•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un conflit de travail difficile à expliquer dans la LCF

Chargement de l’image

Des ballons sur un terrain

Photo : usa today sports / Eric Bolte

Chargement de l’image

Après une saison annulée et une autre écourtée par la pandémie, la Ligue canadienne de football (LCF) se retrouve maintenant face à son premier conflit de travail 48 ans.

À l’époque, une entente était intervenue avant le début de la saison et aucun match n’avait été annulé. C’est aussi ce que les joueurs souhaitent. Ils sont déjà arrivés aux camps qui devaient s’amorcer dimanche.

Dans une stratégie de négociation rarement appréciée par les syndicats, le commissaire de la LCF, Randy Ambrosie, a diffusé une lettre envoyée directement aux joueurs pour présenter des éléments de l’offre faite à leur association.

L'AJLCF n’a pas réagi publiquement, si ce n’est par une courte vidéo de son vice-président, Adam Bighill, qui rappelle l’importance d’un réel partenariat entre la ligue et l’Association des joueurs.

Bighill a notamment mis l'accent sur la sécurité des joueurs, ce qui laisse entendre que ceux-ci ne sont pas satisfaits par la couverture d'assurances qui leur est proposée après leur carrière.

Voici quelques explications sur la proposition publiée par le commissaire Ambrosie et d'autres points soulevés par des gens proches de la négociation.


Durée du contrat

La LCF propose sept ans pour la nouvelle convention collective. Les joueurs ont demandé que l'accord expire 30 jours avant l'ouverture des camps en 2029, plutôt que la veille, comme cette année.

Au cours des dernières semaines, on a entendu parler d'une proposition de 10 ans, ce qui semble plutôt irréaliste au sortir de la pandémie. Il n'est pas certain que les joueurs veulent s'engager pour une aussi longue période que sept ans...


Changements à l’effectif à partir de 2023

En ce moment, on doit avoir au minimum sept joueurs nationaux (Canadiens) en action dans le match en attaque ou en défense.

À partir de 2023, l'un de ces joueurs pourrait être un Américain naturalisé, c'est-à-dire un joueur américain qui est avec son équipe depuis trois ans ou qui joue dans la LCF depuis quatre ans.

Par ailleurs, un quart canadien serait inclus dans le ratio de joueurs nationaux.

Il faut avoir 21 joueurs nationaux, dont 7 partants, mais les quarts sont exclus du ratio. Donc, les équipes n’avaient pas d’avantages à développer des quarts canadiens.


Contrats garantis (en partie)

Un joueur qui s'entend avec son équipe pourrait voir la dernière année de son prochain contrat être garantie jusqu’à 50 %.

Actuellement, aucun contrat n’est garanti. Si un joueur est libéré, il rentre à la maison sans recevoir de compensation.


Plafond salarial

À partir de 2023, le plafond augmentera d'au moins 100 000 $ par saison.

Si 25 % du montant de la formule de partage de la croissance des revenus est supérieur à 100 000  $, ce nombre sera appliqué au plafond annuel.

Dans son offre, la ligue parle d’une augmentation du plafond de 18,9 millions de dollars sur sept ans. Mathématiquement, on parle donc de 2,1 millions par équipe.

La ligue insiste sur une augmentation de 300 000 $ par année plutôt que le minimum de 100 000 $.


Salaire minimum

Le salaire minimum passerait de 65 000 $ à 70 000 $ en 2023, et à 75 000 $ en 2027.

On ne croit pas que les joueurs resteront sur le trottoir longtemps pour réclamer plus d'argent pour les petits nouveaux.


Augmentations des compensations pour les camps et les matchs éliminatoires

Si les revenus de la ligue atteignent 300 millions de dollars, les joueurs recevraient 100 $ de plus par semaine aux camps. Il y aurait aussi 2000 $ de plus pour les perdants de la Coupe Grey et 4000 $ de plus pour les gagnants.

En 2021, la part d’un joueur qui gagnait la Coupe Grey s’élevait à 16 000 $, et celle des perdants était de 8000 $.

Aux camps, les joueurs reçoivent une compensation reliée à leur ancienneté. Ce montant variait de 525 $ à 725 $ par semaine dans la dernière convention collective.

La principale inquiétude des joueurs se trouve dans la définition et la vérification du montant des revenus.


Définition des revenus

On utilisera la définition de l'ancienne convention collective qui accorde des droits de vérification au syndicat. Le syndicat et le comptable ont accès à tous les dossiers financiers à des fins d'examen et de vérification.


Apparitions communautaires

Chaque équipe verse 110 000 $ par saison aux joueurs pour les apparitions communautaires (en plus du plafond salarial).


Canadiens revenant de la NFL

Tout joueur canadien de retour dans la LCF après un séjour de trois saisons ou plus dans la NFL ne serait pas limité à l'échelle des recrues de la LCF et aurait pleinement le droit de négocier un contrat avec l'équipe détenant ses droits.

Chaque année dans la NFL compterait pour une année dans la grille des contrats des recrues de la LCF.


Rééducation des joueurs et frais médicaux

À partir de 2025, la couverture d’assurances après la carrière serait prolongée de trois à quatre ans.

Les joueurs dont la carrière prend fin abruptement à cause d'une blessure se retrouvent souvent face à des problèmes qui nécessitent des traitements sur une longue période. Au cours des dernières années, certains d'entre eux ont dû avoir recours à du sociofinancement pour assumer les coûts de leurs traitements.


Horaires d'entraînement flexibles

Plutôt que d’avoir une limite de temps quotidienne, les équipes pourraient organiser des entraînements plus longs à certains moments de la semaine, équilibrés par des sessions plus courtes à d'autres moments.

Aucune augmentation globale du temps d'entraînement n'est dans les cartons.


Entraînements avec équipement

Les équipes pourraient tenir une séance d’entraînement d'une heure avec équipement par semaine, jusqu’à concurrence de 12 durant la saison.


Calendrier de la saison

La saison pourrait commencer jusqu'à 30 jours plus tôt à compter de 2023.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !