•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Auger-Aliassime vaincu à son premier duel contre Djokovic

Les deux joueurs de tennis prennent la pose près du filet.

Novak Djokovic et Félix Auger-Aliassime avant leur affrontement à Rome

Photo : Getty Images / Alex Pantling

Félix Auger-Aliassime s’est pointé sur le court central de Rome avec son visage habituel de gladiateur, pas le moindrement intimidé par le palmarès de son adversaire du soir, Novak Djokovic.

Maintenant installé dans le top 10 mondial, le Québécois de 21 ans sait qu’il n’a pas à être gêné de partager le terrain avec les meilleurs joueurs de la planète.

Pour son premier rendez-vous avec le Serbe, il aurait pu trembler, mais il a lutté et s’est incliné dignement 7-5 et 7-6 (7/1), au bout d’un duel qui aura ravi l’assemblée pendant 2 h 10 min.

Cette 999e victoire de Djokovic sur le circuit de l'ATP lui assure d’être le favori à Roland-Garros qui s’amorcera dans une dizaine de jours.

Il a aussi porté sa fiche à 29-0 contre des joueurs canadiens. Une anecdote statistique dans le portrait d’ensemble d’une soirée électrique.

Felix Auger-Aliasseme frappe une mise en jeu.

Match de tennis entre Félix Auger-Aliassime et Novak Djokovic

Photo : Getty Images / Alex Pantling

C’était du haut niveau ce soir, le service de Félix est particulièrement létal, a dit Djokovic sur le terrain, gracieux envers son rival. C’est une chose de l’affronter en entraînement, mais c’est autre chose en match. Il sert avec une précision extraordinaire, il retourne très bien et bouge bien. C’est un joueur complet.

Il m’a forcé à élever mon niveau de jeu et à faire preuve de constance, a-t-il ajouté. J’aurais pu conclure le match un peu plus tôt, mais bravo à lui de s’être battu jusqu’à la fin dans une atmosphère extraordinaire ce soir.

Quand deux artistes de cette stature peignent plus souvent les lignes du terrain avec leurs balles que la ligne blanche du filet, ça donne une œuvre réussie.

Les deux ont chacun réussi six coups gagnants de plus que de fautes directes. À quelques reprises, Djokovic a même applaudi son rival avec une main et sa raquette, tellement les répliques du Québécois étaient imparables.

Vif et rapide sur le terrain, Auger-Aliassime a aussi réussi à déstabiliser Djokovic au service, notamment avec sa balle sortante vers le coup droit du Serbe qui a toutefois pu briser le service du joueur de 21 ans à trois reprises.

Pour faire tomber un géant comme le numéro un mondial, il faut faire encore plus que de l’ébranler. Il faut le terrasser. Ce qu’Auger-Aliassime n’a pas été en mesure de faire.

Dans certains moments de tension, le jeune homme a logiquement manqué un peu de lucidité.

En première manche, à 6-5 pour Djokovic, Auger-Aliassime a fait preuve d’un peu d'impatience ou d’un surplus de fébrilité. Il a posé un amorti à l’extérieur dès le deuxième coup d’un échange, puis a raté un revers facile lors du point suivant.

Deux rares bourdes qui ont mené au bris de son service et à la perte de la première manche.

En début de deuxième manche, Auger-Aliassime a été victime d’une erreur d’arbitrage. L’officiel a déclaré que la balle avait touché l’ocre pour une deuxième fois de son côté, ce qu’a démenti la reprise vidéo. Le Québécois a poliment fait connaître son opposition, sans pour autant se laisser déconcentrer.

Djokovic a aussi offert plusieurs coups d’exception, comme un lob parfait qui lui a permis de briser pour s’échapper à 4-2 en deuxième manche.

Devant l'entêtement du Québécois, il a dû livrer un bris d’égalité quasi parfait pour assurer sa victoire et ainsi poursuivre sa quête d’un sixième titre à Rome, mais surtout d’un premier en 2022.

Avec sa performance de vendredi, il est sur la bonne voie.

Shapovalov éliminé à l’usure en quarts par Ruud

Le Norvégien Casper Ruud a mis fin au beau parcours de Denis Shapovalov, au tournoi de Rome, vendredi.

Moins de 24 heures après sa retentissante victoire contre un Rafael Nadal diminué, le Canadien a été battu de justesse 7-6 (9/7) et 7-5 par le no 10 à l’ATP en quarts de finale.

Pourtant, Shapovalov a eu ses chances, bien que rares. Il a eu une balle de manche lors de chacun des engagements, sans jamais pouvoir en profiter.

À l’opposé, Ruud a réussi, au pic et à la pelle, à briser Shapovalov pour la première fois du match au 11e jeu de la deuxième manche, après avoir vu son rival lui fermer la porte au visage à huit reprises.

Ce jeu, qui a duré 14 minutes, est d’ailleurs le seul qui s’est conclu par un bris de service.

Deux joueurs de tennis, l'un vêtu de noir et l'autre d'orange, se font l'accolade au gilet après un match âprement disputé au tournoi de Rome.

Denis Shapovalov et Casper Ruud après leur duel

Photo : Getty Images / Julian Finney

Je n’étais pas aussi calme que j’en avais l’air, a confié Ruud en entrevue sur le terrain. Les occasions étaient là, j’étais nerveux sur les balles de bris, surtout contre un bon serveur comme Shapo. Celle que j’ai convertie m’a permis de gagner.

Les deux joueurs ont multiplié les longs échanges en fond de terrain, variant les arcs et les angles de leurs coups.

Shapovalov, le plus impulsif des deux, est souvent monté au filet pour provoquer les choses. Au bout du compte, il a réussi 28 coups gagnants, mais a aussi commis 35 fautes directes.

Denis Shapovalov frappe la balle en mi-voltige.

Match de tennis entre Denis Shapovalov et Casper Ruud

Photo : Getty Images / Julian Finney

Ruud, de son côté, a été particulièrement efficace au service. Il a mis 72 % de ses premières balles en jeu et n'a accordé que deux balles de bris.

Avec un taux de réussite de 63 %, l'Ontarien s’est exposé aux brillants retours du Norvégien. Ruud s’est octroyé 15 balles de bris. Le seul bris du match aurait fait la différence.

En demi-finales, il affrontera Novak Djokovic.

Ce sera un défi important, a dit Ruud. J’aimerais bien avoir un match revanche contre Djokovic qui m’a battu ici en demi-finales en 2020. C’est le meilleur joueur du monde.

Dans le bas du tableau, Alexander Zverev n'a pas vraiment été mis en difficulté par Cristian Garin. En usant de patience, il s'est logiquement imposé pour passer en demi-finales.

Il serre le poing droit.

Alexander Zverev à Rome

Photo : Getty Images / Alex Pantling

Le 3e au classement mondial l'a emporté sur le Chilien (45e) en deux manches 7-5 et 6-2 en 1 h 51 min.

L'Allemand, finaliste à Madrid dimanche, rencontrera en demi-finales le Grec Stefanos Tsitsipas (5e), vainqueur de l'Italien Jannik Sinner (13e) en deux manches de 7-6 (7/5) et 6-2.

Ce sera le troisième duel en demi-finales de tournoi Masters 1000 en moins d'un mois entre Tsitsipas et Zverev. Le Grec s'est imposé à Monte-Carlo en avril, tandis que l'Allemand a pris sa revanche à Madrid, la semaine dernière, avant de s'incliner en finale devant Carlos Alcaraz.

Zverev a remporté les Internationaux d'Italie en 2017.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !