•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pluie de buts cette saison dans la LNH : une rétrospective en chiffres

Il donne la main à ses coéquipiers sur le banc.

Jonathan Huberdeau a connu la meilleure saison de sa carrière.

Photo : Getty Images / Joel Auerbach

Alexandre Coupal

Les adeptes du jeu offensif ont été servis cette saison dans la Ligue nationale de hockey (LNH). L'attaque est en hausse, les chiffres ne mentent pas.

La force de frappe des Panthers de la Floride a été impressionnante tout au long du calendrier, avec en tête de liste Jonathan Huberdeau. L'attaquant émérite a préparé 85 des 340 buts de l’équipe, ce qui lui confère une moyenne astronomique de 1,04 passe par match. Par ailleurs, il s’agit de la meilleure performance offensive pour un joueur québécois depuis Mario Lemieux en 1995-1996.

Aucune équipe de la LNH en 25 ans n'a marqué autant de buts que les Panthers cette saison et leur moyenne de 4,15 par match.

Il faut remonter à la campagne 1995-1996 pour trouver une formation avec quatre buts ou plus par rencontre. Menés par Ron Francis, Jaromir Jagr et Mario Lemieux, les Penguins de Pittsburgh avaient maintenu le rythme effréné de 4,41 filets par match.

Aux quatre coins de la LNH, la moyenne de buts inscrits par équipe au cours d’un match s’élève à 3,12, un sommet inégalé depuis cette même saison 1995-1996.

Avant les Panthers, la meilleure équipe du millénaire était le Lightning de Tampa Bay, édition 2018-2019, avec 3,89 buts par match et un total de 319 réussites.

Grâce à l’avantage numérique?

L’avantage numérique dans le circuit Bettman est également à son plus fort. Le pourcentage moyen d’efficacité de 20,59 % est bon pour le 13e rang depuis que cette statistique annuelle est comptabilisée en 1963-1964.

À ce chapitre, il y a une cohérence avec les saisons précédentes. En 2020-2021, la moyenne du pourcentage d'efficacité (19,78 %) pointait au 20e rang de l’histoire, alors que celle de 2019-2020 était légèrement devant au 18e rang (20,03 %).

À gauche toute

Pour revenir à Huberdeau, les 85 mentions d’assistance du Québécois constituent un record pour un ailier gauche, qui appartenait à Joe Juneau (70 en 1992-1993) jusqu’à tout récemment.

En fait, la marque de Juneau n’a pas seulement été fracassée par Huberdeau. Deux autres joueurs l’ont aussi fait tomber en éclat : Johnny Gaudreau, des Flames de Calgary, et Artemi Panarin, des Rangers de New York, complices cette saison de 75 et de 74 buts.

Panarin saute sur la glace avant une partie.

Artemi Panarin

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Un buteur au-dessus des autres

Toujours sur le plan individuel, Auston Matthews s’est signalé par la constance et la fréquence à laquelle il a touché la cible. Il a fracassé au passage le record des Maple Leafs de Toronto qui revenait auparavant à Rick Vaive (54 en 1981-1982).

En route vers ses 60 buts, le vainqueur du trophée Maurice-Richard, remis au meilleur franc-tireur, a surfé sur une formidable séquence de 51 filets en 50 matchs pendant le calendrier. Un rythme de croisière qu’aucun hockeyeur n’avait maintenu depuis Lemieux en 1995-1996.

Un joueur de hockey tire au but.

Auston Matthews a atteint le plateau des 60 buts.

Photo : Reuters / Jerome Miron

Le club sélect des marqueurs de 60 buts, lui, accueille un nouveau membre pour la première fois en une décennie. Steven Stamkos était le dernier en lice après sa fabuleuse saison 2011-2012 de 60 buts, tandis qu’Alexander Ovechkin, auteur de 65 réussites en 2007-2008, complète le trio tout étoile ayant franchi ce plateau lors des 26 dernières années.

Roman Josi prolifique

À un certain point, il a été permis de croire que Roman Josi, défenseur des Predators de Nashville, atteindrait le plateau des 100 points. Une poignée d'arrières peuvent se targuer d’avoir compilé une centaine de points au cours d’une seule et même saison, soit Paul Coffey, Brian Leetch, Al MacInnis, Bobby Orr et Denis Potvin. Parmi ce quintette étoile, Orr (6) et Coffey (5) sont les seuls ayant accompli l’exploit à plus d’une occasion.

Roman Josi n'est pas parvenu à franchir la barre des 100 points. Même si le chiffre n’a pas le même cachet, le plateau des 90 points n'est pas plus facile à atteindre. Avec ses 96 points, le Suisse devient seulement le neuvième défenseur à y parvenir, dans un groupe où il faut ajouter Raymond Bourque, Phil Housley et Gary Suter aux cinq producteurs de 100 points ou plus.

Un joueur sur la glace dans l'attente d'une mise en jeu

Roman Josi

Photo : Getty Images / Christian Petersen

Brian Leetch avait été le dernier à intégrer ce groupe prisé avec ses 102 points durant la campagne 1991-1992.

C’est d’autant plus remarquable pour Josi qu'il est le premier à atteindre les 90 points depuis l’instauration du plafond salarial en 2005. Le dernier joueur à avoir franchi cette marque avant lui est Raymond Bourque en 1993-1994, soit il y a presque 30 ans.

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !