•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le drapeau arc-en-ciel banni des stades durant le Mondial au Qatar?

Des drapeaux de la fierté LGBTQ+ en avant d'un bâtiment lors d'une manifestation

Des drapeaux de la fierté LGBTQ+

Photo : iStock

Radio-Canada

Le responsable de la sécurité à la Coupe de monde de soccer au Qatar a laissé entendre que les drapeaux arc-en-ciel pourraient être confisqués des mains des spectateurs à l’entrée des stades.

Le major général Adbulaziz Abdullah Al Ansari a aussi laissé entendre que les couples LBGTQ seront les bienvenus et acceptés au Qatar pour la durée du tournoi du 21 novembre au 18 décembre, alors que les relations homosexuelles demeurent criminalisées dans ce pays.

Si un amateur brandit un drapeau arc-en-ciel dans un stade et qu’on le lui enlève, ce ne sera pas parce que je veux l’insulter, mais bien le protéger. Si je ne le fais pas, un autre spectateur pourrait l’attaquer, a-t-il soutenu.

M. Al Ansari y est allé de cette affirmation dans une entrevue accordée à l’Associated Press. Celle-ci va à l’encontre de l’engagement de la FIFA et des organisateurs de la Coupe du monde d’admettre le drapeau emblématique du mouvement LBGTQ.

« Si vous souhaitez manifester votre point de vue concernant la cause LGBTQ, faites-le dans une société où cela sera accepté. Si vous achetez un billet, c’est pour assister à un match de soccer et pas pour manifester. Mais ne venez pas pour insulter toute une société. »

— Une citation de  Adbulaziz Abdullah Al Ansari, responsable de la sécurité de la Coupe du monde 2022

Plus tôt cette semaine, le président de la FIFA Gianni Infantino a affirmé qu’il s’assurerait que tout le monde soit le bienvenu au Qatar, même s’il est question de LGBTQ.

M. Al Ansari a indiqué qu’il ne demandait pas aux partisans LGBTQ de ne pas se rendre au Qatar sous peine de persécution.

Réservez une chambre ensemble, couchez ensemble, cela ne nous regarde pas. Nous sommes ici pour gérer la bonne marche du tournoi. Mais ne nous mêlons pas de ce qui pourrait se passer entre ces personnes. Nous ne pouvons pas changer les lois ou la religion pour les 28 jours de la Coupe du monde, a-t-il renchéri.

Il a aussi dit qu’il ne considérait pas son opinion comme étant discriminatoire.

Je remets en cause l’opinion d’une minorité face à la majorité. Nous devons contenir le problème avant qu’il n’éclate et devienne hors contrôle. Si quelqu’un vous attaque, je devrai intervenir, mais il sera trop tard.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !