•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Djokovic : « Je ne serai jamais contre ce que dit la justice » - Rafael Nadal

Montage photo de deux joueurs de tennis en action

Rafael Nadal et Novak Djokovic

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Rafael Nadal se range du côté de la justice dans l'affaire Novak Djokovic, mais trouve que le no 1 mondial, de retour en Serbie, n'est pas le seul responsable de ce « gâchis ».

Je ne serai jamais contre ce que dit la justice, a expliqué lundi l'Espagnol, même si, selon lui, Novak Djokovic n'est pas le seul à blâmer pour le gâchis de son expulsion, qui a assombri les débuts des Internationaux d'Australie.

Je pense que la situation a été un désastre, a indiqué Nadal.

Il est l'un des responsables, mais pas n'est pas le seul à avoir fait des choses probablement mauvaises dans cette affaire, a-t-il ajouté. Bien sûr, il y a d'autres responsables dans toute cette terrible situation que nous avons vécue ces deux dernières semaines.

Nadal profite directement de l'absence de Djokovic, les deux joueurs ayant l'ambition de devenir le premier homme à remporter 21 tournois majeurs.

La situation idéale dans le monde du sport est que les meilleurs joueurs soient sur le terrain et disputent les événements les plus importants, sans aucun doute, a néanmoins souligné l'Espagnol.

En conséquence, la présence de Djokovic aurait été mieux pour tout le monde, selon lui.

Certains joueurs ont apporté leur voix en soutien à Novak Djokovic, comme le Français Adrian Mannarino.

Selon lui, le fiasco n'est pas de la faute du Serbe, mais peut-être de celle de la Fédération australienne (Tennis Australia).

Pour moi, ce n'est pas la faute de Djokovic. On lui a accordé la possibilité de venir, donc il est venu..., a estimé Mannarino après sa qualification pour le deuxième tour.

Si son exemption a été validée, il se pointe ici, il devrait pouvoir jouer, a ajouté le 69e mondial.

D'après ce que j'ai entendu, les juges n'ont pas dit que l'exemption n'était pas valide, a-t-il encore relevé en notant cependant que personne ne saurait vraiment la vérité de tout ce qui s'est passé.

Ce que je trouve étonnant, c'est que Tennis Australia ait ouvert la porte à de potentielles exemptions. Pour moi, le règlement était strict, clair. Et à partir du moment où on ouvre cette porte-là, il peut y avoir des petits trucs dont on ne sait pas vraiment si c'est fiable, pas fiable, a encore noté Adrian Mannarino.

De retour en Serbie

Le joueur serbe, non vacciné, a quitté Melbourne pour faire escale à Dubaï dimanche soir. Il a ensuite mis le cap sur son pays natal. Il est arrivé lundi à Belgrade, où il a été accueilli par une poignée d'admirateurs à l'aéroport, drapeaux serbes à la main.

Que Dieu vous protège, Novak, pouvait-on lire sur une pancarte.

Son frère Djordje l'attendait. Ils ont quitté l'aéroport en vitesse et en voiture. Djokovic dit vouloir prendre du temps pour se reposer.

Ce n'est pas la peine d'attendre, il est déjà sorti par une autre porte, a dit un employé responsable de la sécurité aux nombreux journalistes présents.

Novak est le no 1 pour nous et pour le monde. Qu'il gagne ou qu'il perde, nous le soutenons, a dit à l'AFP Djurdja Avramov, dont le fils portait un t-shirt arborant un cœur dessiné et le mot Nole, le surnom de Djokovic en Serbie.

Je suis une admiratrice et ce qu'ils lui ont fait est honteux, a ajouté Dragica, une retraitée qui n'a pas voulu donner son nom de famille. Je l'aime, j'ai 71 ans et j'ai mal aux pieds, mais je suis venue néanmoins.

Novak a gagné, c'est la victoire du bien sur le mal, pouvait-on lire sur une banderole brandie par Svetozar Alimpic, un commerçant de 56 ans.

La carrière de Novak Djokovic pourrait pâtir lourdement de ce revers.

Les autorités françaises ont fait savoir lundi que tout athlète venant de l'étranger devra être vacciné pour compétitionner en France, ce qui laisse planer un doute sur une éventuelle participation du Serbe aux Internationaux de France.

En Australie, il risque en théorie une interdiction de séjour de trois ans dans le pays, où il a remporté 9 de ses 20 titres du grand chelem.

Son trône en péril

Avec 2080 points d'avance sur le Russe Daniil Medevedev, Djokovic peut théoriquement être détrôné dès la fin du tournoi.

Le joueur russe deviendrait no 1 mondial s'il l'emportait à Melbourne.

L'Allemand Alexander Zverev, actuellement 3e mondial avec 3045 points de retard, pourrait également le détrôner s'il était titré.

Dans le classement hebdomadaire de l'ATP, publié lundi, Rafael Nadal a gagné une place et se retrouve au 5e rang.

Les Canadiens Félix Auger-Aliassime, toujours dans le top 10, et Denis Shapovalov conservent leurs rangs.

Classement de l'ATP publié lundi :

  1. Novak Djokovic (SRB) 11 015 pts
  2. Daniil Medvedev (RUS) 8935
  3. Alexander Zverev (GER) 7970
  4. Stefanos Tsitsipas (GRE) 6540
  5. Rafael Nadal (ESP) 4875 (+1)
  6. Andrey Rublev (RUS) 4785 (-1)
  7. Matteo Berrettini (ITA) 4568
  8. Casper Ruud (NOR) 4155
  9. Félix Auger-Aliassime (CAN) 3608
  10. Jannik Sinner (ITA) 3390 (+1)
  11. Hubert Hurkacz (POL) 3336 (-1)
  12. Cameron Norrie (GBR) 2900
  13. Diego Schwartzman (ARG) 2730
  14. Denis Shapovalov (CAN) 2593
  15. Aslan Karatsev (RUS) 2553 (+5)
  16. Dominic Thiem (AUT) 2410 (-1)
  17. Roger Federer (SUI) 2385 (-1)
  18. Roberto Bautista Agut (ESP) 2385 (-1)
  19. Christian Garin (CHI) 2375 (-1)
  20. Gaël Monfils (FRA) 2373 (-1)
Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !