•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de point, pas de problème pour les Canadiens à Wimbledon

Il regarde en l'air.

Félix Auger-Aliassime fait un service à Wimbledon.

Photo : Getty Images / Mike Hewitt

La Presse canadienne

Il n'y aura pas de points de classement à Wimbledon, une décision commune de l'ATP et de la WTA, en réponse à l'interdiction des Russes et des Bélarusses au tournoi.

Le Québécois Félix Auger-Aliassime, le Canadien le mieux classé au neuvième rang mondial, estime que la situation n'altèrera pas le désir de vaincre ou encore l'intensité des joueurs.

Ça reste un tournoi prestigieux à gagner. Tous les joueurs feront de leur mieux, a-t-il dit. Il y aura beaucoup de partisans et il y a les bourses aussi. Les joueurs vont trouver une motivation pour donner le meilleur d'eux-mêmes.

Auger-Aliassime est la 6e tête de série en raison de l'absence du no 1 mondial Daniil Medvedev et de son compatriote Andrey Rublev, 8e. Les deux sont interdits de compétition, tandis que le no 2 mondial, Alexander Zverev, s'est blessé à la cheville à Roland-Garros.

Le joueur de 21 ans ouvrira son tournoi contre le géant américain Maxime Cressy, qui vient d'atteindre la finale à Eastbourne.

Le 60e au classement mondial est l'un des rares joueurs qui pratique encore le service-volée. Il voudra défier Auger-Aliassime au filet à la moindre occasion.

Sa saison sur gazon a été assez bonne jusqu'à présent. Il a atteint les demi-finales à Bois-le-Duc et les quarts à Halle. Dans les deux cas, il a été battu par le joueur qui allait remporter le tournoi.

C’était décevant sur le moment, mais ça n'a pas touché à la confiance que j'ai sur cette surface, a dit le Québécois. Je sais que j'ai la possibilité de gagner à chaque tournoi et de bien jouer et c’est la même chose à Wimbledon.

Denis Shapovalov, 13e favori, aura comme premier rival le Français Arthur Rinderknech qui l’a battu en février à Doha sur une surface dure.

L'Ontarien avait atteint les demi-finales à Wimbledon l'an dernier et s’était incliné devant l’éventuel vainqueur, Novak Djokovic.

Le gaucher traverse une vilaine séquence et a perdu d'entrée de jeu à ses cinq derniers tournois.

Je suis dans le coup, mais je ne réussis pas de percée, a déclaré Shapovalov. Si j'allais chercher un match ou deux, les choses pourraient vraiment cliquer sur le gazon. Vous commencez à avoir confiance et tout d'un coup, vous convertissez davantage d'occasions.

Je sens que le gazon est la surface sur laquelle je joue le mieux, a-t-il ajouté. J’ai toujours été à l'aise, même durant mes années juniors. C’est le grand chelem que j’ai le plus envie de gagner. J’ai hâte que la semaine commence.

La Québécoise Leylah Annie Fernandez est absente du tableau. Elle soigne une fracture de stress au pied subie aux Internationaux de France.

Elle retourne une balle du revers.

Bianca Andreescu

Photo : AP / Michael Sohn

Bianca Andreescu, elle, arrive à l'All England Club après avoir atteint la finale, à Bad Homburg, en Allemagne. Elle s’estime en grande forme et est jusqu’ici épargnée de blessure depuis son retour au jeu.

C’était dur de perdre ce match en finale, parce que j’ai eu mes chances et mon service m’a laissé tomber en troisième manche, a-t-elle dit. Ces matchs me permettent d’apprendre et c’est bien d’avoir fait la finale. Ça me donne du rythme avant Wimbledon.

L'Ontarienne, classée 56e à la WTA, retrouvera l'Américaine Emina Bektas, issue des qualifications, mardi.

Je me sens comme la négligée qui peut surprendre, ajoute-t-elle. J’essaie toujours d’avoir cet état d’esprit parce que, oui j’ai accompli de grandes choses, mais j’ai accompli bien peu en comparaison à d’autres joueuses. Quand je suis dans cet état d’esprit, je joue mieux et plus librement.

En 2021, Andreescu avait perdu dès le premier tour à Londres contre la Française Alizé Cornet.

Rebecca Marino, de Vancouver, revient jouer à l'All England Club pour la première fois en 11 ans.

Marino a pris une pause du tennis pendant quatre ans et demi pour des questions de santé mentale avant de revenir au début de 2018. Elle frappe aujourd’hui aux portes du top 100.

L'athlète de 31 ans affrontera la Polonaise Katarzyna Kawa lundi.

En double, Gabriela Dabrowski, de Gloucester, fait équipe avec Giuliana Olmos, du Mexique. Elles sont les troisièmes têtes de série.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !