•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les parasports pourraient disparaître en Ukraine

La délégation suit une femme qui tient une affiche en forme de flocon avec le nom de l'Ukraine.

Le drapeau ukrainien au stade national de Pékin pendant les Jeux paralympiques

Photo : Reuters / GONZALO FUENTES

Agence France-Presse

Le président du Comité paralympique ukrainien craint pour la survie du mouvement, l'un des plus performants du monde, au moment où son pays subit depuis deux mois l'invasion des forces armées russes.

Nous sommes des meneurs du mouvement paralympique [...] Et aujourd'hui, je redoute que le mouvement handisport disparaisse en Ukraine, a expliqué à l'AFP Valeriy Sushkevych, en marge d'une compétition multisport pour les sourds et malentendants (Deaflympics), qui a lieu au Brésil jusqu'au 15 mai.

Les meilleurs athlètes du monde du mouvement paralympique ne savent pas s'ils vont pouvoir continuer à faire leur sport, a-t-il poursuivi.

L'Ukraine est en tête du classement des pays de la compétition, avec 46 médailles, dont 24 en or, soit le double de podiums du pays suivant, les États-Unis.

Lors des Jeux paralympiques de 2022 en mars, l'Ukraine a terminé à la 2e place au tableau des médailles avec 29, dont 11 en or, son meilleur résultat aux Jeux d'hiver.

La délégation ukrainienne avait profité des Jeux pour faire passer, le 10 mars, un message non équivoque : la paix pour tous.

Un groupe de personnes dans des uniformes aux couleurs de l'Ukraine lèvent le poing droit et tiennent une affiche : « La paix pour tous » (peace for all).

La délégation paralympique de l'Ukraine et son message pour la paix pendant les Jeux de 2022.

Photo : Getty Images / Alex Davidson

Ce jour-là, les membres de la délégation ukrainienne avaient profité d'une pause dans les entraînements ainsi que dans les courses de biathlon et de ski de fond pour organiser une cérémonie en hommage à leurs compatriotes tombés au pays. Une minute de silence avait notamment été observée.

Une fois les Jeux paralympiques terminés, l'invasion russe a tout emporté sur son passage. Le centre d'entraînement pour les sports d'hiver, dans l'ouest de l'Ukraine, est ainsi devenu un camp accueillant des réfugiés chassés par l'avancée des troupes russes.

On ne pouvait pas dire non, le sport passe après, a reconnu M. Sushkevych.

Il a précisé que des athlètes paralympiques et leurs familles vivent dans ce camp, tandis que d'autres se terrent et ne peuvent plus se déplacer et encore moins s'entraîner.

Cela sera très difficile de reconstruire le mouvement paralympique s'il meurt, a-t-il conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !