•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La F1 retire la Russie de son calendrier

Sous un ciel nuageux, un pilote négocie une grande courbe sur un circuit avec des drapeaux qui flottent et un grand bâtiment futuriste en arrière-plan.

Vue générale du circuit de Sotchi en Russie, dans le périmètre olympique

Photo : Getty Images / Charles Coates

Agence France-Presse

Le Grand Prix F1 de Russie, prévu le 25 septembre dans le périmètre olympique de Sotchi, a été annulé en raison de l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe.

Le groupe Formula One, promoteur du championnat du monde de F1, en a fait l'annonce vendredi matin.

Jeudi soir, la F1, la FIA et les équipes ont discuté de la position de notre sport, et la conclusion est, tenant compte de l'avis de toutes les parties prenantes, qu'il est impossible d'organiser le Grand Prix de Russie dans les circonstances actuelles.

Nous suivons les développements en Ukraine avec tristesse et stupeur et espérons une résolution rapide et pacifique de la situation actuelle.

Les pilotes Max Verstappen, champion du monde en titre, et Sebastian Vettel, quatre fois champion du monde, réclamaient jeudi l'annulation de l'événement.

Quand un pays est en guerre, il n'est pas correct d'y courir, c'est certain. Mais ce qui compte n'est pas ce que je pense, c'est l'ensemble du paddock qui décidera, avait dit Verstappen, pilote pour Red Bull.

Le Grand Prix de Russie de 2022 devait être le dernier organisé à Sotchi, avant de déménager dès 2023 à Saint-Pétersbourg.

La Russie avait été ajoutée en 2014 pour la première fois au calendrier de la F1.

La ville de Sotchi, hôtesse des Jeux olympiques d'hiver la même année, avait été choisie pour l'accueillir et le circuit avait été dessiné dans le périmètre olympique, en bord de mer.

Lewis Hamilton avait remporté la course la saison dernière.

Haas change les couleurs de sa voiture

Pour la dernière journée des essais de présaison vendredi, l'équipe américaine Haas a, de son côté, choisi de ne pas arborer les couleurs russes de son commanditaire principal Uralkali, groupe russe spécialisé dans la potasse.

Haas, dont les monoplaces arborent habituellement les couleurs bleu, blanc, rouge, comme le drapeau russe, a présenté une livrée blanche unie, sans la marque de son partenaire.

Dans une monoplace photographiée de face, un pilote négocie un virage à droite sur un circuit de F1.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nikita Mazepin au volant de la VF-22 de l'équipe Haas au circuit de Barcelone. Le nom de l'entreprise russe et les couleurs du drapeau russe n'apparaissent plus sur la voiture.

Photo : Getty Images / Rudy Carezzevoli

Le directeur de l'écurie, Günther Steiner, a expliqué vendredi qu'une décision serait annoncée la semaine prochaine quant à l'avenir de la collaboration à long terme entre Haas et Uralkali. Il a ajouté que l'équipe n'était pas touchée pour le moment par les sanctions occidentales contre la Russie.

L'avenir du pilote russe Nikita Mazepin, dont le père est le fondateur d'Uralkali, est remis en question.

Le directeur de l'équipe a reconnu que l'avenir du pilote russe avec l'équipe doit être résolu.

C'est une période difficile, et je ne contrôle pas grand-chose de ce qui se dit et se passe, a écrit le pilote sur ses réseaux sociaux. Je choisis de me concentrer sur ce que je PEUX contrôler en travaillant dur et en faisant de mon mieux pour mon équipe Haas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !