•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Gilles est un mythe qui résiste au temps qui passe » - Patrick Tambay

Chargement de l’image

Gilles Villeneuve en 1980

Photo : Getty Images / Steve Powell

Chargement de l’image

Le 8 mai 1982, le pilote québécois Gilles Villeneuve perdait la vie dans un accident lors des qualifications du Grand Prix de Belgique. Pour se souvenir de ce triste anniversaire, Radio-Canada Sports s’est entretenu avec son ami et ancien pilote de formule 1, le Français Patrick Tambay.

C’est un homme fatigué par la maladie qui a tout de même accepté de répondre à nos questions.

Patrick Tambay se bat depuis des années contre la maladie de Parkinson.

Si son élocution est aujourd’hui difficile, sa mémoire, elle, est intacte.

C’est quand il y a des appels téléphoniques comme le vôtre que les souvenirs remontent à la surface, répond immédiatement l’homme de 72 ans, heureux qu’on se souvienne de son ami.

Chargement de l’image

Patrick Tambay en 1983

Photo : Getty Images / Mike Powell

Gilles, c’était un beau fou furieux! Un bon vivant! Il aimait les belles voitures, les amis et surtout les belles femmes. Mais ça, je ne devrais pas vous le dire, dit en rigolant l’ancien pilote.

Sur la piste, il était total. Son engagement était total. Pour ses adversaires, c’était une présence pesante, ajoute-t-il.

« Gilles était toujours à la bagarre, 100 % à la bagarre. Il ne lâchait jamais. Un peu tête brûlée, même. D’ailleurs, il aurait eu de bien meilleurs résultats s’il avait été un peu plus patient. Mais Gilles et la patience ne faisaient pas bon ménage. Il a d’ailleurs déclaré qu'il savait qu’il était impétueux et brusque par moments. C’était sa façon d’être. S’il avait hésité à attaquer un virage à fond, il n’aurait pas été Gilles Villeneuve. »

— Une citation de  Patrick Tambay, ex-pilote de F1 et ami de Gilles Villeneuve

Après le drame de Zolder et la disparition de son ami Gilles, l’écurie Ferrari a proposé au pilote français de reprendre la voiture no 27. Le souvenir de sa victoire en 1983 sur le circuit d’Imola, en Italie, est encore très présent.

Je me souviens qu’au début, c’était un peu pesant de reprendre la voiture de Gilles, sa voiture, souligne l’ancien pilote.

Chargement de l’image

La Ferrari no 27

En même temps, je repensais à l’accident. Je pensais que les premiers tours allaient être difficiles, mais tout de suite, j’ai senti sa présence, se rappelle Patrick Tambay. Il y a toujours eu cette présence : Gilles était là avec moi. Il était aussi dans la foule, qui avait déroulé des banderoles pour me demander de le venger en remportant la course. J’ai eu l’impression qu’il conduisait avec moi.

« Mais je peux vous avouer une chose : c’est en conduisant la voiture que j’ai pris conscience de l’immense talent de Gilles. Jamais je n’ai vraiment pu égaler ses performances, et pourtant, c’était la même voiture. C’est Gilles qui se surpassait et qui faisait en sorte que la voiture se surpassait aussi. Je ne sais pas si vous croyez aux phénomènes paranormaux, mais je vous assure que ce jour-là, ce n’est pas moi qui ai piloté cette voiture pour l’amener à la victoire. »

— Une citation de  Patrick Tambay, ex-pilote de F1 et ami de Gilles Villeneuve

Tout en fouillant encore dans sa boîte à souvenirs, Patrick Tambay se souvient également de l’ami qui lui a fait découvrir le Québec.

Oh que oui, il m’a fait découvrir le Québec! s’exclame le Français comme si c’était hier et qu’il retrouvait soudainement sa fougue de jeunesse.

Après les courses, on était un petit groupe de pilotes et on allait avec lui dans le bois. On traversait comme des malades les érablières pour enfin arriver dans ce que vous appelez les cabanes à sucre. Après, on repartait faire les fous dans le bois, rajoute-t-il avec un sourire qui en dit long sur les périples passés.

L’amitié entre les deux hommes a pris une telle ampleur que le pilote français est devenu le parrain du fils du pilote québécois, Jacques.

Avant de se quitter, le septuagénaire s’est excusé pour son élocution difficile à cause de la maladie, mais il tenait à répondre aux questions.

« Pour moi, Gilles restera une légende. Se souvenir de lui après 40 ans, c’est bien la preuve qu’il a encore sa place parmi les grands. Gilles est un mythe qui résiste au temps qui passe. »

— Une citation de  Patrick Tambay, ex-pilote de F1 et ami de Gilles Villeneuve

Un temps que même la vitesse n’a pas encore réussi à rattraper.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !