•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Colère noire à Chicago

Philipp Kurashev (23) entre en collision avec le gardien Samuel Montembeault

Philipp Kurashev (23) entre en collision avec le gardien Samuel Montembeault

Photo : Getty Images / Patrick McDermott

Chargement de l’image

La fumée sortait par les oreilles de Dominique Ducharme quand il s’est présenté au podium après le match. On peut penser ce qu’on veut de la façon dont le Canadien a perdu à Chicago, jeudi soir, mais pour l’entraîneur, la pilule n’a pas passé.

Ç'a donc donné un point de presse express de la part du pilote qui, normalement, prend le temps d’expliquer ses décisions et parle souvent 10, 12, 15 minutes après un match. Même dans la défaite.

Pas cette fois.

D’abord, le Tricolore a assez bien joué pour gagner. Déjà là, c’était une petite victoire. Ensuite, il a abordé la troisième période avec une avance (pour la huitième fois de la saison seulement). Finalement, l'équipe s’est inclinée sur un jeu inusité et controversé en prolongation.

Philipp Kurashev a marqué le but victorieux après une collision avec Mike Hoffman. La rondelle a traversé la ligne rouge après que le but eut quitté ses amarres, mais la LNH a jugé que le joueur du CH était entièrement responsable de la chose et a donc accordé le but en fonction du règlement 63.7.

Ç’a l’air que c’est nous qui [avons] bougé le but. Moi, je vois que c’est le rouge, a laissé tomber Ducharme.

Puis, la ligue a révisé l’entrée de zone des Blackhawks, ceux-ci semblant hors-jeu sur la séquence. Kurashev a effectivement pénétré dans la zone adverse avant la rondelle, mais il en avait alors le contrôle, renvoyant du même coup tout le monde au livre de règlements.

Pas de hors-jeu, a repris l’arbitre Dean Morton avec une petite touche de dramaturgie qui n’a certes pas déplu à la foule, mais a semblé hérisser les cheveux de Dominique Ducharme.

Ce qui me surprend le plus c’est qu’on soit 0 en 2 sur la séquence, a lancé l’entraîneur, particulièrement remonté.

On doit être 0 en 10 sur les appels de même nous autres. Alors, oui, elle est dure à avaler, c’est certain, a-t-il ajouté.

Vérification faite, le Canadien a gagné 3 des 6 contestations qu’il a formulées sous Ducharme et 3 des 8 contestations des autres équipes (ou de la ligue) entreprises contre lui. On est loin du compte, mais l’exagération nous dit tout ce qu’il y a à savoir du niveau d’exaspération.

Ducharme a enchaîné avec le fait qu’il risque d’y avoir une suspension sur un de nos joueurs ce soir .

Devant l’arbitre et il n’y a même pas d’appel, a-t-il précisé.

Des collègues ont suggéré qu’il s’agissait de la prise de lutte de Calvin De Haan sur Cole Caufield. Ça n’a pas été confirmé. Bref, vous l’aurez compris, il digérait très mal le résultat. Courroucé, le monsieur.

L’équipe a gagné un seul de ses 13 matchs (1-9-3) depuis que le nouveau patron a pris ses quartiers au septième étage du Centre Bell.

En deux temps

Ce feu d’artifice de fin de match est un peu venu camoufler les lacunes du début de la rencontre. Complètement dominé en première période, le Bleu-blanc-rouge a attendu 15 minutes avant de décocher un premier tir sur le gardien Marc-André Fleury.

Il s’est bien repris et a pu compter sur un but de Jeff Petry – son premier en 54 matchs, séries incluses – et sur une réussite de Mike Hoffman en avantage numérique – un premier but en 10 Rencontres avec l’avantage d’un homme – pour prendre l’avance au deuxième tiers, mais l’embellie a été de courte durée.

Chargement de l’image

Jeff Petry et Artturi Lehkonen

Photo : Associated Press / Nam Y. Huh

Le Tricolore a commis trois infractions en troisième période et a perdu son rythme. La constance dont les joueurs ont si souvent parlé a, encore une fois, fait défaut.

Petry, par exemple, a alterné les signes encourageants et les prises de décisions confondantes. Il a été au cœur de quelques menaces offensives et a utilisé son coup de patin pour se démarquer, mais il a aussi écopé de la punition qui a permis à Patrick Kane de créer l’égalité et s’est fait avoir en prolongation par Kurashev en entrée de zone.

C’est dur à avaler de ne pas être allé chercher les deux points. Il faut continuer à travailler. Éventuellement, ces matchs tourneront en notre faveur, a dit le défenseur américain.

Une prédiction audacieuse, parce que ce dénouement se fait attendre.

En rafale

Alexander Romanov a animé à lui seul cette soirée plutôt quelconque. Sa violente, et légale, mise en échec aux dépens de Sam Lafferty a semblé réveiller tout le monde en deuxième période. Ryan Carpenter s’est jeté sur lui pour en découdre à mains nues tout de suite après le contact, ce qu’a déploré Ducharme.

Si tu ne veux pas te faire frapper sur la glace, fais autre chose, a estimé Ducharme, toujours dans le même état d’esprit. C’était une mise en échec solide et légale. Ça fait partie du hockey.

Romanov a dû jeter les gants pour se défendre, même s'il n’a rien d’un bagarreur.

Personne n’aime se faire frapper. C’est pour ça qu’ils ont réagi comme ça. Je vais toujours être prêt pour jeter les gants, a lancé le Russe avant de s’esclaffer.

Tant que lui trouve ça drôle…

Par ailleurs, il semble qu’il y ait eu plus de peur que de mal dans le cas du gardien Samuel Montembeault. Le Québécois a été percuté violemment par Hoffman et Kurashev, mais semble s’en être sorti indemne selon Ducharme.

Le Canadien profitera maintenant d’une pause de deux jours à Chicago avant de mettre le cap sur l’Arizona, où il se mesurera aux Coyotes lundi prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !