•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Paris 2024 doit s’ajuster à l’inflation et à la hausse des prix

La tour Eiffel vue à travers les anneaux olympiques.

Paris accueillera les Jeux d'été en 2024.

Photo : Getty Images / AFP Contributor

Agence France-Presse

La hausse des prix, en particulier celle de l'énergie et des matériaux de construction, parasite les prévisions budgétaires des Jeux olympiques de 2024 à Paris.

Depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, le sujet commençait à poindre dans les coulisses du comité d'organisation de Paris 2024, et c'est la première fois que son président sonne l'alerte publiquement et solennellement.

En fin de semaine dernière, Tony Estanguet a évoqué dans un message vidéo au Comité international olympique (CIO) les risques nouveaux qui pèsent sur le budget, citant les ruptures majeures dans les chaînes de production et d'approvisionnement et le contexte inflationniste impossible à imaginer il y a quelques mois.

Il faudra peut-être revoir des niveaux de service, alléger certains dispositifs. Sans reculer sur l'ambition, assure le triple champion olympique en canoë.

Un homme barbu répond aux questions devant des affiches montrant l'emblème des Jeux de Paris.

Tony Estanguet, président du comité d'organisation des JO de 2024, doit refaire ses calculs.

Photo : Getty Images / THOMAS SAMSON

L'année 2022 est une année cruciale pour ce qui est du budget, car le comité d'organisation doit passer en revue dépenses et recettes.

Il devra évaluer par exemple combien va coûter la cérémonie d'ouverture inédite sur la Seine, décider de ce qui peut être fait à l'externe, et tenir compte de cette nouvelle flambée des prix, de la hausse du coût de l'énergie, du fret, des matières premières et des marchés de services.

Un comité d'évaluation des dépenses doit remettre un rapport d'ici l'été. Ensuite, il faudra évaluer, compenser, chercher des économies.

Le budget du COJO de Paris 2024, dont la mission est d'organiser les compétitions olympiques, est de 4 milliards d'euros, soit de 5,4 milliards de dollars canadiens. Un montant qui provient des recettes de billetterie, des commanditaires et d'une contribution du CIO.

Un nouvel ajustement

Le comité d'organisation a déjà procédé à une révision budgétaire à la fin 2020, générant 300 millions d'euros d'économies (406 M$ CA).

À cette occasion, il avait rayé de la carte des sites temporaires et remodelé les lieux de compétition.

Du côté des chantiers aussi, il est bien difficile d'échapper au contexte international. La hausse des prix des matériaux va générer un surcoût qui n'est pas encore chiffré. Comme l'exige la loi olympique, un rapport de la Cour des comptes sera présenté au Parlement à la fin de l'année.

La Cour des comptes est une juridiction financière d'ordre administratif en France, chargée principalement de contrôler la régularité des comptes publics.

Nommée le 20 mai à la tête d'un ministère des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques, Amélie Oudéa-Castera va également surveiller l'évolution de la situation de près.

Cela fait partie des dossiers prioritaires, a-t-elle expliqué à la presse en marge de sa nomination.

Je prendrai le temps de bien regarder tout cela avec tous les acteurs pour livrer des Jeux efficaces, économes, responsables et bien maîtrisés, a-t-elle précisé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !