•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kelsey Mitchell couronnée au keirin, Lauriane Genest chute

Kesley Mitchell, vêtue de bleu et portant un casque rouge, lance une attaque loin devant ses adversaires au premier tour du keirin féminin.

Kelsey Mitchell remporte une première médaille d'or, et sa troisième médaille du week-end à Milton.

Photo : The Canadian Press / Peter Power

Olivier Pellerin

MILTON – Kelsey Mitchell a conclu un impressionnant week-end avec le titre au keirin, sa troisième médaille de la compétition. La chute de sa bonne amie Lauriane Genest en grande finale a causé une frayeur dans la foule.

L'Albertaine a devancé l'Allemande Lea Sophie Friedrich et la Japonaise Mina Sato à la ligne d'arrivée.

Toujours spectaculaire, le keirin comporte son lot de risques, et Lauriane Genest en a été la plus récente victime. Au coude-à-coude avec Yuka Kobayashi pour la 3e place avec moins de deux tours à faire, les deux se sont touchées et ont chuté en emportant avec elles la Néerlandaise Steffie van der Peet.

Elle frappe la piste avec moins de deux tours à faire à la grande finale du keirin.

Lauriane Genest s'en tire avec de légères brûlures.

Photo : The Canadian Press / Peter Power

Sous le choc, Genest a pris quelques minutes pour retrouver ses esprits avant de remonter sur son vélo pour quitter la piste et regagner la zone réservée à l'équipe canadienne.

Si van der Peet a pu l'imiter, Kobayashi a dû être évacuée sur une civière. Genest s'en tire avec des brûlures mineures.

En entrevue, elle s'est même permis de rire un peu de la situation après avoir eu la confirmation que Kobayashi allait s'en sortir sans trop de casse.

Je suis contente d'avoir terminé la course et de pouvoir dire que j'ai fini troisième avec tout le monde, a-t-elle ajouté en riant.

Après une contestation des équipes canadienne et japonaise contre Friedrich, les commissaires de course ont pénalisé l'Allemande, qui est passée de la 2e à la 6e position de la grande finale. La championne du monde aurait dévié de sa trajectoire et causé l'accrochage entre Genest et Kobayashi.

Une situation décevante en ce qui concerne les résultats, mais sa tenue sur la piste tout au long de la fin de semaine prouve qu'elle poursuit sa progression.

Je me suis impressionnée moi-même aujourd'hui. Faire les demi-finales et les finales vendredi, c'est la première fois que je l'expérimentais et c'est dur. C'est vraiment difficile. Ton corps en prend une méchante shot. D'avoir fait la grande finale, c'est mission accomplie. Après, c'est sûr que tu veux gagner à la maison, tu veux faire un podium. Mais somme toute, je suis assez contente du week-end.

Pour sa part, Mitchell remporte le premier titre de sa carrière au keirin. La Japonaise Mina Sato termine au 2e rang. Les trois cyclistes emportées par la chute se partagent la 3e position, sans toutefois recevoir de médaille de bronze.

C’est malheureux de voir une coéquipière chuter, c’est surtout effrayant et triste à voir, a reconnu Mitchell, qui a pris le temps de s'enquérir de l'état de sa coéquipière avant de célébrer son titre. Je suis heureuse d’avoir remporté la victoire. Je ne suis jamais monté sur un podium au keirin, et c’est un bon sentiment.

Ç’a été un long week-end, a-t-elle ajouté, visiblement exténuée par les montagnes russes d'émotions auxquelles elle a eu droit depuis jeudi. Je ne savais pas ce qu’il me restait dans les jambes. Donc, d’être en mesure de prendre la tête et de la conserver, j’étais heureuse de ça.

L'avenir est encourageant, on peut encore s’améliorer. Le but est de partager un jour le podium avec Lauriane. C’est sur notre liste d’accomplissements.

Ryan Dodyk, arborant le bleu de l'uniforme canadien, tend le poing droit au Néerlandais Jeffrey Hoogland, vêtu d'un uniforme orange et noir, pour s'excuser. Le Néerlandais fait de même de la main gauche.

Ryan Dodyk (droite) a tenu à s'excuser au Néerlandais Jeffrey Hoogland pour avoir causé un contact en huitièmes de finale du sprint.

Photo : The Canadian Press / Peter Power

Bonheur et déception au sprint masculin

Neuvième du keirin il y a moins de 24 heures, Ryan Dodyk était de retour en piste pour le sprint.

Malheureusement pour l'Albertain, le tableau a mis sur sa route le vice-champion du monde et le vice-champion olympique en titre en huitièmes de finale, le Néerlandais Jeffrey Hoogland. Dodyk a tenté de surprendre son adversaire, mais sa charge, mal calculée, l'a amené au contact. C'en était fait pour le Canadien qui a accepté son sort avec le sourire.

Le but premier est toujours d'avoir du plaisir, a-t-il tenu à rappeler. Même si je n'ai pas accédé aux quarts de finale, je pense au moins avoir laissé ma marque.

En droit d'espérer une deuxième présence en quarts de finale cette saison en Coupe des nations, le jeune Nick Wammes a été surpris par le Japonais Kento Yamasaki et a dû s'avouer vécu même s'il a tout donné pour rattraper l'écart. Son parcours a pris fin abruptement dès son deuxième duel de la journée.

Dans les autres courses de la journée, le duo formé de la Québécoise Lily Plante et de Sarah Van Dam, de Victoria, a terminé au 11e rang du madison. Les Italiennes ont reçu l'or, suivies des Australiennes et des Irlandaises.

Jackson Kinniburgh n'a pas été en mesure de franchir les quatre étapes au programme de l'omnium. Au 14e rang après trois épreuves, il n'a pu rallier le fil d'arrivée de la course aux points.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !