•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CIO demande l’exclusion des athlètes russes

Les drapeaux olympique et russe

Les drapeaux olympique et russe

Photo : Getty Images / Paul Gilham

La Presse canadienne

Dans une décision radicale visant à isoler et à condamner la Russie après son invasion de l'Ukraine, le Comité international olympique (CIO) a exhorté les instances sportives à exclure les athlètes et officiels du pays des événements internationaux.

Le CIO a précisé qu'il était nécessaire de protéger l'intégrité des compétitions sportives mondiales et la sécurité de tous les participants.

La décision du CIO s'applique également aux athlètes et aux officiels du Bélarus, qui a facilité l'invasion de la Russie en autorisant l'utilisation de son territoire pour stationner des troupes et lancer des attaques militaires.

Le CIO a expliqué avoir agi le cœur gros, mais l'impact de la guerre sur les sports ukrainiens l'a emporté sur les dommages potentiels causés aux athlètes russes et bélarusses.

Il ne s'agit pas d'une interdiction totale du CIO. Lorsque l'exclusion n'est pas possible à court préavis pour des raisons organisationnelles ou juridiques, les équipes de Russie et du Bélarus devraient concourir en tant qu'athlètes neutres sans drapeau, hymne ou symbole national, y compris aux prochains Jeux paralympiques d'hiver qui s'ouvriront vendredi à Pékin.

De nombreux sportifs réclament toutefois que les Russes et les Bélarusses soient bannis de ces Jeux paralympiques. Une lettre ouverte comptant une centaine de signatures a été acheminée au CIO de même qu’au Comité international paralympique (CIP).

L’organisation Global Athlete, qui milite pour une gouvernance plus saine dans l’industrie du sport, a publié à la demande d'athlètes ukrainiens une vidéo pour faire pression sur le CIO et sur le CIP. Ceux qui ont participé aux Jeux de Pékin soulignent que les bombardements ont commencé le lendemain de leur retour à la maison.

D'autres mesures mises en place

Le CIO a également retiré l'Ordre olympique qu'il avait donné à Vladimir Poutine en 2001, et à d'autres responsables russes.

Les instances sportives de toute l'Europe avaient déjà pris position contre la Russie, lundi, en refusant d'accueillir ou de jouer contre des équipes du pays.

Enfin, le CIO dit accueillir et apprécier les nombreux appels pour la paix de la part d’athlètes, d’officiels et de membres de la communauté olympique de partout.

Le CIO admire particulièrement les messages de paix offerts par les athlètes russes, précise le communiqué, tout en soulignant son soutien à la communauté olympique ukrainienne.

Ils sont dans nos cœurs et dans nos pensées. Le CIO veut poursuivre et accentuer ses efforts envers l’aide humanitaire. Aussi, un fonds de solidarité a été mis sur pied.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !