•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rapport sur la relance du hockey québécois insiste sur le plaisir de jouer

Chargement de l’image

Le comité sur la relance du hockey québécois a été mis sur pied en décembre.

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Chargement de l’image

Le très attendu rapport du comité québécois sur le développement du hockey a été rendu public jeudi après-midi à Québec. On y propose notamment de prioriser le plaisir du jeu chez les enfants et d'ensuite optimiser le développement des filles et des garçons.

Ce comité de 15 personnes, mis sur pied en décembre à la demande du premier ministre François Legault et présidé par l’ancien gardien de but de la LNH et analyste à RDS Marc Denis, présente une série de neuf recommandations pour encadrer et améliorer le développement du hockey chez nous :

  1. Hisser le hockey au rang de sport national du Québec.
  2. Inclure l’apprentissage du patin sur glace dans le programme scolaire du primaire.
  3. Rendre le hockey accessible à tous.
  4. Prioriser le développement du hockey féminin.
  5. Prioriser le plaisir du jeu chez les enfants.
  6. Optimiser le développement du talent de nos athlètes.
  7. Accroître le respect et la sécurité au hockey.
  8. Doter le Québec des infrastructures appropriées au développement du hockey.
  9. Conférer à Hockey Québec le pouvoir de gouverner et de guider l’avenir du hockey québécois.

Si le comité propose de nombreuses pistes d’action pour chacune des neuf recommandations, le rapport fait une distinction majeure entre la pratique du hockey avant et après l’âge de 13 ans.

Si on propose d’inclure l’apprentissage du patin sur glace dans le programme scolaire dès l’école primaire, on suggère également de redéfinir complètement le modèle compétitif pour les moins de 13 ans.

On va même jusqu’à proposer de supprimer les classements et les statistiques jusqu’à la catégorie M-13 inclusivement, afin de réduire les attentes de performance des parents et des entraîneurs.

La ministre déléguée à l’Éducation et responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, a accueilli avec enthousiasme le rapport, où la notion de plaisir prend beaucoup de place, particulièrement parmi les plus jeunes. Elle s'est même permis de citer Guy Lafleur.

J'ai beaucoup aimé l'approche du comité qui souhaite remettre le plaisir au centre du sport et du développement des joueurs. Comme disait Guy : "Le hockey, c'est un jeu." Et la vision du rapport s'inscrit exactement dans cette ligne de pensée, a-t-elle mentionné.

Le comité souhaite également que des mesures soient mises en place pour faciliter l’accès au hockey à toutes les familles en luttant contre les principaux obstacles à sa pratique, qu’ils soient financiers ou matériels. Le rapport suggère des allégements fiscaux.

Les membres du comité se sont aussi attardés longuement au développement des athlètes de l’âge de 13 ans à leur sortie du hockey mineur. Mais ils souhaitent aussi que le développement du hockey se poursuive au-delà du hockey junior et qu’il passe par des programmes de hockey universitaire, peu nombreux au Québec.

Ils croient que les structures actuelles ne favorisent pas un développement optimal des hockeyeurs et des hockeyeuses, notamment en raison d’une concurrence parfois néfaste entre certains programmes scolaires et associatifs.

Cette concurrence nuit au développement du hockey au Québec. Les attentes envers les jeunes adolescents sont trop élevées, tout comme la pression que subissent les programmes et leurs dirigeants, peut-on lire dans le rapport.

On y suggère de restructurer les ligues provinciales comme la M-18 AAA (qu’on appelait auparavant la Ligue midget AAA) et d’y interdire le surclassement des jeunes de 14 ans.

Certaines mesures proposées touchent également la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), comme la mise sur pied d’un système d’évaluation et d'analyse relativement aux demandes de statut d'exception pour les joueurs de 16 ans.

Le circuit Courteau serait aussi touché par la proposition du comité d’interdire d'échanger un joueur actif avant qu'il n'ait terminé son secondaire et d’interdire un rappel en milieu de saison.

On suggère aussi de revoir et d'améliorer le ratio matchs/entraînements dans la LJHMQ.

À lire aussi :

Des infrastructures à améliorer

Le comité s’est également dit surpris de constater le retard du Québec sur le plan de la qualité et de la quantité de patinoires convenant à la pratique du hockey et des autres sports de glace.

Il prône la construction de patinoires couvertes et réfrigérées, moins coûteuses et plus polyvalentes que les arénas.

Le comité propose de mettre en place un centre d’entraînement et de développement national à l’Institut national du sport du Québec.

Il est question de construire un complexe d’entraînement et de développement de deux glaces, afin que Hockey Québec puisse compter sur une offre de service complète d’évaluation des joueurs pour les équipes du Québec.

Il est entendu que Patinage Québec, la fédération de patinage artistique, pourrait aussi y installer ses programmes d’élite.

Ce centre serait utilisé pour les équipes M-18 masculines et celles de développement en hockey féminin ainsi qu’en parahockey, mais aussi pour la formation des officiels et des entraîneurs ainsi que la recherche.

Un parcours plus approprié afin d'atteindre le plus haut niveau

Sans garantir que plus de Québécois atteindront la Ligue nationale ou les équipes nationales, le président du comité, Marc Denis, a bon espoir que l'ensemble des propositions permettra à un plus grand nombre de joueurs de poursuivre leur parcours.

Oui, si les recommandations sont appliquées, il y aura plus de Québécois dans la Ligue nationale de hockey, mais ce n'était pas l'objectif premier, a dit l'ex-gardien de but.

Et, naturellement, la ministre Charest a promis de faire le suivi.

Une chose est certaine, on ne va pas tabletter ce rapport et on s'engage à y donner suite rapidement, a-t-elle précisé.

Du côté de l'opposition, le député libéral de Marquette, Enrico Ciccone, lui-même un ancien hockeyeur de la LNH, a souhaité que les recommandations débouchent sur des actions.

Le comité est formé de gens très compétents, des gens de qualité qui connaissent leur hockey. Je n'ai jamais douté qu’ils amèneraient d’excellentes recommandations. Je retiens que le premier ministre Legault a dit que ce rapport ne serait pas tabletté. Je m'attends à ce qu'il débloque l'argent d’ici à la fin de son mandat pour réaliser toutes ces mesures, incluant celles concernant les infrastructures dans toutes les villes et [tous les] villages.

Ça a été un exercice un peu électoraliste pour sortir un rapport choc. Et si on veut tout réaliser, ça va coûter une beurrée. Mais ça en vaut la peine. Oui ça amène des bénéfices, car le sport, c’est la santé.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !