•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La 1000e victoire de Novak Djokovic le mène en finale à Rome

Le joueur de tennis ferme le poing et crie vers la foule en guise de célébration.

Novak Djokovic

Photo : Associated Press / Alessandra Tarantino

Agence France-Presse

Le no 1 mondial Novak Djokovic, candidat à une sixième couronne au Masters 1000 de Rome, a dominé Casper Ruud (10e) en deux manches de 6-4 et 6-3, samedi, pour rejoindre le Grec Stefanos Tsitsipas (5e) dans une reprise de la finale du dernier Roland-Garros, remportée par le Serbe.

Djokovic a intégré au passage le club très fermé des joueurs comptant 1000 victoires sur le circuit de l'ATP, qui comprend aussi Jimmy Connors, meneur avec 1274 succès, Roger Federer, Ivan Lendl et Rafael Nadal.

Encore sans titre cette année après un premier trimestre quasiment à l'arrêt en raison de sa non-vaccination contre la COVID-19, le Serbe a dû s'employer face à un combatif Ruud.

Allons-y pour 1000 autres, a lancé le Serbe en recevant après le match un gâteau portant ce chiffre symbolique.

En l'absence de Rafael Nadal, empereur aux 10 sacres romains éliminé en huitièmes, et de Carlos Alcaraz, phénomène au repos en vue de Roland-Garros (du 22 mai au 5 juin), Djokovic n'aura donc pas failli en atteignant la finale sans céder de manche.

Il va disputer dimanche contre Tsitsipas sa 12e finale sur la terre battue romaine (avec 5 victoires en 2008, 2011, 2014, 2015 et 2020), la 4e de suite. Djokovic mène six victoires à deux face au Grec, qui a toujours perdu contre lui sur l'ocre.

Après un début de match assez simple, lancé par deux bris et une belle avance de 4-0, la suite s'est largement compliquée contre le Norvégien, finaliste il y a quelques semaines au Masters 1000 de Miami.

Brisé à son tour, Djokovic a été rattrapé par la tension dans un match interrompu à deux reprises par une alarme incendie qui s'est déclenchée dans le stade.

Il a malgré tout assuré le gain de la première manche, puis il a su se montrer patient dans la seconde pour réussir un bris au septième jeu.

Le joueur de tennis glisse sur son pied droit et brandit sa raquette pour frapper la balle du revers.

Stefanos Tsitsipas

Photo : Getty Images / Alex Pantling

Tsitsipas s'impose à l'usure

Plus tôt, Tsitsipas avait décroché son billet pour la finale en l’emportant en trois manches de 4-6, 6-3 et 6-3 face à Alexander Zverev.

Il a eu besoin de 2 h 28 pour se débarrasser de l'Allemand.

Le double vainqueur de Monte-Carlo (2021 et 2022) affrontait pour la troisième fois Zverev en demi-finale en moins d'un mois, après Monte-Carlo (victoire du Grec) et Madrid (succès de l'Allemand, battu en finale par Carlos Alcaraz).

Entre deux joueurs se connaissant si bien (12e opposition), le match a sans surprise été serré sur un central écrasé par la chaleur, où les spectateurs ont apprécié les quelques gouttes envoyées dans les gradins par le préposé à l'arrosage.

Zverev, vainqueur au Foro Italico en 2017 et finaliste en 2018, a enlevé la première manche en s'appuyant notamment sur une première balle performante et un brin de réussite pour convertir la seule balle de bris.

Le champion olympique a perdu de son avance à la seconde manche avec deux doubles fautes à son premier jeu de service, à 0-1, qui ont permis à Tsitsipas de briser rapidement puis de faire la course en tête pour égaliser à une manche partout.

Le Grec a encore profité de la première balle de bris qui s'est présentée dans la troisième manche. Il a alors pris définitivement l'ascendant, n'offrant plus d'ouverture sur ses propres jeux de service.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !