•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nageuse sauvée de justesse de la noyade aux mondiaux de la FINA

Chargement de l’image

Anita Alvarez se sent mieux après avoir été victime d'un malaise.

Photo : Reuters / LISA LEUTNER

Radio-Canada

Andrea Fuentes a empêché une tragédie en réagissant très rapidement lors des mondiaux de la Fédération internationale de natation (FINA).

L'entraîneuse a réalisé que quelque chose clochait lorsqu'elle a vu la nageuse artistique Anita Alvarez couler soudainement au fond de la piscine, pendant son programme libre, mercredi.

J'ai crié aux sauveteurs pour qu'ils aillent dans l'eau, mais ils n'ont pas entendu ce que j'ai dit ou ils n'ont pas compris, a déclaré Fuentes au journal espagnol Marca quelques heures après l'incident.

Chargement de l’image

Alvarez a participé aux Jeux olympiques à deux reprises.

Photo : afp via getty images / ATTILA KISBENEDEK

Alvarez, 25 ans, a fait un malaise dans le bassin du complexe de natation Alfred-Hajos de Budapest, quelques instants après la fin de sa performance en finale du solo libre. Inconsciente, elle a coulé jusqu'au fond du bassin.

Face à l'inertie de l'assemblée et à l'immobilisme des sauveteurs qu'elle décrit comme sidérés, Fuentes, quadruple médaillée olympique espagnole, n'a pas hésité un instant. Entièrement habillée, elle a plongé dans le bassin.

Plus de peur que de mal

Alvarez, qui a immédiatement été prise en charge par les médecins, se sentait mieux jeudi.

J'ai eu peur, car je voyais qu'elle ne respirait pas. Mais maintenant, elle va bien, a rassuré Fuentes. Elle a seulement eu de l'eau dans les poumons. Lorsqu'elle a recommencé à respirer, tout allait bien.

« Nous oublions que ce genre d'incident se produit également dans d'autres sports. Le marathon, le cyclisme, la course à obstacles. Nous avons tous vu des images d'athlètes qui ne parviennent pas à se rendre au fil d'arrivée, mais qui sont aidés par leurs collègues. Notre sport est identique aux autres, sauf qu'il se déroule dans une piscine. Nous repoussons nos limites, et parfois nous les trouvons. »

— Une citation de  Andrea Fuentes

Alvarez a terminé 7e.

Qu'est-ce qui explique le délai de réaction des sauveteurs?

Pourquoi les sauveteurs ne sont-ils pas intervenus avant l'entraîneuse?

Les règles selon lesquelles les sauveteurs peuvent intervenir sont très strictes, a souligné dans un communiqué Bela Merkely, responsable du service médical des championnats.

Dans une telle situation, seuls les juges de la Fédération internationale peuvent décider d'interrompre la compétition en vue d'une intervention. Or, aucun signal n'a été effectué en ce sens, a poursuivi le médecin.

Chargement de l’image

Anita Alvarez et Andrea Fuentes

Photo : afp via getty images / OLI SCARFF

Après que l'entraîneuse eut sauté dans la piscine à ses risques et périls, les sauveteurs locaux, sentant le danger, n'ont plus attendu le signal du juge, mais ont décidé d'intervenir immédiatement, de sorte que la concurrente américaine soit finalement sortie de la piscine avec leur aide, a ajouté Mme Merkely.

La fédération américaine s'est exprimée jeudi dans un communiqué et a évoqué une communauté sportive bouleversée par cet incident.

Si la nageuse s'en sort indemne, ce genre d'incident ne lui est pas étranger. Cela est arrivé une fois l'année dernière, lors du tournoi de qualification olympique [à Barcelone, NDLR]. Avant cela, elle avait eu des problèmes sporadiques d'évanouissement, mais jamais en compétition, a précisé l'organisation américaine.

Et pour Fuentes, c'est la fois de trop. On a eu une grande peur, même si ce n'est pas la première fois que ça arrive. C'est une sportive qui aime chercher ses limites. Mais cette fois, elle est allée trop loin. Je lui ai dit de ne plus le faire, a-t-elle conclu.

Avec les informations de Associated Press, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !