•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Remise de sa maladie, Danielle Collins en demi-finales des Internationaux d’Australie

Une joueuse de tennis, avec une casquette, crie après un point, sa raquette dans la main droite.

Danielle Collins en Australie

Photo : Getty Images / MICHAEL ERREY

Agence France-Presse

Danielle Collins, 30e du monde, et la Polonaise Iga Swiatek, 9e, ont rendez-vous jeudi pour leur demi-finale aux Internationaux d'Australie.

L'Américaine de 28 ans a sèchement mis un terme à la belle aventure de la Française Alizé Cornet, qui jouait son premier quart de finale dans un tournoi du grand chelem à 32 ans et à sa 63e participation à un majeur.

La Française, 61e au classement de la WTA, a tenu une manche avant de s'effondrer sous les frappes hargneuses de Collins, qui a effectué 28 coups gagnants et qui s'est imposée 7-5 et 6-1 en 88 minutes.

Elle m'a vraiment oppressée sur le court. C'est comme un rouleau compresseur, a relevé la Française. J'avais du respect pour les gagnantes en grand chelem. Là, j'en ai encore plus, car je n'ai pu faire que la moitié du chemin.

Danielle Collins tentera de se hisser pour la première fois en finale d'un tournoi majeur.

C'est un sentiment incroyable, surtout après les problèmes de santé que j'ai connus, a reconnu l'Américaine en référence à l'endométriose dont elle a souffert l'an dernier et pour laquelle elle a subi une intervention chirurgicale.

Qu'est-ce que l'endométriose?

L'endométriose est une maladie gynécologique chronique encore peu comprise. Elle se caractérise par la formation de tissus semblable à la muqueuse utérine en dehors de l'utérus.

Chez les femmes qui en souffrent, l'endométriose provoque de vives douleurs dans le bas du ventre, accentuées pendant les règles, et des problèmes d'infertilité.

Être capable de revenir à ce niveau et de me battre comme je le fais en étant aussi forte physiquement est une belle récompense, a-t-elle ajouté.

En particulier quand on joue contre des joueuses aussi fortes que celles que j'ai affrontées ces deux derniers matchs, de vraies combattantes, de vraies grandes athlètes, a-t-elle encore dit au sujet d'Alizé Cornet et de la Belge Elise Mertens (26e).

En demi-finales, la joueuse américaine devra battre la gagnante surprise des Internationaux de France en 2020, Iga Swiatek, pour obtenir un billet pour la finale.

Une joueuse de tennis serre les poings et crie après avoir lâché sa raquette.

Iga Swiatek en Australie

Photo : Getty Images / Mark Metcalfe

La Polonaise a une nouvelle fois éprouvé d'immenses difficultés face à l'Estonienne Kaia Kanepi (115e). Il lui a fallu 3 h 1 min d'efforts pour éliminer son adversaire en trois manches de 4-6, 7-6 (7/2) et 6-3 et pour atteindre sa deuxième demi-finale majeure.

Je suis très fière de moi, car revenir d'un retard d'une manche, c'est nouveau pour moi, a expliqué Swiatek. Je suis surtout fière d'être capable de changer ma stratégie en cours de match. Je réussis maintenant à contrôler mes émotions et à me concentrer à trouver des solutions, ça a demandé beaucoup de travail.

Swiatek a eu plusieurs balles de bris dans la première manche, mais l'Estonienne a pris le service de son adversaire à sa première occasion et a su conserver l'avantage jusqu'au bout. Swiatek a sauvé huit balles de manche avant de s'incliner.

Dans la deuxième manche, après deux bris de part et d'autre, elles en sont arrivées au bris d'égalité que la Polonaise a nettement dominé pour égaler à une manche partout.

Swiatek a ensuite rapidement pris le dessus dans la manche décisive avec un double bris qui lui a permis de servir pour le match à 5-2. L'Estonienne a perdu le match sur son service.

Kanepi, 36 ans, anciennement 15e du monde en 2012, avait cette année créé de multiples surprises en éliminant notamment Angelique Kerber (20e) au premier tour et la no 2 Aryna Sabalenka en huitièmes de finale.

Barty veut son titre

Elles ne sont plus que trois joueuses à pouvoir empêcher Ashleigh Barty de remporter son tournoi du grand chelem. Madison Keys, 54e à WTA, sera la première à tenter sa chance.

L'Américaine de 26 ans a certainement la vigueur suffisante dans ses coups pour garder Barty en fond de court, mais elle n'est pas la faveur des parieurs dans cette confrontation.

L'Australienne de 25 ans est no 1 mondiale depuis le 9 septembre 2019 et compte deux titres majeurs (Roland-Garros 2019 et Wimbledon 2021). Pourtant, elle court toujours après un premier titre devant son public, elle qui est l'une des athlètes les plus populaires en Australie.

Une joueuse avec une casquette tape dans sa raquette de sa main gauche.

L'Australienne Ashleigh Barty

Photo : AFP / WILLIAM WEST

Cette fois, Barty court très vite vers cet objectif, sans laisser grand-chose à ses adversaires.

En cinq matchs jusque-là, elle n'a lâché que 17 jeux, soit un peu plus de trois en moyenne par match. Elle n'a pas perdu la moindre manche et, évidemment, elle n'est pas restée longtemps sur le court, au total 5 h 5 min, soit une heure par rencontre.

Autant dire qu'elle est fraîche physiquement et remontée à bloc en abordant la dernière ligne droite.

C'est terriblement motivant. C'est toujours bien d'être dans le coup en fin de tournoi du grand chelem et de se donner une chance de jouer pour l'un des plus grands titres, a dit Barty après son quart de finale.

En 2021, l'Australienne avait été éliminée en quarts de finale à Melbourne. Elle n'est pas invincible. Madison Keys le sait.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !