•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kent Hughes reste mystérieux sur ses intentions

Photo: Radio-Canada / Ivanoh Demers
Kent Hughes est le niveau directeur général des Canadiens de Montréal, il était accompagné du propriétaire et président de l’équipe, Geoff Molson, et le vice-président des opérations hockey, Jeff Gorton.

Photo prise au Complexe Bell, à Brossard Québec. 

Sur la photo: (Gauche à droite) Kent Hughes

Le 19 Janvier 2022 2022/01/19

KEYWORDS Kent Hughes is the new General manager of the Montreal Canadiens with Geoff Molson and Jeff Gorton.

Kent Hughes, DG du Canadien de Montréal

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Si les voies de Dieu sont impénétrables, celles de Kent Hughes le sont tout autant. À 72 heures du premier tour du repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH), le directeur général du Canadien de Montréal n’est toujours pas fixé quant à l’identité du tout premier choix de l’encan amateur.

Shane Wright, Juraj Slafkovsky et Logan Cooley sont au cœur des interrogations, mais il est toujours impossible de savoir qui aura l’occasion de s’installer avenue des Canadiens-de-Montréal pour y entamer sa carrière dans la LNH.

Questionné par les journalistes, Kent Hughes a maintenu que les trois candidats demeurent au centre des discussions, et qu’aucun choix n’a encore été pris en prévision du premier tour jeudi. Qui plus est, rien n’assure que Hughes sera le premier à prendre la parole au Centre Bell.

De son propre aveu, échanger le premier choix au repêchage, une première à Montréal en 42 ans, ne serait pas une décision facile à prendre compte tenu des attentes des partisans.

Je suis conscient que ce ne serait pas la décision la plus populaire auprès des partisans. Si le repêchage était ce soir, on repêcherait un joueur [au premier rang], a tout de même confié le directeur général du Tricolore. Je pense que ma responsabilité, c’est de travailler en fonction du bien du Canadien de Montréal dans le futur, alors on va toujours regarder les options pour améliorer l’équipe.

De l’avis d’une majorité d’analystes et de dépisteurs du monde du hockey, aucun des trois candidats ne se détache du groupe de tête de la cuvée 2022. Kent Hughes affirme cependant qu'il tente plutôt de déterminer qui comblera les attentes de son équipe à plus long terme.

Nous tentons de prédire ce que deviendra un joueur et vous devez tenir compte de nombreux facteurs, a rappelé l'ancien agent. Ce qu'il est capable de faire présentement, pourra-t-il le faire au niveau suivant? Il y a un facteur hockey, il y a un facteur position et il y a un paquet d'autres facteurs psychologiques.

Slafkovsky a côtoyé les professionnels, que ce soit dans la Ligue finlandaise, aux Jeux olympiques de Pékin et lors du plus récent Championnat du monde. Le programme de développement américain a été le terrain de jeu de Logan Cooley au cours des deux dernières années, alors que Shane Wright s'est imposé avec les Frontenacs de Kingston dans la Ligue junior de l’Ontario.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Tant de variables qui animeront les discussions du groupe responsable du recrutement amateur du CH. Martin Lapointe et Nick Bobrov, respectivement directeur et codirecteur du recrutement amateur, leurs dépisteurs et l’état-major se réuniront au cours des prochains jours pour en arriver à un consensus. Une décision mûrement réfléchie en comité, mais qui reviendra ultimement à Kent Hughes.

Une belle discussion avec Shane Wright

Le conseiller spécial aux opérations hockey Vincent Lecavalier a raconté avoir récemment discuté avec Wright, perçu depuis plusieurs années comme l'espoir no 1. Wright a toutefois perdu la faveur de nombreux observateurs en cours de saison. Lecavalier espérait avoir l'occasion de parler avec Slafkovsky et Cooley d'ici le repêchage.

Je voulais voir comment il avait géré cette saison-là avec le statut de no 1, a dit Lecavalier, lui-même repêché au premier rang par le Lightning de Tampa Bay en 1998. J'ai partagé mon expérience en parlant de ma dernière saison avec l'Océanic de Rimouski, comment c'était difficile de gérer la pression.

Il m'a aussi parlé un peu de son jeu. J'ai beaucoup appris sur lui. Il est une bonne personne qui a de hauts standards.

Lecavalier a souligné à quel point il était difficile de comparer Wright, Slafkovsky et Cooley quand le premier a joué dans les rangs juniors canadiens, le deuxième en Ligue finlandaise et le troisième dans le programme de développement américain.

Partisans et journalistes pourront avancer des hypothèses encore quelques heures sur le choix final du Tricolore, mais ils pourront le faire encore quelques années avant de savoir si le 7 juillet 2022 sera une journée marquante dans l’histoire récente du club montréalais.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !