•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Novak Djokovic champion pour la sixième fois à Rome

Chargement de l’image

Novak Djokovic

Photo : Getty Images / Julian Finney

Radio-Canada

Novak Djokovic a vaincu le Grec Stefanos Tsitsipas en finale et a été couronné pour la sixième fois à Rome, dimanche, en Italie.

Le Serbe n’a eu besoin que de deux manches de 6-0 et 7-6 (7/5) pour se défaire de la cinquième raquette mondiale.

Ce terrain a toujours été très particulier pour moi. Il m'a toujours donné confiance et a apporté des joies quand j'avais vraiment besoin d'émotions positives, dans les moments où j'étais un peu bas..., a dit en italien Djokovic en recevant le trophée.

Cette année, avec tout ce qui s'est passé en Australie, il a fallu un peu de temps pour trouver mon équilibre, mentalement et physiquement, a-t-il admis ensuite en entrevue.

En succédant au palmarès à Rafael Nadal, empereur aux 10 sacres romains éliminé en huitièmes de finale, le Serbe de 34 ans remporte son premier titre de l'année, confirmant son retour en grande forme après un premier trimestre quasiment à l'arrêt en raison de sa non-vaccination contre la COVID-19.

Le combat a cette fois mis une demi-heure à démarrer, le temps mis par Tsitsipas pour entrer dans sa finale. Le Grec a été incapable de répondre à un Djokovic jouant façon rouleau compresseur, qui n'a donné que 10 points.

Enfin consistant, Tsitsipas a cru pouvoir pousser le Serbe dans une troisième manche pour la première fois cette semaine à Rome. Toutefois, ce dernier a su retrouver sa solidité habituelle pour maîtriser le jeu décisif et décrocher son sixième titre, en 12 finales au Foro Italico.

Djokovic a tenté de consoler son adversaire lors de la cérémonie de remise des coupes. Tu dois être fier. Je suis sûr que tu vas gagner beaucoup de titres ici à Rome et partout dans le monde.

Il a aussi prévenu que la relève familiale arrivait déjà. Aujourd'hui, à 16 h, quand on a commencé ce match, mon fils Stefan, qui a 7 ans, a joué son premier match de tennis, a-t-il annoncé en ajoutant dans un sourire : J'espère qu'il a gagné!

Djokovic était entré samedi dans le club des joueurs à 1000 victoires avec les Jimmy Connors (record du monde avec 1274 succès), Roger Federer, Ivan Lendl et Rafael Nadal.

Dans une semaine aura lieu le rendez-vous parisien, où Djokovic tentera de rejoindre le record de Nadal au nombre de victoires majeures à 21.

Medvedev en attente

Par ailleurs, le Russe Daniil Medvedev a affirmé dimanche qu'il était prêt à jouer à Wimbledon si les autorités du tennis britanniques lèvent l'interdiction qui frappe les joueurs russes en raison de l'invasion de l'Ukraine.

Il a toutefois concédé que c'était une situation compliquée.

Le numéro 2 mondial, qui reprendra la compétition aux Internationaux de Genève la semaine prochaine après avoir été opéré d'une hernie, a indiqué que cela sera la première occasion pour lui de parler aux autres joueurs de cette interdiction, annoncée le 20 avril.

Les organisateurs de Wimbledon ont été critiqués par l'ATP, par la WTA et par des joueurs comme Rafael Nadal et Novak Djokovic pour avoir interdit aux joueurs russes et bélarusses de s'aligner à l'All England Club du 27 juin au 10 juillet.

Il y a eu beaucoup de discussions autour de ça. J'essaie de suivre ce qui se passe, car la décision ne m'appartient pas. Pour l'instant, cela se passe entre Wimbledon, l'ATP et peut-être le gouvernement britannique, a déclaré le joueur de 26 ans lors d'une rencontre avec la presse en Suisse.

C'est une situation compliquée et, comme toutes les autres choses dans la vie, si vous demandez à 100 joueurs, chacun aura une opinion différente, a-t-il dit.

Je peux jouer. Je serais heureux de jouer à Wimbledon, car j'aime ce tournoi. Si je ne peux pas jouer, j'essaierai de disputer d'autres tournois et de bien me préparer pour l'an prochain si j'ai la chance alors de jouer.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !