•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilan de saison empreint d’optimisme pour les Raptors

Pascal Siakam félicite la recrue Scottie Barnes lors d'un match des Raptors.

Avec Scottie Barnes, la recrue par excellence de la dernière saison dans la NBA, le futur est rose à Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Au lendemain de leur élimination au premier tour des séries de la NBA, les joueurs des Raptors de Toronto n'affichaient pas tous le sourire au complexe OVO. Fatigués par une saison exigeante et déçus du sort que leur ont réservé les 76ers de Philadelphie, ils ont eu des mots empreints d'optimisme.

On n'a fait qu'effleurer le potentiel de ce qu'on peut faire, de ce qu'on peut devenir, a dit l'arrière Gary Trent fils lors du bilan de fin de saison de l'équipe vendredi.

Cette équipe pourrait devenir très, très dangereuse, a ajouté le vétéran de 16 saisons dans la NBA Thad Young.

Cette saison, les représentants de la Ville Reine ont eu un aperçu de leur potentiel avec un noyau de jeunes joueurs derrière Pascal Siakam et Fred VanVleet. Alors que plusieurs experts les voyaient gagner une trentaine de matchs, ils en ont gagné 48 pour prendre le 5e rang dans l'Est et retrouver les séries éliminatoires après les avoir ratées l'année précédente.

En séries, les Raptors ont aussi tenu tête aux 76ers, survivant deux fois à l'élimination après avoir perdu les trois premiers duels. Ils ont alors fait la preuve de leur esprit de combativité.

Cette saison, parfois, on avait l'impression qu'on allait s'écrouler, mais on n'a jamais laissé cela se produire. On a toujours continué de se battre, a souligné Siakam.

On a fait du bon boulot. On a travaillé dur en équipe. Parfois, ce n’était pas toujours beau, mais on n’a pas baissé les bras. Tout le monde a essayé du mieux qu’il pouvait pour aider l’équipe. Tout ce qu’on peut faire maintenant, c’est juste de repartir et voir ce qu’on peut faire de mieux pour revenir encore plus fort. Ce n’est pas la fin qu’on voulait, mais je pense qu’il y a des promesses.

Pascal Siakam tente d'attaquer le panier des 76ers sous le regard de Joel Embiid.

Les Raptors ont été vaincus en six matchs par les 76ers au premier tour des séries, mais pas sans se battre.

Photo : Associated Press / Matt Slocum

Siakam a lui-même retrouvé ses airs de joueur étoile cette année. Il s'est inscrit parmi les 25 premiers de la NBA pour le nombre de points (22,8), de rebonds (8,5) et d'aides (5,3) par match, et il a aussi compris son rôle de leader dans le vestiaire et sur le terrain.

En arrivant pendant la saison et en revenant d’une blessure, ça n'a pas toujours été facile. Mais avec le travail, j’ai pu me développer pendant l’année et continuer à progresser. Oui, je pense que c’était une bonne saison pour moi aussi, mais il y a beaucoup plus de travail à faire, a dit le Camerounais.

Fred VanVleet, l'autre meneur des Raptors avec le départ de Kyle Lowry, a aussi élevé son jeu d'un cran. Il a réalisé sa meilleure saison dans la ligue avec 20 points, 4 rebonds et 7 aides par match, ce qui lui a d'ailleurs valu d'être nommé au match des étoiles pour la première fois de sa carrière.

Derrière eux, Gary Trent fils, OG Anunoby et Precious Achiuwa, qui ont tous la vingtaine, ont aussi pris du galon. Scottie Barnes, repêché au 4e échelon par les Raptors l'été dernier, a impressionné au point tel qu'il a été nommé recrue de l'année.

Aux dires de VanVleet, les Raptors ont justement les pièces pour bâtir une équipe gagnante. Le noyau de l'équipe est non seulement établi, mais il a aussi goûté aux aléas d'une saison complète et des séries ensemble. Il a été mis à l'épreuve.

Le manque d'expérience a été un problème pendant un certain temps. C'était comme s'il n'y avait pas de point de référence, vous savez, pour notre jeune équipe, mais maintenant nous l'avons.

C'est le moment maintenant. C'est à peu près tout ce que nous voulions faire en matière de construction [...] Et maintenant, comment mettre toutes ces pièces ensemble? Peut-on ajouter quelques pièces? Et ensuite, comment faire pour que ça marche, pour être l'équipe la plus efficace et la plus létale possible? Je pense même qu'on peut s'améliorer sans rien ajouter, a-t-il dit.

C'était bizarre d'être dans une saison aussi imprévisible, où personne ne pensait que nous serions bons, mais où nous savions que nous l'étions. Nous jouions pour un championnat, mais c'était une sorte de basketball libre, pour ainsi dire. Je pense que revenir avec un objectif plus précis en tête va nous aider [l'an prochain] et nous permettre de rentrer dans nos rôles et d'être l'équipe la plus efficace possible.

Chris Boucher, des Raptors, fait signe à ses coéquipiers après avoir inscrit un panier de trois points.

Chris Boucher a été excellent lors du match no 6 de la série entre les Raptors et les 76ers jeudi.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Aucun joueur du noyau de Toronto ne deviendra joueur autonome au cours de la saison morte. Les Raptors devront toutefois regarnir leur banc de réservistes. Chris Boucher et Thad Young, entre autres, pourront profiter de l'autonomie complète.

Boucher, en particulier, pourrait obtenir plus que les 7 millions qu'il touchait cette saison. Il a réalisé une performance incroyable de 25 points et 10 rebonds, jeudi, dans son meilleur match des séries.

J'aurai bientôt 30 ans et le basket, un jour, ça finit. Alors, une chose à laquelle je vais penser, c'est quelle est la meilleure situation pour moi et ma famille. Et puis, je veux être à la place où je me sens bien. À Toronto, je me suis toujours senti bien. Je me suis dit que peu importe où je vais et la décision que je vais prendre, ça va être fixé sur ça parce que je joue mon meilleur basket quand je me sens bien, a-t-il conclu.

Pour l'heure, les Raptors n'ont pas de choix de premier tour pour le prochain repêchage. Ils l'ont cédé aux Spurs de San Antonio dans l'échange qui leur a permis de se départir du contrat de Goran Dragic. Ils ont néanmoins un choix de deuxième tour élevé, celui des Pistons de Détroit, le 33e au total.

L'entraîneur-chef Nick Nurse et le président de l'équipe Masai Ujiri ne se sont pas adressés aux journalistes vendredi. Ils dresseront leur bilan de la saison plus tard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !