aux agissements de certains membres de l'équipe nationale junior 2018, voire pour mettre fin à la culture de comportements toxiques au sein de notre sport, écrit Hockey Canada dans sa lettre de trois pages.

Nous en sommes sincèrement désolés.

La fédération a réglé discrètement à l'amiable une poursuite en mai à la suite d'allégations d'une femme qui affirme avoir été agressée par huit joueurs, dont des membres de l'équipe nationale junior médaillée d'or en 2018, lors d'un événement à London, en Ontario.

Aucune des allégations n'a été prouvée devant les tribunaux.

Hockey Canada ordonne la réouverture de l'enquête sur le présumé viol collectif perpétré par des membres de l’équipe nationale junior de 2018. Elle sera menée par un tiers indépendant. Reportage de Christine Roger.

L'avocat de la femme a indiqué dans un courriel jeudi que sa cliente, qui n'a pas participé à l'enquête initiale et n'a pas parlé aux autorités policières, participera à l'enquête de Hockey Canada et ne fera aucun commentaire dans les médias pour l'instant.

Scott Smith, alors président de Hockey Canada, et le chef de la direction sortant, Tom Renney, ont été interpellés par des députés à Ottawa en juin au sujet de la situation après l'annonce de l'agression présumée et de l'entente.

Mécontent des réponses des dirigeants, le gouvernement fédéral a par la suite suspendu le financement public de la fédération nationale, et un certain nombre de commanditaires ont emboîté le pas en attendant les prochaines étapes.

Nous reconnaissons que nombre des mesures que nous prenons aujourd'hui auraient dû être prises plus tôt, et plus rapidement, poursuit la lettre de Hockey Canada. Nous l'admettons, et nous ferons tout pour mieux nous acquitter de nos responsabilités envers les Canadiens et Canadiennes.

Il prononce un discours devant un logo de Hockey Canada.

Scott Smith

Photo : The Canadian Press / Jeff McIntosh

La sphère politique réagit

Questionnée sur ses attentes envers l'annonce de Hockey Canada, la ministre fédérale des Sports, Pascale St-Onge, a déclaré qu'elle voyait la démarche d'un bon œil, en gardant toutefois certaines réserves.

C'est un pas dans la bonne direction, mais je m'attends à ce que les bottines suivent les babines, donc ce seront les actions et les résultats qui seront entrepris qui seront les témoins de la force de l'engagement de Hockey Canada, de façon à ce qu'il y ait un changement de culture au sein du hockey au pays, mentionne-t-elle.

La ministre a applaudi l'adoption d'un volet éducation au sujet du consentement, car il faut discuter de ces enjeux-là avec les jeunes puisque le hockey prend tellement de place dans leur vie.

Elle a toutefois rappelé que les engagements écrits de Hockey Canada ne seront pas suffisants pour permettre à l'organisation de retrouver son financement gouvernemental.

« Hockey Canada doit encore adhérer aux conditions soumises [pour l'obtention du financement]. Premièrement, que Hockey Canada signe le document du commissaire de l'intégrité dans le sport, pour que les cas de maltraitance ou d'abus puissent être traités par ce bureau-là, et aussi qu'on reçoive les recommandations de la firme qu'ils ont engagée pour améliorer la culture au sein de Hockey Canada, ainsi qu'un plan concret pour l'implanter [...] Donc, tant qu'on ne sera pas satisfaits au sujet des actions concrètes prises, on va maintenir notre décision [de suspendre le financement]. »

— Une citation de  Pascale St-Onge, ministre fédérale des Sports

De son côté, le porte-parole en matière de sports du Bloc québécois, Sébastien Lemire, n'a pas mâché ses mots au sujet de la lenteur du processus.

C'est l'attitude que nous attendions de Hockey Canada, mais quatre ans trop tard. Il faudra s'assurer que l'ensemble des mesures annoncées soient mises en œuvre et que le processus demeure une démarche sincère et transparente qui permette à Hockey Canada de regagner la confiance des citoyens, des parlementaires et de ses athlètes. Nous nous attendons aussi à ce que l'enquête indépendante annoncée touche la gouvernance et vise également les décideurs qui ont visiblement décidé de camoufler l'affaire en 2018, indique-t-il.

Hockey Canada a précisé qu'il exigera désormais que les joueurs, les entraîneurs, le personnel de l'équipe et les bénévoles associés à son programme de haute performance participent à la formation obligatoire sur la violence sexuelle et le consentement.

Il procédera également à un examen complet par un tiers de la gouvernance de l'organisation et s'engage à devenir un signataire à part entière du Bureau du commissaire à l'intégrité dans le sport (BCIS), une nouvelle agence gouvernementale habilitée à enquêter de manière indépendante sur les plaintes pour abus et à imposer des sanctions.

Hockey Canada annonce qu'il créera également un mécanisme de plaintes indépendant et confidentiel pour fournir aux victimes et aux survivants des outils et du soutien nécessaires pour dénoncer ces agissements.

Pascale St-Onge a révélé en juin que les fonds fédéraux ne seraient rétablis que lorsque les responsables auront produit le rapport incomplet de la tierce partie et seront devenus signataires du BCIS.

Une femme avec un micro parle en levant les deux mains.

La ministre des Sports Pascale St-Onge

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Hockey Canada ne s'est toutefois pas engagé à publier le rapport incomplet ou complet au gouvernement dans sa lettre de jeudi. Nous entendons la population, les joueurs et joueuses, leurs familles, les partisans et partisanes, nos commanditaires et les personnes touchées par ce qui s'est produit en 2018, écrit l'organisme.

Hockey Canada a précisé qu'une fois son enquête terminée par le même cabinet d'avocats de Toronto embauché en 2018, elle sera confiée à un tribunal d'arbitrage indépendant formé de juges en poste et d'anciens juges, qui déterminera les conséquences appropriées, lesquelles pourraient comprendre l'exclusion à vie des activités de Hockey Canada, sur la glace et à l'extérieur.

La victime alléguée de l'agression réclamait 3,55 millions de dollars en dommages et intérêts à Hockey Canada, à la Ligue canadienne de hockey et aux joueurs anonymes.

Hockey Canada a souligné que la femme avait refusé de parler à la fois à la police de London (la police a clos son enquête en février 2019) et à son cabinet d'avocats.

La fédération a ajouté que la femme avait décidé de ne pas nommer les joueurs.

Nous saluons le courage de la jeune femme et respectons sa décision de participer à l'enquête de la façon dont elle le souhaite, poursuit Hockey Canada.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Les détails du règlement n'ont pas été rendus publics, mais Scott Smith a affirmé en juin devant le comité permanent du Patrimoine canadien que Hockey Canada avait fourni les fonds et payé la totalité de la somme, ajoutant qu'aucun argent du gouvernement n'avait été utilisé.

La ministre St-Onge a ordonné une vérification comptable pour s'assurer que c'est bien le cas.

Le comité doit se réunir les 26 et 27 juillet pour entendre d'autres témoins. Il a également demandé une copie expurgée de l'accord de non-divulgation lié au règlement ainsi qu'une longue liste de communications de Hockey Canada.

La LNH mène également une enquête, car certains hockeyeurs de l'équipe jouent maintenant dans sa ligue.

Pascale St-Onge a précisé qu'elle n'avait appris l'incident et le règlement que lors d'un appel avec Tom Renney quelques jours avant que l'histoire soit révélée par le réseau TSN. Hockey Canada a expliqué avoir informé Sport Canada de la situation en juin 2018.

Hockey Canada a ajouté qu'elle publiera un plan d'action détaillé présentant une multitude des mesures prises, de même qu'auprès de nos partenaires et parties prenantes, pour améliorer la culture entourant notre sport.

Nous sommes conscients que ce changement ne se produira pas du jour au lendemain, souligne Hockey Canada. Mais nous avons la ferme intention d'apprendre et de travailler avec nos partenaires pour nous améliorer.

La Banque Scotia, Telus, Tim Hortons et Imperial Oil, sous sa marque Esso, sont les entreprises qui ont suspendu ou retiré leur financement à Hockey Canada ou à des événements spécifiques.

Hockey Canada a reçu 14 millions d'Ottawa en 2020 et 2021, dont 3,4 millions en subventions pour la COVID-19, selon les dossiers du gouvernement.

Scott Smith a affirmé en juin que Hockey Canada a signalé trois plaintes d'agression sexuelle au cours des dernières années, y compris l'incident de London, mais n'a pas voulu discuter des deux autres devant le comité.

Il a ajouté qu'il y avait eu jusqu'à deux plaintes d'inconduite sexuelle à chacune des cinq ou six dernières années.

Le message de la population est très clair : vous vous attendez à ce que notre sport national et les personnes qui le représentent travaillent fort pour gagner votre confiance chaque jour. Nous vous avons entendu et nous sommes déterminés à opérer les changements nécessaires pour nous permettre d'être une organisation à la hauteur de vos attentes et de restaurer votre confiance en nous, conclut la lettre de Hockey Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...