•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patinage artistique : âge minimum de 17 ans aux JO de 2026

Une patineuse artistique s'élance devant ses entraîneurs.

Kamila Valieva, 15 ans, lors des Jeux olympiques de Pékin

Photo : afp via getty images / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Associated Press

La Fédération internationale de patinage (ISU) a publié lundi les détails de son plan pour hausser l'âge minimum en patinage artistique. Elle le soumettra au vote pendant son prochain congrès en juin.

Ce sera 16 ans pour la saison 2023-2024 et 17 ans en 2025-2026, durant laquelle se dérouleront les Jeux olympiques d'hiver en Italie.

L'ISU avait accepté d'y réfléchir après la recommandation de la Fédération norvégienne de patinage.

Nous devrions encourager des mesures qui permettent aux athlètes de connaître une longue carrière, avait notamment écrit à l'ISU la fédération norvégienne.

C'était avant la controverse entourant le test antidopage positif de la jeune patineuse de 15 ans Kamila Valieva, du ROC.

Des athlètes de 15 ans pourront encore participer aux événements internationaux cette saison.

L'ISU invoque pour justifier ces nouvelles mesures des risques de blessures pouvant devenir chroniques, mais aussi des risques de dérèglement alimentaire et d'épuisement.

Sa commission médicale a tenu compte du fait que de plus en plus d'athlètes cherchent à réussir des sauts à quadruples rotations.

La commission médicale précise que l'ISU a le devoir de protéger la santé physique et psychologique de tous les athlètes, y compris les adolescents, faisant partie de l'élite mondiale.

Kamila Valieva a subi une pression énorme lors des Jeux olympiques de Pékin, après la médiatisation de son test antidopage positif.

Une patineuse est penchée et se tient les genoux après sa prestation sur la glace. On voit le logo olympique en arrière-plan.

Kamila Valieva était la grande favorite pour remporter l'or olympique à l'épreuve individuelle.

Photo : Getty Images / Matthew Stockman

Une décision du TAS lui avait permis de participer au programme libre individuel pour poursuivre son rêve olympique.

Cette décision s'est toutefois retournée contre elle. Durant le programme libre, la jeune femme, épiée par les médias et fragilisée, a craqué et a fait plusieurs erreurs pour glisser au 4e rang de la compétition.

À la fin de son programme libre, son entraîneuse, Eteri Tutberidze, s'est montrée sévère à son endroit.

Son manque d'empathie n'a pas échappé au président du CIO, Thomas Bach, qui a critiqué la très grande froideur de l'entourage de la jeune patineuse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !