•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Ferrari la référence à Barcelone, à Aston Martin la controverse

Chargement de l’image

Charles Leclerc dans la Ferrari SF-75 à Barcelone

Photo : Getty Images / Clive Mason

Radio-Canada

Le Grand Prix d'Espagne est souvent l'occasion pour les équipes d'apporter des changements significatifs aux voitures. C'est le cas notamment d'Aston Martin, et la critique n'est pas tendre. Ce serait la copie de la Red Bull RB18.

Aston Martin a fait tourner les têtes en présentant vendredi une monoplace largement modifiée. L'AMR22 a beaucoup changé, notamment pour la forme des pontons, ce qui a un effet direct sur l'écoulement de l'air.

Il avait été question que seul Lance Stroll profite de ces changements, mais finalement, Sebastian Vettel aussi peut rouler dans la nouvelle version de la monoplace.

Les changements sont importants, a admis Stroll dans le paddock. L'ensemble aérodynamique a été repensé, c'est une nouvelle philosophie. Et on croit qu'on va dans la bonne direction, alors espérons que les chronos seront bons.

L'équipe a travaillé très fort depuis plusieurs mois pour qu'on puisse rouler avec à Barcelone, alors il y a de la fébrilité dans l'air.

Déjà, on surnomme la nouvelle AMR22 la Red Bull verte dans le paddock de Barcelone. Pendant la première séance d'essais libres, les membres de l'équipe Red Bull assis au muret avaient chacun une bouteille de couleur verte de la célèbre boisson énergisante.

La presse spécialisée n'a en effet pas tardé à voir les similitudes aérodynamiques entre l'AMR22 de Barcelone et la Red Bull RB18.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'Aston Martin AMR22 de Sebastian Vettel et la Red Bull RB18 de Max Verstappen sur le circuit de Barcelone

Photo : Getty Images / Mark Thompson

En se fiant aux essais libres de vendredi, on se rend compte que l'Aston Martin s'exprime mieux.

Max Verstappen est encore loin devant, puisqu'il a fait dans la RB18 le 5e temps, à 33 centièmes (+0,336) du temps de référence de Charles Leclerc (1:19,670). Lance Stroll n'a fait que le 13e chrono, à 1,579 s du Monégasque.

Ce premier jour est encourageant, a dit Stroll. Nous progressons, mais il fallait faire attention aujourd'hui, car nous n'avions pas toutes les pièces de rechange nécessaires. C'est un pas dans la bonne direction. Sur un tour ça va, mais on peut encore améliorer l'équilibre général de la voiture.

Vettel a fini beaucoup mieux avec le 8e temps, à 1,033 s de la Ferrari, juste derrière la Red Bull de Sergio Pérez (+0,962). De quoi inquiéter l'équipe du champion du monde en titre. Il n'y a en effet que 71 millièmes de seconde entre les deux pilotes.

Après vérification de la nouvelle monoplace, la FIA a donné le feu vert à Aston Martin au sujet des ressemblances de l'AMR22 avec la RB18. Toutes les pièces sont en phase avec la réglementation.

L'équipe Red Bull a réagi, expliquant qu'elle était flattée qu'on copie sa monoplace, mais que la découverte du moindre transfert de propriété intellectuelle (IP) serait très préoccupante.

Rappelons que l'ancien responsable de l'aérodynamique de l'équipe Red Bull, Dan Fallows, travaille depuis le mois d'avril pour l'équipe Aston Martin.

Nicholas Latifi en test comparatif

Chez Williams, on attendait le duel entre l'invité du jour, Nyck De Vries, champion de F2 en 2019, pilote de réserve pour l'équipe F1 Mercedes-Benz, et le Canadien Nicholas latifi, qui pourrait devoir lui céder son volant.

Dans la première séance, le Néerlandais a été plus rapide que Latifi, qui évaluait de nouvelles composantes pour la monoplace. De Vries a enregistré un chrono de 1:22,920, alors que le Canadien n'a pas réussi à descendre dans les 82 secondes au tour

Latifi a fini la journée avec un chrono de 1:19,197, bon pour le 19e rang, incapable d'améliorer son sort.

J'avais la mission d'évaluer une variété de pièces, a dit Latifi. On n'a pas apporté de nouvelles pièces, mais un éventail de pièces à évaluer, et on se rend compte que nous avons encore pas mal de problèmes. Lors de la première séance de travail, on était loin de notre fenêtre habituelle de performance, et j'avais l'impression d'avoir une autre voiture entre les mains.

Difficile de dire dans ces conditions si Nyck De Vries a remporté le duel, mais il a marqué des points auprès de la direction de l'équipe britannique avec le 18e rang de la première séance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !