•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Protégeons nos arbitres

Plan au-dessous des genoux d'un joueur de soccer qui a le pied sur un ballon.

Les pouvoirs publics doivent assurer la sécurité, soutient Hassoun Camara.

Photo : iStock

J’ai eu envie de revenir sur l’événement extrasportif qui a secoué le Québec ces derniers jours.

Un jeune arbitre a été agressé par un spectateur lors d’une rencontre de soccer opposant deux équipes de joueurs amateurs de moins de 14 ans, samedi, à Dollard-des-Ormeaux, dans l’ouest de l’île de Montréal.

Qu’est-ce qui peut expliquer qu’un jeune homme, au service du sport qu’il admire, puisse se retrouver sous les coups de ce grand-père, a priori sans histoire, venu encourager son petit-fils de la pire des manières cette fois-ci.

L’ex-enseignant à la retraite ne se l’explique pas lui-même.

Devant l’émoi suscité par son mauvais geste, ce dernier a adressé ses plus sincères excuses, dans une longue lettre envoyée à Soccer Québec, au Club de soccer Saint-Laurent ainsi qu’à la famille de la victime.

À qui la responsabilité?

Évidemment, le premier responsable est cet homme qui, avec ce geste, trahit les valeurs fondamentales qu’il enseignait lui-même à ses anciens élèves.

Il traduit aussi une certaine tension que l’on retrouve souvent sur les bords du terrain des jeunes joueurs amateurs du Québec et d’ailleurs.

Les enjeux prennent souvent le pas sur le jeu à cause de certains parents surexcités et souvent persuadés de voir en leur fils ou leur fille le futur Cristiano Ronaldo ou la future Christine Sinclair.

Ce qui mène à des débordements difficiles à contrôler pour les officiels et les clubs.

Malgré cela, je pense que ce triste événement, commenté et condamné sur Twitter par la ministre responsable des Sports, Isabelle Charest, doit servir de tournant pour les clubs, afin que ce type de gestes ne se reproduise plus.

Même s’il est difficile de prendre une part de responsabilité au vu des faits, ils doivent solliciter l’aide des pouvoirs publics afin d’augmenter la sécurité des acteurs du jeu.

Parce qu’en tant qu’ancien joueur et père de deux garçons, j’aimerais comme tous les parents savoir mes enfants en sécurité lorsqu’ils s’inscrivent dans une organisation sportive, sans vivre malgré eux des faits comme celui-ci.

Ce sont des situations que j’ai moi-même vécues plus jeune, en région parisienne.

Je ne compte plus les matchs qui ont dû être interrompus ou suspendus à cause de mauvais agissements de certains spectateurs envers le corps arbitral, ou même envers nous, les joueurs.

Nous en étions les premiers pénalisés, alors que notre seul souhait était celui de pratiquer notre passion entre copains de vestiaire.

C’est pourquoi cet événement peut et doit servir d’exemple et permettre à tous les acteurs d’en tirer les conclusions pour cela se reproduise le moins possible.

La facilité avec laquelle ce partisan a pu accéder au stade peut poser question.

La pédagogie envers les parents ou même l’absence de cloisons plus sécuritaires pourraient être des pistes de réflexion, en collaboration avec les pouvoirs publics, afin d’enrayer ce type de comportements.

Je pense aussi que le monde professionnel a un rôle majeur à joueur.

Il n’est pas rare de voir des incidents émailler de grandes soirées de soccer européen vues par des millions de spectateurs dans le monde.

Ces jets d’objets sur le terrain, ces affrontements entre supporteurs ou ces insultes envers l’arbitre sont des fléaux qui ont un réel impact sur le monde amateur dans son ensemble, qui agit souvent par mimétisme et répète ces comportements.

Les arbitres sont essentiels au jeu. Il est important de mettre en lumière cette fonction difficile et de la défendre, car elle permet aux joueurs d’exprimer leur talent sur le terrain.

J’espère sincèrement que ce geste ne découragera pas certains jeunes qui avaient pour vocation de s’inscrire dans cette fonction, car sans vous, le soccer n’existerait pas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !