•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Olivia Baril au plus fort de la lutte de l’Itzulia

La cycliste pédale devant ses adversaires pendant que des partisans les encouragent.

Olivia Baril (devant)

Photo : Twitter/Valcar - Travel & Service

Sportcom

Ce n’était qu’une question de temps, mais cette fois-ci, Olivia Baril (Valcar - Travel & Service) a décroché un résultat probant dans une épreuve du World Tour pour montrer qu’elle fait réellement partie des meilleures cyclistes du monde.

Samedi, à la deuxième journée de la compétition par étape Itzulia, la Québécoise a fini 2e après avoir livré une chaude lutte à deux des meilleures grimpeuses de la planète.

La Néerlandaise et meneuse au classement général Demi Vollering (SD Worx) a inscrit une deuxième victoire de suite sur les routes accidentées du Pays basque. Deux secondes derrière, la cycliste de Rouyn-Noranda s’est même permis de devancer sur la ligne l’Italienne Marta Cavalli (FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope), gagnante de l’Amstel Gold Race et de la Flèche wallonne plus tôt cette saison.

Ma 2e place [samedi], c’est comme une victoire, parce que c’est tellement difficile de battre Demi Vollering a dit Baril au terme de l’étape de 118 kilomètres, départ et arrivée à Mallabia. Je me suis vraiment mesurée aux meilleures grimpeuses du monde et j’ai montré que je pouvais être à leur niveau.

L’Abitibienne de 24 ans s’entraîne dans cette région de l’Espagne. Elle connaît bien les routes du parcours. Mais c’est surtout sur une autre motivation, bien personnelle celle-là, qu’elle pouvait compter comme elle l’a confié à Sportcom.

Avant la course, mon père m’a dit que c’était la fête de mon grand-père. Il aimait énormément le vélo, alors c’est un petit clin d’œil pour lui. Il est décédé avant que je sois née, mais il allait voir toutes les courses de vélo à la maison et il a aussi été un grand cycliste.

La Sherbrookoise Magdeleine Vallières-Mill (EF Education-TIBCO-SVB) s’est classée 21e à un peu plus de 3 minutes de la gagnante.

Vollering a sécurisé son maillot jaune et son avance est désormais de 22 s sur sa compatriote Pauliena Rooijakkers (Canyon / SRAM Racing). Baril passe de la 18e à la 5e place, à un peu plus d’une minute de retard sur Vollering. Vallières-Mill pointe pour sa part au 33e rang à 8 min 29 s.

Ce matin, au déjeuner, mon directeur sportif m’a dit qu’il voulait un top 10 au classement général. Plus tard, dans la rencontre d’avant course, il a dit : "Ah, finalement, on fait un top 5." Et maintenant, je suis 5e, a poursuivi Baril, qui nage dans le bonheur au sein de sa nouvelle formation.

Tout un contraste avec l’an dernier.

Là, j’ai du plaisir pour la première fois et les résultats viennent plus facilement. Je ne suis pas plus forte que l’année passée. Mes coéquipières sont tout le temps derrière moi et c’est fou la différence que ça fait!

La conclusion de l’Itzulia aura lieu dimanche à San Sebastian.

Au même moment en France, au Grand Prix Morhiban (1.1), Adèle Normand (Emotional.fr-Tornatech-GSC Blagnac VS31), Simone Boilard (St-Michel - Auber93) et Émilie Fortin (Sprinter Nice Métropole) ont respectivement fini 25e, 26e et 30e, toutes dans le peloton principal, qui a accusé un retard d’une minute et demie sur la gagnante, l’Australienne Ally Wollaston (AG Insurance - NXTG Team).

À l’épreuve masculine, remportée au sprint par le Français Julien Simon (Total Énergies), Charles-Étienne Chrétien (à 2:39) et Robin Plamondon (à 3:53) ont conclu en 65e et 74e places.

Les deux coureurs de l’équipe Premier Tech U-23 ont vu leurs coéquipiers Nicolas Rivard et Francis Juneau poser pied avant la fin de l’épreuve.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !