•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stephanie Labbé annonce sa retraite

Elle salue la foule pendant une présentation d'avant-match.

Stephanie Labbé a joué 85 fois pour l'équipe canadienne.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Elle a gagné un championnat en NWSL. Elle a remporté l’or olympique. Elle a défendu le filet des championnes de France. Elle a été parmi les finalistes au titre de gardienne de l'année de la FIFA. Et on ne résume ici que les deux dernières années de sa carrière. La gardienne albertaine Stephanie Labbé a annoncé sa retraite, mercredi, après une fin de parcours parsemée de grandes réussites.

Dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, Labbé a également indiqué qu'elle ferait ses adieux à l'équipe canadienne en avril, devant sa famille et ses amis. L'athlète de 35 ans a jusqu'ici récolté 85 sélections et 43 jeux blancs avec le Canada.

Le soccer m’a fait perdre le sommeil et m’a fait souffrir. Il m’a mené aux moments les plus sombres de ma vie. Il a écrasé ma confiance à certains moments, dit-elle un sanglot dans la voix, et m’a fait douter de ma valeur. Il m’a causé des crises d’angoisse et des moments de dépression.

« Mais les deux piliers de ma carrière, la curiosité et les liens d’amitié, m’ont toujours permis de remonter la pente, et m’ont permis de vivre mes plus beaux moments. Le soccer a donné un but et un sens à ma vie. »

— Une citation de  Stephanie Labbé, gardienne canadienne

J’ai repoussé mes limites physiques et mentales plus loin que je ne le pensais, poursuit-elle. J’ai appris à être heureuse et joyeuse dans les moments les plus stressants. Et aujourd’hui, je sais au fond de mon cœur que j’ai tout donné sur le terrain.

Stephanie Labbé s’est inscrite dans la légende, à Tokyo, avec ses prouesses devant la cage des futures championnes olympiques qu’elle avait déjà menées vers le bronze, en 2016. Son calme, son audace et son sourire provocateur pendant les tirs de barrage en finale, contre les Suédoises, ont marqué l’imaginaire des Canadiens au moins autant que ses arrêts parfois spectaculaires.

Partie rejoindre ses compatriotes Jordyn Huitema et Ashley Lawrence au Paris Saint-Germain quelques semaines après la conquête de l’or olympique, Labbé n’y aura finalement joué que six matchs. Mais aucune adversaire ne sera parvenue à inscrire un but contre elle.

Elle a donc participé à son dernier match professionnel sur le continent où elle a passé une grande partie de sa carrière. Après quatre années à l’Université du Connecticut, elle a notamment joué en Suède de 2009 à 2014, pour Pitea et Orebro, avant d’y retourner pour une poignée de matchs à Linkoping en 2018. Elle portait les couleurs de Rosengard, en Norvège, avant son transfert au PSG.

En Amérique du Nord, elle a porté les maillots du Spirit de Washington et du Courage de la Caroline du Nord. C’est avec cette dernière équipe qu’elle a gagné son seul championnat de la NWSL en 2019.

Labbé n’avait toutefois pas l’intention de se limiter à la NWSL en Amérique du Nord. Après une pause pour soigner sa santé mentale, en 2017, la gardienne a tenté sa chance au camp de l’équipe masculine des Foothills de Calgary, en quatrième division. La ligue a cependant refusé d’envisager la possibilité qu'elle se joigne à l’équipe en soutenant que l’effectif ne pouvait être composé que d’hommes.

Dans un article publié sur le site The Players’ Tribune, Labbé a raconté cette expérience et a plaidé pour que les équipes masculines ouvrent leurs portes aux femmes qui présentent les aptitudes nécessaires. Allergique à la langue de bois, la footballeuse albertaine n’a jamais hésité à prendre la parole publiquement pour réclamer des changements dans son sport.

Comme bon nombre des membres de l’équipe canadienne, Labbé a maintes fois déclaré qu’il était crucial que le pays se dote enfin d’une ligue professionnelle féminine ou, du moins, d’une équipe dans la NWSL. Elle a également dénoncé qu’il soit si difficile de se procurer des produits dérivés de l’équipe féminine, pourtant championne olympique, quand ceux de l’équipe masculine sont aisément accessibles.

Labbé a aussi abordé publiquement les enjeux de santé mentale qu’elle a dû gérer au fil des ans. Elle soutient notamment un programme de sensibilisation du syndicat mondial des joueurs et joueuses de soccer, la FIFPRO, pour lequel elle a rédigé un texte qui décrit ses troubles anxieux pendant les Jeux olympiques de Tokyo.

Bandeau consultez Tellement soccer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !