•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Oilers veulent ajouter un championnat à leur riche histoire

Deux joueurs de hockey se parlent sur la glace.

Connor McDavid et Leon Draisaitl

Photo : Getty Images / Claus Andersen

La Presse canadienne

Les Oilers d'Edmonton possèdent une riche histoire. L'équipe actuelle souhaite y ajouter un chapitre mémorable.

Le but en prolongation de Connor McDavid, jeudi soir, a permis aux Oilers de vaincre les Flames de Calgary 5-4, de gagner la première bataille de l'Alberta dans les séries en 31 ans et d'accéder à la finale de l'Association de l'Ouest.

Les Oilers ont remporté la Coupe Stanley quatre fois en cinq ans entre 1984 et 1990, avec des équipes menées par Wayne Gretzky, Mark Messier, Paul Coffey et Jari Kurri.

La troupe d'Edmonton a participé à la finale de la Coupe Stanley en 2006, mais elle s'était inclinée en sept matchs devant les Hurricanes de la Caroline avant de rater les séries lors des 10 saisons suivantes.

Et malgré une formation qui comprend McDavid et Leon Draisaitl, les Oilers n'ont atteint le deuxième tour des séries qu'une fois avec les deux attaquants vedettes avant ce printemps. Maintenant, ils rêvent de rapporter le plus précieux trophée du hockey dans la capitale albertaine.

« Nous sommes fiers des membres du Temple de la renommée du hockey qui ont fait partie de notre organisation. Nous sommes fiers des différents parcours que l'équipe a vécus au fil des années. Notre groupe veut contribuer à cette histoire et il veut faire sa marque. »

— Une citation de  Jay Woodcroft, entraîneur-chef par intérim des Oilers

Attaque redoutable

McDavid et Draisaitl trônent au sommet des pointeurs des séries avec 26 points chacun. McDavid en a récolté 12 contre les Flames, alors que Draisaitl a amassé un impressionnant total de 17 points.

Nous avons eu plusieurs moments difficiles, s'est rappelé Draisaitl. Les gens ont été durs envers nous à plusieurs occasions. Nous n'avons rien gagné encore. Nous sommes à mi-chemin, mais ça fait du bien de passer à l'étape suivante.

Les Oilers croiseront maintenant le fer avec l'Avalanche du Colorado, qui a éliminé les Blues de Saint Louis en six rencontres. Il s'agissait d'un moment important pour notre équipe, a affirmé Woodcroft à propos du but vainqueur de McDavid. Nous allons l'apprécier.

Les Oilers, qui ont vaincu les Kings de Los Angeles en sept affrontements au premier tour, ont perdu 9-6 aux mains des Flames dans leur premier duel. Ils ont toutefois remporté les quatre matchs suivants par un total de 19 buts à 11.

« Nous nous sommes accrochés et nous avons trouvé un moyen de gagner. C'était notre mentalité pendant toute la série. »

— Une citation de  Connor McDavid, attaquant des Oilers

Les Flames ont terminé au premier rang de la Division pacifique cette saison – sept points devant les Oilers au deuxième échelon – mais ils n'ont pas été en mesure de suivre le jeu de leurs rivaux provinciaux.

Mike Smith garde les yeux sur une rondelle pour la bloquer avec sa jambière

Sans être imbattable, le gardien Mike Smith a fait ce qu'il fallait.

Photo : usa today sports / Jean-Yves Ahern

Le gardien des Oilers Mike Smith a supplanté son vis-à-vis et finaliste au trophée Vézina Jacob Markstrom. Pendant ce temps, McDavid et Draisaitl ont nettement eu le dessus sur les meilleurs joueurs des Flames, dont Johnny Gaudreau et Matthew Tkachuk.

Ils nous ont rendu la tâche difficile. Nous avons dû pousser deux fois plus fort, a insisté Draisaitl. C'était une très belle bataille. Ça montre l'effort dans notre groupe, le type de gars que nous avons dans le vestiaire, la résilience de maintenir le plan et de prendre le contrôle du jeu.

Une étape symbolique

Alors, qu'est-ce que ça représentait de faire partie de la première bataille de l'Alberta depuis qu'Esa Tikkanen a joué les héros en prolongation pour les Oilers lors du septième match en 1991?

C'était spécial, a dit McDavid. Les partisans étaient extraordinaires dans les deux arénas, surtout à Edmonton. L'énergie et l'ambiance dans la ville ont été extraordinaires.

Ça va assurément se poursuivre avec les Oilers et des partisans qui ont enduré de nombreuses années de vache maigre avant de se retrouver à seulement huit victoires d'une Coupe Stanley.

Je suis sûr que les gens à la maison sont très contents, mais nous ne sommes qu'à mi-chemin, a déclaré Draisaitl. Nous sommes également fébriles. Nous sommes très heureux et fiers de ce que nous avons accompli dans les séries jusqu'à maintenant, mais il en reste plus à accomplir pour nous. C'est notre objectif ultime. Nous sommes prêts pour le prochain tour des séries.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !