•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’entraîneur Ben Titley quitte Natation Canada

Un homme parle derrière un micro

Ben Titley

Photo : Getty Images / Jonathan Ferrey

Radio-Canada

Une onde de choc déferle sur le monde de la natation de haute performance canadienne. L’entraîneur Ben Titley était considéré comme l’architecte de l’équipe de natation féminine qui a connu tant de succès au cours des dernières années. Son contrat venait à échéance en mars et il n’a pas été renouvelé.

La Fédération espagnole a annoncé mercredi que Titley se joindrait à son personnel d'entraîneurs.

Natation Canada s’est contenté d’une courte déclaration par courriel pour confirmer la nouvelle.

Natation Canada et l’entraîneur-chef du Centre de haute performance de l’Ontario Ben Titley ont conclu une entente pour se séparer et laisser Titley poursuivre de nouvelles opportunités, dit le courriel.

Nous remercions Ben pour le travail qu’il a accompli en mettant sur pied le centre de haute performance de l’Ontario et pour les résultats qu’il a atteints aux Jeux olympiques. Natation Canada lui souhaite le meilleur pour la suite des choses, a déclaré le chef de la direction de Natation Canada, Ahmed El-Awadi, par courriel.

L’entraîneur était apprécié des nageurs, et les personnes contactées par Radio-Canada Sports ont laissé entendre que cette décision a généré beaucoup d’incompréhension au sein des athlètes et de leur entourage.

Mon séjour au Canada a été excellent, et je suis heureux de croire que le programme est beaucoup plus fort à mon départ qu’à mon arrivée, a déclaré Ben Titley au magazine spécialisé SwimSwam.

Alors qu’il dirigeait le centre de haute performance établi à Toronto, l’entraîneur avait sous sa gouverne la plupart des médaillées olympiques de Rio et de Tokyo, telles que Penny Oleksiak, Summer McIntosh, Maggie Mac Neil, Taylor Ruck et Kylie Masse.

Quatre femmes avec leur médaille de bronze

Kylie Masse, Sydney Pickrem, Margaret Mac Neil et Penny Oleksiak lors des Jeux de Tokyo

Photo : Getty Images / Maddie Meyer

Autant à Rio en 2016 qu'à Tokyo en 2021, le Canada avait récolté six médailles lors des épreuves de natation.

Je suis déçu de les quitter [les athlètes] puisque nous sommes devenus une famille, a ajouté l’entraîneur à SwimSwam. Il n’y a rien que j’aurais aimé davantage que de rester une saison de plus pour les aider à accomplir leurs rêves. Mais des fois, avec les contrats de travail, ce que l’on veut et ce que l’on a sont deux choses différentes.

Ben Titley a été engagé par Natation Canada en 2012. Le directeur général de l’époque, Pierre Lafontaine, avait remarqué l’entraîneur britannique et l’avait convaincu de se joindre au programme canadien, qui venait tout juste de construire son centre de haute performance à Toronto.

Le flair de Titley pour débusquer les talents à un très jeune âge aura mené aux exploits des jeunes Penny Oleksiak à Rio et à Tokyo, ou encore à ceux à venir d’une Summer McIntosh.

En Espagne

Ben Titley se joindra à l'équipe nationale espagnole en juillet, et il aura le mandat de la conduire vers de nouveaux sommets aux Jeux de Paris (en 2024) et de Los Angeles (en 2028).

Je suis très enthousiaste de me joindre à la Fédération royale de natation espagnole et à son centre national de Sant Cugat, à Barcelone, peut-on lire dans un communiqué de la fédération. Me joindre à l'entraîneur Olaf [Wildeboer] dans un centre reconnu internationalement me donne l'appétit pour créer un environnement où le succès sera inévitable.

Sur le plan personnel, Titley explique : Ce changement de décor est aussi important et emballant pour ma famille. Ma femme et sa famille sont nées en France, près de la frontière catalane. Nos jumeaux qui verront bientôt le jour en Catalogne seront à 90 minutes de route de la famille immédiate.

(Avec les informations de Jacinthe Taillon)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !