•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Financement retiré à Hockey Canada : un coup médiatique, selon Global Athlete

Une silhouette survole le logo de Hockey Canada incrusté dans la glace.

Hockey Canada est éclaboussé par une histoire de viol collectif présumée.

Photo : Reuters / Jim Young

Jean-François Chabot

Le directeur général de Global Athlete, Rob Koehler, déplore la façon d’opérer d’Ottawa qui s’attire les manchettes en coupant les vivres à Hockey Canada tout en continuant d’ignorer les milliers de victimes d’abus dans les autres fédérations nationales.

Invité à réagir à la décision de la ministre fédérale du sport Pascale St-Onge de suspendre le financement à Hockey Canada, M. Koehler estime que le traitement des allégations de viol collectif n’est rien d’autre qu’un rideau d’apparence.

L’approche de ce gouvernement a plus les allures d’un pansement. Il choisit ce qui fera les manchettes au lieu d’exposer au grand jour les cultures toxiques qui ont cours partout dans le sport au Canada, a-t-il affirmé en entrevue à Radio-Canada Sports.

« Ce gouvernement a reçu plus de 1000 plaintes provenant d’athlètes qui ont exprimé le souhait de la mise sur pied d’un organisme indépendant pour se pencher sur des cas d’abus physiques, émotionnels et sexuels dont ils ont été les victimes. Et là-dessus, le gouvernement n’a rien fait et cette inaction frôle la négligence. »

— Une citation de  Rob Koehler, DG de Global Athlete

Le plus dommageable dans cette façon de procéder, selon lui, c'est que cela envoie un signal extrêmement négatif à ceux et à celles qui ont eu le courage de dénoncer leurs agresseurs dans des lettres ouvertes depuis le mois de mars.

Cela envoie un message aux gymnastes, aux bobeurs, aux skeletoneurs, aux boxeurs et aux joueuses de soccer qu’ils ne comptent pas, que leurs histoires ne comptent pas et que leur propre gouvernement ne les protège pas. Cela réduit les athlètes au silence à se demander à quoi bon dénoncer, a-t-il renchéri.

S’il applaudit la décision de retenir les fonds de Hockey Canada pour ouvrir une enquête, Rob Koehler se demande pourquoi la même chose n’a pas été envisagée pour les autres sports.

« S’ils ont le courage d’aller de l’avant avec une enquête indépendante en ce qui concerne Hockey Canada et les allégations de viol de la part d’un groupe de joueurs contre une jeune femme, ils doivent trouver le même courage en faveur des gymnastes, des bobeuses et des boxeurs. »

— Une citation de  Rob Koehler, DG de Global Athlete

Ça envoie le message que le Canada a un système sportif à deux, voire à trois catégories, et que certains athlètes sont plus importants que d’autres, ce qui est absurde! Tous les sports devraient être traités de la même façon, tous les sports devraient être tenus imputables, et vous ne pouvez pas choisir lesquels.

Pas de réelle indépendance

Pour M. Koehler et les milliers de sportifs qu’il représente avec Global Athlete, il ne faudrait surtout pas que la situation à Hockey Canada soit la panacée de tous.

Il faudrait d’abord savoir de quoi il en retourne avec cette enquête. Jusqu’à présent, l’indépendance a fait défaut dans toutes les mesures prises par ce gouvernement pour défendre les athlètes. Les personnes mises en place sont toutes issues des fédérations et portent simplement des chapeaux différents.

« Les mécanismes en place ne sont pas indépendants. La sécurité des athlètes doit être retirée des mains des dirigeants des fédérations pour être prise en charge par des experts en droits de la personne et par des enquêteurs spécialisés en traumatismes. »

— Une citation de  Rob Koehler, DG de Global Athlete

Il assure qu’en dépit des milliers de témoignages qu’elle a reçus de la part des signataires des lettres ouvertes du printemps, Pascale St-Onge n’a jamais offert de réponses.

Elle n’a eu aucune conversation directe avec aucune des victimes ou des survivantes d’abus. Des membres de son cabinet se sont adressés à elles. Mais il semble que l’on joue plus la carte de l’apaisement au lieu de les entendre, a-t-il soutenu.

Ils ont mis en place des commissions et des responsables à l’intégrité, mais ont aussi ignoré les milliers d’athlètes qui ont sonné l’alarme pour obtenir des enquêtes indépendantes, a conclu Rob Koehler.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !