•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nageuse Mary-Sophie Harvey raconte avoir été droguée lors des mondiaux

Elle prend une respiration.

Mary-Sophie Harvey en action lors du 200 m quatre nages aux Championnats du monde de la FINA

Photo : afp via getty images / ATTILA KISBENEDEK

La Presse canadienne

Mary-Sophie Harvey a raconté dans une publication sur son compte Instagram avoir été droguée lors de la dernière journée des Championnats du monde de la FINA. Elle a aussi révélé avoir découvert des ecchymoses sur son corps à son réveil en plus d'avoir subi une commotion cérébrale.

Dans sa publication, la nageuse canadienne explique n'avoir aucun souvenir d'une fenêtre de quatre à six heures de la dernière soirée des mondiaux à Budapest, soit le samedi 25 juin, où elle a remporté le bronze au 4 x 200 m. Elle se souvient seulement d'être complètement perdue à son réveil, avec le gérant et le médecin de son équipe à son chevet.

Nous sommes au courant d'un incident qui est survenu la nuit avant le départ de l'équipe de Budapest, a déclaré le porte-parole de Natation Canada Nathan White dans un courriel à La Presse canadienne. Dès que l'équipe a pris conscience de la situation, Mary a reçu un excellent traitement médical de notre médecin sur le site et a été autorisée à rentrer chez elle.

L'équipe est en contact avec Mary depuis son retour et nous lui offrons notre soutien. Nous continuons de récolter de l'information et son dossier a été transmis à notre officiel indépendant du Sport sécuritaire, a ajouté le porte-parole.

Dans sa publication, l'olympienne dit qu'elle a débattu si elle devait rendre sa situation publique ou non, mais ces situations arrivent malheureusement trop souvent pour rester silencieuse.

J'ai appelé une de mes bonnes amies sachant que sa mère est médecin, pour qu'elles puissent me guider, continue-t-elle. Je suis allée à l'hôpital où j'ai été rencontrée par des médecins et des psychologues. Ils m'ont fait passer des tests et m'ont traité du mieux qu'ils ont pu. Ils m'ont dit que ça arrivait plus souvent qu'on pense et que j'étais chanceuse, d'une certaine façon, de m'en être seulement sortie avec une entorse à une côte et une légère commotion. Ça m'a aidé à guérir certaines de mes peurs, mais malheureusement pas toutes mes peurs.

J'ai encore peur des choses inconnues de cette nuit, écrit-elle encore, avant de conclure sa publication en remerciant ceux qui l'ont aidé jusqu'à maintenant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !