•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Resserrement des mesures sanitaires : la boxe professionnelle retient son souffle

Le groupe pose devant le Casino de Montréal.

Camille Estephan (en complet au centre) entourés des principaux boxeurs de son écurie.

Photo : Vincent Éthier - Eye of the Tiger Management

Jean-François Chabot

Si les plus récentes annonces gouvernementales n’ont rien de rassurant pour le sport en général, l’industrie de la boxe professionnelle risque-t-elle encore une fois de se retrouver dans les câbles?

Lundi, le ministre de la santé Christian Dubé, flanqué du Dr Horacio Arruda, a notamment indiqué que toutes les manifestations sportives, qu’elles soient amateurs ou professionnelles, devaient être tenues à huis clos.

Si l’on ajoute à cela le fait que toutes les salles de spectacles, y compris le théâtre du Casino de Montréal, ont fermé leurs portes à 17 h, lundi, Groupe Yvon Michel (GYM) et Eye of the Tiger Management (EOTTM) sont de nouveau plongés en eaux troubles.

Rappelons que les deux entreprises avaient déjà dévoilé, au courant du mois de décembre, leur intention de présenter chacun une série de trois événements au Casino, en plus de soirées à Trois-Rivières et à Shawinigan.

Avec les mesures qui changent constamment, nous ne pouvons faire d’annonce officielle actuellement. Pour l’instant, nous allons de l’avant avec une salle à 50 % de capacité (au Casino). Nous suivrons l’évolution de la situation et nous respecterons les annonces du gouvernement, a indiqué Camille Estephan dans un message à Radio-Canada Sports.

Au moment d'écrire ces lignes, Yvon Michel n'avait pas répondu à notre demande.

Rappelons que la boxe professionnelle et l’ensemble des sports de combat avaient mené une âpre bataille conjointe, en début d’année, pour la relance de leurs activités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !