•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première médaille d’or pour Mathieu St-Pierre

Chargement de l’image

Mathieu St-Pierre

Photo : Gracieuseté : Canoe Kayak Canada

Radio-Canada

Le paracanoéiste Mathieu St-Pierre a décroché la première médaille de sa carrière en Coupe du monde samedi, l’or au VL2 200 m.

Le Shawiniganais a été le plus rapide avec un temps de 54,39 s. La pointe de son embarcation a franchi la ligne d’arrivée tout juste avant celle de l’Espagnol Higinio Rivero, médaillé d’argent (+0,31 seconde). Le Hongrois Tamas Juhasz (+0,61 seconde) a complété le podium.

J’avais beaucoup d’attentes. On a eu un gros camp en Californie cet hiver et je suis une personne qui aime se donner de la misère. Mes temps étaient de plus en plus rapides à l’entraînement, je m'améliorais et je savais que c’était bon. Mais de reproduire ça en compétition, c’est autre chose.

Pour y arriver, il a dû surmonter plusieurs défis. 

Les conditions météorologiques des derniers jours ont grandement chamboulé l’horaire de la Coupe du monde de Poznan, en Pologne. L’épreuve du VL2 200 m devait d’abord être présentée vendredi, mais l’organisation a pris la sage décision de reporter les courses. Des précipitations intenses et des rafales de 50 km/h ont tenu tout au long de la journée.

Ce n’était vraiment pas le fun. Les vagues étaient hautes et longues. Ça aurait été impossible de se placer sur la ligne de départ, parce que l’eau rentrait dans le canoë. On n’aurait même pas pu ramer! On était plusieurs à n’avoir jamais vu de telles conditions, a raconté Mathieu St-Pierre.

Un autre incident a demandé de l’adaptation samedi, en matinée. Après qu’un athlète eut reçu un test positif à la COVID-19, les qualifications et les demi-finales du VL2 200 m ont été annulées, ce qui a entraîné une finale à neuf participants afin d’entamer la saison 2022.

Quand on a commencé la course, le vent est tombé d’un seul coup et c’était juste parfait, a précisé le vainqueur. Ç’a quand même bien été! La course ne s’est pas déroulée comme je le voulais du début à la fin, mais j’ai réussi à bien la gérer.

Monter sur la plus haute marche du podium dans des conditions si difficiles a de quoi le motiver pour la suite. Il reviendra maintenant au Canada et s’entraînera en vue des Championnats du monde qui auront lieu en Nouvelle-Écosse, au mois d’août.

Si on va chercher une autre petite coche, je devrais être avec eux. C’est le fun quand tu progresses et c’est toujours encourageant, a conclu celui qui a participé aux Jeux paralympiques de Tokyo l'été dernier.

Avec les informations de Sportcom

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !