•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Association internationale de boxe encore écartée des Jeux olympiques

Deux boxeurs s'affrontent dans un ring aux Jeux de Tokyo.

Un combat de boxe olympique opposant l'Indien Satish Kumar au Jamaïcain Ricardo Brown.

Photo : Associated Press / Frank Franklin II

Radio-Canada

Tout comme pour les Jeux de Tokyo, le Comité international olympique (CIO) a décidé de retirer l’organisation du tournoi olympique de 2024 à l’Association internationale de boxe (IBA), a-t-il annoncé vendredi.

Dans un communiqué publié sur son site web, le CIO explique que sa décision découle des problèmes permanents et très préoccupants que connaît l'IBA, notamment sur le plan de sa gouvernance et de son système d'arbitrage et de jugement.

La décision est centrée sur les athlètes et sur la nécessité de fournir des certitudes sur les compétitions et qualifications olympiques en vue de Paris 2024, précise-t-on.

Rappelons que l’IBA a été secouée par diverses crises dans les dernières années, notamment en janvier 2018 avec la réélection de l’homme d’affaires ouzbek Gafur Rakhimov à la présidence.

Rakhimov, qui a éventuellement démissionné 20 mois plus tard, avait été mêlé dans le passé à plusieurs scandales de corruption aux quatre coins de la planète. Son élection avait été condamnée par plusieurs observateurs.

Le Pakistanais Anwar Chowdhry, président de 1986 à 2006, avait quant à lui été suspendu à vie en 2007 pour malversations financières.

La récente réélection du président de l'IBA, le Russe Umar Kremlev, a été remise en cause par le Tribunal arbitral du sport.

Les diverses préoccupations du CIO concernant la gouvernance de l'IBA, notamment quant au processus d'arbitrage et de jugement appliqué par celle-ci et à la dépendance financière de la fédération vis-à-vis de l'entreprise publique Gazprom, sont toujours d'actualité, explique le communiqué.

Une enquête indépendante avait également révélé que des combats pour des médailles aux Jeux olympiques de Rio en 2016 avaient été truqués par des arbitres et des juges complices.

Toujours selon l’enquête, menée par le juriste canadien Richard McLaren, les responsables de l'association avaient sélectionné des arbitres et des juges pour s'assurer que les combats puissent être manipulés lors des qualifications olympiques et aux Jeux.

En réaction à ces différents scandales, le CIO avait écarté la fédération internationale de l’organisation du tournoi des Jeux de Tokyo.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !