•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Kripps apporte son soutien aux athlètes contre Bobsleigh Canada Skeleton

Chargement de l’image

Justin Kripps appuie la démarche de ses collègues.

Photo : Getty Images / Adam Pretty

Radio-Canada

Le double médaillé olympique Justin Kripps est le dernier des athlètes canadiens en bobsleigh et en skeleton à demander des changements à la direction de la fédération canadienne, Bobsleigh Canada Skeleton (BCS).

Le pilote, médaillé de bronze en bob à quatre aux Jeux de Pékin et d'or en bob à deux en 2018, a publié mardi une lettre ouverte sur son compte Instagram pour appuyer la démarche de ses collègues qui demandent un changement à la direction de BCS.

J’appuie la démarche des athlètes de bobsleigh et de skeleton, écrit Kripps, en exigeant des changements dans la gouvernance de notre fédération.

Les règles de base de la gouvernance ne sont pas suivies, et résultat, personne ne tient la direction responsable. Je ne peux parler que de ma propre expérience. Bien que je n’aie pas personnellement été maltraité ou que je ne suis pas senti en danger, je sais que ce n’est pas le cas pour plusieurs.

Chargement de l’image

La lettre ouverte de Justin Kripps (en anglais)

Photo : Instagram / Justin Kripps

Kripps rappelle que tous les athlètes doivent pouvoir travailler dans un milieu sain, quel que soit leur palmarès.

Gagner une médaille d’or olympique ne devrait pas être un prérequis pour être traité avec respect, rappelle-t-il, et ça me fend le cœur d’entendre les histoires qui sortent.

J’encourage les athlètes qui ont vécu ses expériences de porter plainte auprès de Safe Sport. Nous avons au sein de notre fédération des athlètes, des entraîneurs, du personnel extraordinaires, mais manifestement, nous ne pourrons aller de l’avant sans un changement au sommet.

Safe Sport est le programme pour un sport sécuritaire du Centre canadien pour l'éthique dans le sport.

Misant sur la collaboration et la concertation au sein du milieu sportif, ce cadre assorti de sanctions veut rendre le sport plus sûr pour les athlètes, les entraîneurs, les officiels, les administrateurs et le personnel de soutien de tous les niveaux au pays.

Le point de vue de Justin Kripps rejoint celui de ses collègues qui réclament des changements, estimant qu'il y a un problème de culture, de sécurité, de transparence et de gouvernance au sein du sport.

Chargement de l’image

L'équipage de Justin Kripps, Ryan Sommer, Cam Stones et Benjamin Coakwell au départ

Photo : afp via getty images / INA FASSBENDER

Ils sont plus de 80 athlètes, actuels ou retraités, à réclamer le départ de la présidente de Bobsleigh Canada Skeleton, Sarah Storey, et du directeur de la haute performance, Chris Le Bihan.

Ils affirment que le personnel prend des décisions arbitraires sur des questions, telles que la sélection des équipes, sur la base de préjugés et qu'il se soucie peu de la sécurité des athlètes, notamment.

Samuel Giguère en appui

Le freineur Samuel Giguère a également ajouté sa voix à celles de ses confrères bobeurs, mercredi.

Beaucoup de situations déplorables ont été mises en lumière dans les deux dernières semaines, a dit l'ancien joueur de football dans un échange de courriels avec Radio-Canada Sports. Comme j'ai partagé la plupart des dernières années entre deux sports, je ne savais pas à quel point l'organisation de Bobsleigh Canada était dysfonctionnelle.

Giguère, qui a fait ses débuts en Coupe du monde en décembre 2012, déplore cette situation, et il souhaite que la situation s'améliore.

C'est un triste constat, a dit l'athlète de 36 ans. Je crois maintenant que des changements doivent être effectués, particulièrement en matière de gouvernance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !