•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Le congédiement de Khari Jones était écrit dans le ciel

Khari Jones rappelle ses joueurs à l'ordre lors d'une séance d'entraînement.

Khari Jones

Photo : DOMINICK GRAVEL / Alouettes de Montréal

Après leur premier match, une défaite à Calgary, Danny Maciocia avait déclaré qu'il ne fallait pas paniquer et que ce n'était pas comme si l'équipe était à 0-4 ou à 1-3.

Comme l'équipe s'est retrouvée avec une victoire et trois défaites, il ne faut donc pas être surpris de voir Maciocia passer aux actes mercredi et congédier son entraîneur-chef Khari Jones et son coordonnateur en défense, Barron Miles.

Cette année, les Alouettes souhaitaient raffermir leur discipline, particulièrement en défense, et améliorer leur attaque qui doit trop souvent se contenter d'un botté de placement au lieu d'un touché.

Dans les deux cas, les objectifs n'ont pas été atteints.

Pour ce qui est de la discipline, les 100 verges de pénalités lors de la toute première demie du premier match de la saison n'auguraient vraiment rien de bon.

Après deux matchs plus calmes, la débandade à Regina a envoyé de très mauvais signaux.

D'abord, l'expulsion du plaqueur Michael Wakefield, qui a pété les plombs après avoir été appâté par le mauvais coup d'un adversaire, n'aurait jamais dû survenir. Il a été renvoyé sur le terrain à chaud, même s'il était encore en furie.

Les Alouettes étaient également à court de personnel (c'est la mode partout cette année), car Almondo Sewell était parti assister à la naissance de son enfant. Wakefield aurait dû se retenir ou quelqu'un aurait dû réussir à lui faire entendre raison.

Puis, lundi, l'équipe a annoncé qu'elle libérait le secondeur partant Tre Watson, sans raison. Récupéré par les Elks d'Edmonton, Watson a parlé de deux incidents qui l'ont sorti de Montréal, un avec un entraîneur et un autre avec un joueur.

Bref, l’indiscipline au sein de l'équipe ne semblait toujours pas réglée.

Pour ce qui est de l'attaque, les Moineaux ont atteint la zone des buts 5 fois en 14 visites dans la zone payante, ce qui est nettement inférieur à la moyenne et insuffisant pour une équipe qui dit compter sur le meilleur groupe de receveurs de la ligue.

Une question de temps

Lors de la nomination de Danny Maciocia à la tête des Alouettes, il a hérité d'un personnel d'entraîneurs qu'il n'avait pas choisi. Certains doutaient déjà de la longévité de ce mariage.

Après une saison écourtée, qui s'est terminée après un seul match éliminatoire, il a greffé ses hommes au personnel en place en embauchant Anthony Calvillo et en donnant une promotion à Byron Archambault .Cette année, dans les prédictions de début de saison, plusieurs observateurs avaient avancé que ce n'était qu'une question de temps avant que Danny Maciocia descende sur les lignes de côté pour prendre l'équipe en main.

Il y a deux semaines, sa présence sur le terrain en compagnie du propriétaire et du président de l'équipe n'a pas fait taire les rumeurs. Bref, l'annonce du congédiement de Khari Jones ne devrait surprendre personne à ce moment-ci.

L'équipe est en congé pour une semaine et elle est toujours au plus fort de la lutte dans la faiblarde Division est où personne ne gagne.

En prenant lui-même la barre de l'équipe, Danny Maciocia n'a d’autres choix que de gagner rapidement, car il ne pourra pas dire que ce n'est pas son équipe qui est en place, tant sur le terrain que sur les lignes de côté. On peut présumer que le propriétaire, l'homme qui a récemment découvert Twitter (Nouvelle fenêtre), gardera un œil sur son équipe. Gary Stern ne semble pas l'homme le plus patient de la ligue.

Personnellement, je suis toujours déçu quand, comme le disait Pat Burns, un autre pilote n'est pas revenu de la guerre, en parlant du congédiement d'un collègue.

C'est particulièrement plate de voir partir un monsieur comme Khari Jones, qui a toujours été d'une gentillesse et d'une patience exemplaire avec tout le monde, peu importe leur langue ou leur accent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !